Accueil > Actualité > la CGT éduc’action Créteil s’oppose au démantèlement du collège unique  (...)

Actualité

décret, arrêté et annonces liées

la CGT éduc’action Créteil s’oppose au démantèlement du collège unique !

lundi 27 avril 2015, par cgt

Réunion d’information sur la réforme des collèges mardi 19 mai 10h-12h
Bourse du travail de Paris, 3 Rue du Château d’Eau (métro république)

Journée de Grève et de manifestation mardi 19 mai 2015

Le Conseil Supérieur de l’Éducation a adopté le 10 avril 2015 le projet de réforme du collège malgré l’opposition des syndicats représentant 80% des enseignants. L’application est prévue pour tous les niveaux du collège à la rentée 2016. Cette réforme ne donne pas au collège les moyens de la démocratisation des savoirs et met en péril le collège unique en accroissant l’autonomie des chefs d’établissement.

4 pages réforme du collège

La CGT Educ’action vous livre ses premières analyses ainsi que l’information en notre possession.

Comparaison entre l’existant et le projet de grilles horaires de la réforme du collège
Projet d’arrêté
Projet de décret

Menu :
- Projet de décret et d’arrêtéé

- Annonces faites par la ministre en dehors du décret et de l’arrêté

Projet de décret et d’arrêté

Projet de décret et d’arrêtéCommentaires et revendications de la CGT Educ’action
Le collège du socle est une remise en question du collège unique.
Nouveau socle, nouveaux programmes et nouveau DNB. « Le collège est trop uniforme » Ce socle commun de connaissances, de compétences et de culture sera désormais étroitement lié aux programmes, avec son découpage d’items finalisé par le DNB et un dispositif informatisé de remplissage.
De plus, l’importance accordée aux tests PISA laisse penser que le socle s’alignera sur les critères de ces tests, donnés comme des objectifs à atteindre.

« Pour la première fois, les 800 000 enseignants ont contribué à l’élaboration de ce nouveau socle et de ces nouveaux programmes ». Simulacre de concertation que le Ministère utilise maintenant pour avaliser une réforme dont la grande majorité de la profession ne veut pas : pure propagande !
Le conseil supérieur des programmes (CSP) vient de présenter les projets de nouveaux programmes des cycles 2 (CP-CE2), 3 (CM1-6e) et 4 (5e-3e).
Ces projets vont être soumis à la concertation des personnels en mai. A l’issue de celle-ci, le CSP reprendra le travail et son second projet sera soumis au conseil supérieur de l’éducation à la rentrée.
Un travail d’analyse plus poussé de ces projets doit être fait. D’ores et déjà, certains aspects posent problème et/ou vont à l’encontre des revendications de la CGT Educ’action.
Les programmes sont basés sur les compétences et le socle.
Ils sont construits en cycle et plus par niveaux.
D’une part, les collègues vont devoir se débrouiller pour construire leur progression sur 3 ans. Dans un même établissement, aucun moyen de concertation n’est donné pour travailler à une progression cohérente. Enfin, que se passe-t-il pour les élèves changeant d’établissement ?

D’autre part, la CGT est opposée au rattachement de la 6e au cycle 3, alors que le projet le prévoit explicitement.

De plus, ces programmes devront être mis en place en une fois dès la rentrée 2016, ce qui va représenter une charge de travail considérable pour les collègues.


Aucune précision pour l’instant sur les conditions de validation du DNB et l’articulation avec le socle qui, pour le ministère, doit attester la maîtrise du socle.

Le LPC, que la CGT a combattu, a été supprimé.

La mise en place d’un socle commun (qu’il soit nouveau ou pas) a minima, accompagné de parcours différenciés (en fonction des EPI choisis ou imposés), va créer inégalités entre élèves et entre établissements.
La CGT revendique la suppression de ce socle commun et réaffirme son attachement à un cadrage national pour un collège unique démocratique.
L’autonomie libérale et la concurrence
Tri annualisation des horaires du cycle 4 (5e à 3e).

Article 10 de l’arrêté : « L’établissement peut moduler la répartition du volume horaire hebdomadaire par discipline, dans le respect à la fois du volume horaire global dû à chaque discipline d’enseignement obligatoire pour la durée du cycle et du volume horaire global annuel des enseignements obligatoire dû à chaque élève »
C’est la déclinaison au collège de la réforme du bac pro,
avec les mêmes conséquences : inégalités entre les établissements et les élèves, difficultés à faire respecter les horaires réglementaires, problème des élèves changeant d’établissement durant le cycle…
A noter, la côté ridicule de l’annonce de l’enseignement de LV2 dès la 5e alors que les établissements pourront faire le choix de ne pas l’appliquer…
La CGT Educ’action est totalement opposée à cette tri annualisation. Elle revendique d’ailleurs le retour à des grilles horaires hebdomadaires en bac pro.
« Il reviendra aux équipes pédagogiques d’organiser ces 20 % en conseil pédagogique » Il s’agit des heures d’enseignements complémentaires, accompagnement personnalisé (AP) et enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI) à prendre sur les horaires disciplinaires et les marges d’heures professeurs (voir grilles).
Globalisation des heures « marges professeurs », permettant les enseignements à effectifs réduits, dans la dotation de l’établissement. Volume de 2,75 h par division à la rentrée 2016, 3 h à la rentrée 2017. Là encore, c’est la déclinaison des réformes du lycée.
Cela va instaurer la concurrence entre les disciplines et entre les collègues.
Pire, ces heures sont largement insuffisantes pour permettre le travail à effectifs réduits en langue, sciences, technologie, AP et EPI.
C’est bien faire porter la gestion de la pénurie aux personnels.
La CGT Educ’action revendique que des moyens soient enfin donnés pour permettre le travail à effectifs réduits. Pour cela, il faut une véritable enveloppe de dédoublements fléchés par un cadrage national.
« Les équipes pédagogiques disposeront d’une réelle capacité d’initiative » Le ministère annonce qu’une plus grande autonomie sera accordée aux établissements pour mettre en place cette réforme. Mais de quelle autonomie parle-t-il ?
Il entretient une confusion entre autonomie des établissements, autonomie des chefs d’établissement et liberté pédagogique des personnels. Dans les faits, dans un contexte de « budget contraint », dans les DHG il va surtout s’agir, pour les chefs d’établissements, de mettre en concurrence les disciplines et les projets via le conseil pédagogique (dont la nomination reste à la discrétion du Principal), ce qui va générer de la division entre les personnels.
C’est le chef d’établissement qui en désigne les membres après consultation des équipes pédagogiques… ou non ! C’est un outil au service de la dérégulation car, bien que non légitime, il doit émettre des propositions (quelles disciplines auront des dédoublements, comment organiser l’AP, les EPI…) pour gérer la pénurie.
Placé sous la tutelle du chef d’établissement, il empiètera inévitablement sur la liberté pédagogique des autres enseignants. Il court-circuite le CA, instance représentative où les débats doivent être tranchés.
La CGT demande l’abrogation du Conseil pédagogique.
Elle rappelle sa conception basée sur la liberté pédagogique, sur le travail en commun des enseignants sans relation hiérarchique car pour elle l’autonomie pédagogique est collégiale. Dans ce but, elle rappelle sa revendication d’un temps de concertation (par classe, par niveau, par discipline) inclus dans un temps de service hebdomadaire.
« Le chef d’établissement pourra s’appuyer davantage sur des coordonnateurs de discipline, de cycle et de niveau, ainsi que des référents, dans la mesure où les missions de ceux-ci sont désormais reconnues grâce à des indemnités pour missions particulières. Ces indemnités de missions particulières peuvent aller jusqu’à 3750 euros par an. » La CGT Educ’action s’oppose à la création de hiérarchies intermédiaires induites par les IMP. Elle s’oppose également à l’autonomie des chefs d’établissement dans l’attribution des IMP (collègues et disciplines concernés, montant…) et donc sa participation à la hauteur des rémunérations des collègues.
Elle revendique des décharges de service pour les collègues effectuant des tâches autres que l’enseignement suivant un cadrage national.
Ce dispositif ne répond pas à la question du pouvoir d’achat (la CGT revendique une augmentation uniforme de 400 euros et l’ouverture de négociations pour l’augmentation de la valeur du point d’indice).
Fusion des horaires de sciences et de technologie en 6e La fusion des horaires de SVT, Sciences Physiques et Technologie est inacceptable. Le ministère précise qu’il n’envisage pas un enseignement transversal… sauf si les équipes le font.
La CGT Educ’action demeure opposée aux enseignements transversaux. De même, elle refuse que cette fusion permette aux établissements de choisir les disciplines enseignées en fonction des moyens d’enseignement à leur disposition.
La CGT Educ’action exige en conséquence le maintien des horaires par discipline.
Possibilité de semestrialiser les heures d’arts plastiques et d’éducation musicale Certains établissements mettent déjà en place une telle semestrialisation, mais sur la base du volontariat. Le décret va permettre aux chefs d’établissement de l’imposer contre l’avis des collègues concernés.
Enseignements complémentaires : enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI).
Au moins 2 thèmes par an pour chaque élève à choisir parmi 8 thèmes nationaux (intégrés dans les programmes).
Chaque élève devra avoir vu au moins 6 thèmes sur le cycle.
Les projets seront évalués et inscrits dans les compétences du nouveau DNB.
Ils incluent une réalisation pratique, individuelle ou collective. Ils devront inclure l’usage des outils numériques et la pratique des langues vivantes étrangères, ainsi que contribuer à la mise en œuvre du parcours citoyen, du parcours artistique et du parcours individuel d’information, d’orientation et de découverte du monde professionnel.

Les thèmes :
-  Développement durable,
-  Sciences et société,
-  Corps, santé et sécurité,
-  Information, communication, citoyenneté,
-  Culture et créations artistiques,
-  Monde économique et professionnel,
-  Langues et cultures de l’Antiquité,
-  Langues et cultures étrangères ou, le cas échéant, régionales.

Les horaires (voir grilles horaires) sont d’au moins 1h par semaine (sur les 4 h dédiées aux EPI et à l’accompagnement personnalisé dans les horaires disciplinaires), intégrés aux horaires disciplinaires.

Le contenu ainsi que les horaires (identiques pour chaque élève d’une même division) des EPI sont fixés par le CA après consultation du conseil pédagogique et dans le respect du projet d’établissement.
Le ministère donne 3 exemples de travail en EPI : trois enseignants, ou deux, avec deux ou trois élèves, sur un projet. Si cela doit se faire dans le cadre du temps de service, où sont les 60 à 85 autres élèves ? Que font-ils pendant ce temps ?

Les EPI pourront-ils se faire en co-animation ? Si oui, quels moyens horaires pour cela (Aucun moyens de concertation n’est prévu pour les collègues).
Sinon, quel est l’intérêt pour les élèves ?

Le choix des thèmes est laissé aux établissements. C’est donc un accroissement de leur autonomie avec des programmes qui ne seraient pas les mêmes sur tout le territoire. C’est, en conséquence, l’accroissement de la concurrence entre les disciplines, entre les établissements et entre les élèves au sein de ceux-ci. Le risque de filiarisation est important.
La porte s’ouvre sur la possibilité de semestrialisation / trimestrialisation des enseignements donc une part d’annualisation des services.
Le risque est grand que les EPI servent de variable d’ajustement pour construire les services. Le ministère n’exclut d’ailleurs pas que les EPI soient dispensés par des collègues autres que ceux de la classe.

Par ailleurs, au-delà des critiques de l’autonomie et des dérives managériales qu’induit la mise en place de ce dispositif, les EPI risquent de devenir une vraie « usine à gaz » qui dégradera les conditions de travail des collègues. C’est, de plus, contradictoire avec les critiques sur l’organisation du collège trop éloignée de celle du primaire, ce qui engendre des difficultés d’adaptation pour les élèves.
Lors des réunions de concertation, aux questions des organisations syndicales sur les modalités d’organisation prévues, le ministère s’est systématiquement contenté de renvoyer aux décisions locales !

La CGT Educ’action est favorable au travail interdisciplinaire. Toutefois, elle refuse que celui-ci soit l’occasion de mettre en place une autonomie des établissements qui instaurerait une concurrence entre les disciplines, entre les élèves et entre les établissements ainsi qu’une remise en cause du caractère national des programmes, à travers le choix des thèmes et de leur contenu.
De plus, un tel travail interdisciplinaire nécessite des moyens en forte hausse afin de permettre une réelle co-intervention des collègues en effectifs réduits et un temps de concertation inclus dans les services. Cela nécessite de plus un plan de formation des collègues.
Les EPI sont en contradiction avec ces revendications.
Enseignements complémentaires : l’accompagnement personnalisé (AP)
L’AP est introduit de la 6e à la 3e, pour chaque élève à raison de 3 h/semaine en 6e, 1 h/semaine au moins pour les autres.

Comme en EPI, les heures seront prises sur les horaires disciplinaires. Pour le ministère, l’AP est bien de l’enseignement dépendant des programmes (l’AP c’est, par exemple, apprendre à apprendre, compétences faisant partie du socle).
Même problématique que l’AP en lycée. Prévu pour l’ensemble des élèves, sans moyens fléchés de dédoublement, sans réel cadrage national si ce n’est indicatif (prise de note en 6e sic). C’est encore un moyen d’accroître l’autonomie des établissements et la concurrence entre les collègues. L’AP sera, comme en lycée, une variable d’ajustement des services sans gain pour les élèves.
Les enseignants seront-ils les seuls à y intervenir ?
Même critique sur l’autonomie et la concurrence que pour les EPI.

La CGT Educ’action revendique la fin de l’AP tel qu’il est mis en place au lycée et donc dans ce projet.
Elle revendique une de prise en charge des élèves en difficulté via des dispositifs souples mais soutenus, complément de la classe hétérogène, permettant de prendre en petits effectifs les élèves en difficulté (type RASED).
Introduction d’une deuxième langue vivante en 5e
Pour les horaires, voir grille horaire. En principe, la CGT est plutôt favorable à l’apprentissage précoce des langues, mais l’efficacité de l’enseignement des langues vivantes dès le primaire, dans leur forme présente, n’a jamais été évaluée. C’est pourtant parce qu’elle acte un apprentissage de la LV dès le CP (mais avec quelle réussite, faute de moyens et de formation des collègues PE ?) que la LV2 est introduite en 5e.
Fin des options sauf
Latin/grec ou langues régionales hors LV2 L’horaire est diminué d’une heure au prétexte de l’existence d’EPI pouvant prendre en charge la partie civilisation (ce qui interroge sur la vision du ministère de l’enseignement des langues !).
Les heures devront être prises sur la marge heures professeurs. Là encore la mise en concurrence des disciplines va toucher les collègues concernés. Le maintien de cet enseignement devra se faire au détriment des heures à effectifs réduits. Le risque est donc grand que seuls les élèves les plus favorisés socialement, qui ont moins besoin de dédoublements, puissent accéder à ces enseignements.
Classe bilangue en 6e pour les élèves anglais LV2
3e prépa pro Les horaires sont identiques à ceux des autres 3e mais elles disposent d’un complément de dotation horaire.
Les enseignements complémentaires (4 h d’AP et d’EPI) sont, par dérogation, consacrés à la découverte professionnelle (en plus des périodes de stage en milieu professionnel).

Pour la CGT Educ’action, les options et sections doivent favoriser la construction d’une ouverture culturelle accessible à toutes et tous sur l’ensemble du territoire. Elles ne doivent pas devenir un biais pour reproduire au sein du collège les inégalités sociales présentes au dehors. Les options sont trop souvent encore aujourd’hui un outil de sélection sociale entre quartiers, établissements et à l’intérieur des établissements, à l’entrée au collège, mais également à la sortie, lors des « choix » d’orientation en lycée par les élèves de 3e. Cette clarification des objectifs de la scolarité au collège est donc indispensable pour que celui-ci devienne le collège unique de la réussite pour toutes et tous que revendique la CGT Educ’action.
1 h 30 de pause méridienne et pas plus de 6 h de cours par jour en 6e (sauf dérogation) C’est positif, mais il faudrait donner des moyens pour faire de la pause méridienne un moment de vie collective (club, foyer…)
4000 ETP supplémentaires pour la réforme La réforme est prévue à moyens quasi-constants : 4000 ETP pour 7200 collèges donnent une moyenne de 10 h/semaine par collège…


La CGT Educ’action revendique des moyens en forte hausse pour le collège. Ils doivent permettre la co-animation, les projets, le temps de concertation nécessaire inclus dans le temps de service, des moyens de prise en charge des élèves en difficulté, des dédoublements et des effectifs par classe limités à 20 élèves (15 en Education prioritaire).

Retour au menu

Annonces faites par la ministre en dehors du décret et de l’arrêté

Annonces du ministèreCommentaires et revendications de la CGT Educ’action
Formation

« Les équipes bénéficieront de formations pour les accompagner dans la mise en œuvre de leurs futurs projets dès l’année 2015-2016 ».
Aucune annonce sur les moyens donnés pour les formations ni sur les modalités.
Les derniers exemples en date de réforme (STI2D par exemple) ainsi que la mise en place de Magistère laissent peu de place à l’optimisme.
« Donner aux collégiens de nouvelles compétences adaptées au monde actuel »
« Apprendre le travail en équipe et l’expression orale » La CGT Educ’action promeut un collège qui est un lieu de l’apprentissage du collectif et de la coopération. Elle est favorable aux pédagogies basées sur la coopération et l’échange entre les individus.
Mais, pour cela, la question des effectifs joue un rôle déterminant.
En effet, de telles pratiques sont absolument impossibles à mettre en œuvre dès lors que des effectifs élevés décentrent une large part de l’activité éducative sur la gestion disciplinaire d’un groupe trop large et imposent le recours à des méthodes pédagogiques beaucoup plus standardisées et frontales, opposées à une co-construction des savoirs.
« Développer les compétences numériques » Il faudrait éviter de faire du numérique une pensée magique censée pallier à toutes les difficultés pédagogiques.
« Faire du collège un lieu d’épanouissement et de construction de la citoyenneté, une communauté où l’expérience individuelle et l’activité collective sont privilégiés »
« Systématiser des moments forts dans l’établissement »

« Des actions relatives à la formation du futur citoyen et à la promotion des valeurs de la République et de la laïcité sont inscrites systématiquement dans les projets d’établissement. Ces actions sont particulièrement valorisées et explicitées auprès des parents d’élèves. Les projets d’établissement détaillent par ailleurs les modalités de la participation active des élèves aux commémorations patriotiques et aux journées ou semaines spécifiques (la Semaine de lutte contre le racisme et l’antisémitisme, la Semaine de l’engagement). Tous les collèges célèbrent une Journée de la laïcité le 9 décembre. »

« L’organisation d’un temps annuel de rencontre et d’échange avec l’ensemble de la communauté éducative (cérémonie de remise de diplômes, valorisation des réussites des élèves, spectacle de fin d’année, etc.) est systématisée. »

« Renforcer la démocratie collégienne »
« Les conseils de délégués pour la vie collégienne sont des lieux d’apprentissage de l’exercice de la démocratie. Ils seront développés dans chaque collège. »

« Indissociable de la transmission d’une culture de la presse et de la liberté d’expression, l’éducation aux médias et à l’information est un enseignement intégré de manière transversale dans les différentes matières. Un média –radio, journal, blog ou plateforme collaborative en ligne– est développé dans chaque collège.
Ok pour la formation du citoyen, mais la CGT Educ’action s’oppose aux commémorations patriotiques et à toutes les dérives sécuritaires. L’Ecole ne doit pas être le lieu d’un dressage des élèves dans le culte d’une soit disant « union nationale ».

La CGT Educ’action est favorable au développement des droits d’organisation, d’expression, des collégiens en autonomie par rapport aux personnels de l’Education. Elle est favorable aux expériences d’autogestion par les jeunes à l’intérieur des établissements scolaires.
« Mieux associer les parents »

« La communication avec les familles »

« Un outil numérique de communication entre l’élève, les parents d’élève, l’enseignant et l’établissement, d’utilisation facile par tous, est indispensable au suivi des élèves, de leurs apprentissages et de leurs progrès. »

« Un livret scolaire unique numérique va être mis en place. Il permettra d’appréhender toutes les formes d’évaluation et d’assurer un suivi des acquis scolaires sans rupture, du premier au second degré. Le suivi de l’absentéisme
La prévention et la remédiation du décrochage et les sanctions des incivilités associeront plus étroitement les parents (cf. la circulaire du 24/12/14 relative à la prévention de l’absentéisme, la stratégie de lutte contre le décrochage scolaire présentée le 21/11/14 et le plan de mobilisation de l’école pour les valeurs de la République du 22/1/15.) »

« La mallette des parents »

« Elle permet aux équipes éducatives d’accompagner et de soutenir les parents, en leur rendant plus compréhensibles le sens et les enjeux de la scolarité de leur enfant et le fonctionnement de l’institution. Au collège elle sera étendue à l’ensemble des classes de 6e et de 3e. »

« « Dispositif "Ouvrir l’école aux parents pour la réussite des enfants" »

« Trois axes d’apprentissage sont développés pour les parents étrangers, primo-arrivants ou non : l’acquisition du français, la connaissance du fonctionnement et des attentes de l’école vis-à-vis des élèves et des parents, la connaissance des valeurs de la République et de leur mise en œuvre dans la société française. Le dispositif donne aux parents les moyens de mieux assurer le suivi scolaire de leurs enfants et de développer une relation de coopération avec les enseignants »
La CGT Educ’action revendique un grand service public d’éducation dans lequel les usagers ont une place. Dans ce cadre, nous estimons que le rapport Parents-Ecole est essentiel.

Les usagers, les citoyen-nes doivent pouvoir participer à la vie des établissements et exercer un droit de contrôle sur la mise en œuvre de leurs droits à l’éducation.

Dans ce cadre, il est essentiel qu’un dialogue parents-Ecole se mette en place au service des élèves, au travers d’échanges et de rencontres avec les familles.

L’Ecole doit rester le lieu d’apprentissage du « vivre ensemble » et de l’égalité de toutes et tous. Ainsi, les parents doivent aussi être associés aux dispositifs mis en place pour lutter contre toutes les formes de discriminations.
La qualité des échanges avec les parents au sein de l’Ecole dépend du temps accordé (et possible) aux uns et aux autres. Pour les parents, ce droit reste à gagner face à l’employeur.
Nous demandons la création et le développement des lieux d’accueil ouverts aux parents dans tous les collèges afin que des échanges parents-professeurs puissent exister librement en respectant la confidentialité.

Ce nouveau livret scolaire unique ne doit pas se traduire par le retour déguisé du LCP.
« Améliorer le climat scolaire »

« Agir sur le climat scolaire permet de diminuer de façon très importante les phénomènes de violences, améliore la réussite dans les apprentissages de tous les élèves, contrecarre les inégalités scolaires. »

« Le travail important pour l’amélioration du climat scolaire entrepris par la délégation ministérielle chargée de la prévention et de la lutte contre les violences en milieu scolaire, sera poursuivi autour de trois axes : mesurer, accompagner, former et étayer. »

« Mesurer le climat scolaire »

« Les enquêtes locales de climat scolaire à la demande des collèges seront généralisées pour développer des actions locales ciblées, au plus près des personnels et des élèves et restaurer, si besoin, le sentiment d’appartenance et de sécurité. »

« Accompagner »

« Les collèges qui en ont besoin bénéficient du soutien, de l’accompagnement et de l’expertise des proviseurs vie scolaire, des inspecteurs établissements et vie scolaire, et, lorsque nécessaire, des équipes mobiles de sécurité. »

« Former et étayer »

« Un guide national "Agir sur le climat scolaire au collège" et un site Web national collaboratif www.reseau-canope.fr/climatscolaire invitent les équipes des établissements, les élèves, les parents à s’engager comme acteurs du climat scolaire. Le dispositif national de formation de grande ampleur depuis deux ans, décliné dans les projets académiques et dans les plans académiques de formation qui a permis de toucher plus de 45 000 personnes, sera poursuivi. »
Diminuer les effectifs par classe, permettre aux élèves de réussir, augmenter le nombre d’adultes dans les établissements, sont des conditions nécessaires à une amélioration du « climat scolaire ».

La CGT revendique :

- des créations de postes d’infirmiers et infirmières, de médecins scolaires et d’assistants et assistantes sociaux en nombre suffisant afin de couvrir la totalité du temps de présence des élèves dans chaque établissement.

- 1 CPE au minimum par établissement
-  1 CPE pour 250 élèves, 1 pour 200 en zone difficile

- 10 classes maximum à suivre par CPE

- La création de postes en nombre suffisant soit : 1 surveillant à temps plein pour 75 élèves, 1 pour 50 en zone difficile tout en tenant compte de la taille et de la configuration des établissements.

- un poste de personnel de laboratoire pour 50 h
d’enseignement scientifique,

Enfin le climat scolaire ne doit pas se réduire au seul prisme de la violence scolaire.

La CGT Educ’action est opposée aux développement des équipes mobiles de sécurité.
« Mettre fin à la ghettoïsation des collèges »
« Une allocation progressive des moyens d’enseignement pour plus d’égalité.
L’allocation des moyens d’enseignement en fonction des difficultés sociales des collèges adoptée par le ministère en décembre 2014 permet d’attribuer les moyens selon un principe fort de solidarité : donner plus à ceux qui ont moins. »
Il s’agit avant tout d’un redéploiement des moyens dans un budget constant. C’est donné un peu (trop peu) à certains établissements au détriment d’autres qui n’ont pas grand-chose. La CGT Educ’action revendique un budget à la hauteur des besoins.
« La prise en compte du travail en éducation prioritaire pour accéder aux plus hauts échelons de rémunération
Dans le cadre des travaux conduits en 2014 sur les missions des personnels enseignants du premier et second degré, un grade à accès fonctionnel pour les enseignants a été décidé. Ce grade sera ouvert principalement aux enseignants ayant exercé au sein des établissements les plus difficiles de l’éducation prioritaire à partir de la rentrée 2016. »
a CGT Educ’action est contre un système de rémunération au « mérite » et pour une Fonction publique basée de carrière plutôt que d’emploi. Elle est donc opposée aux GRAF.
« La création de secteurs communs à plusieurs collèges pour favoriser la mixité sociale
Sur la base d’un diagnostic partagé, réalisé en 2015- 2016, de nouveaux secteurs de recrutement des collèges seront définis, avec les conseils départementaux, pour regrouper plusieurs établissements et favoriser ainsi une meilleure mixité sociale dans la procédure d’affectation. »
Cela ne résoudra en rien le problème de contournement de la carte scolaire et de la concurrence avec l’enseignement privé. La CGT Educ’action revendique un grand service public d’Education et la nationalisation de l’enseignement privé.

Retour au menu