Accueil > Actualité > Déclaration de la CGT-Educ’Action Créteil GT barèmes intra PLP 16 mai (...)

Actualité

Mutation 2014

Déclaration de la CGT-Educ’Action Créteil GT barèmes intra PLP 16 mai 2014

jeudi 22 mai 2014, par cgt

Cette année, le nombre total de participants PLP aux affectations du mouvement intra-académique est de 618. Parmi les 231 participants titulaires, 211 appartiennent à notre académie. 40% des 386 futurs néo-titulaires viennent d’une autre académie. Ce dernier chiffre est en baisse par rapport à l’an passé (53%) du fait de la participation de la première vague des stagiaires issu du plan Sauvadet à ce mouvement.

Ces quelques chiffres, très parlants, sont caractéristiques d’une académie ne bénéficiant pas des moyens nécessaires pour mener à bien les missions d’enseignement et de réussite de toutes et tous. La conséquence ? Le manque d’attractivité d’une académie jugée difficile, dans une région où le coût de la vie et les difficultés à se loger se font cruellement sentir alors que le point d’indice est gelé.

Le nombre de participants TZR est de 54 (61 en 2012/2013 et 66en 2011/2012). Le nombre de TZR ne cesse de diminuer alors que la situation des remplacements est toujours problématique dans notre académie.

Il y a 19 Mesures de Cartes Scolaires (MCS) contre 20 l’an dernier. Bien que nous sommes loin des chiffres du mouvement 2012 (61 MCS) ce chiffre reste encore inquiétant. D’autant plus inquiétant que les matières professionnelles de la filière GA paye encore cette année un lourd tribut : 3 MCS en communication bureautique et 7 MCS en comptabilité bureautique. La CGT Educ’action continue de s’inquiéter de l’avenir des personnels enseignants dans cette filière particulièrement malmenée par les dernières réformes et attend de l’institution et du rectorat que des réponses soient apportées à la situation alarmante de cette filière.

En ce qui concerne les règles définies par la circulaire académique régissant le barème du mouvement intra-académique de Créteil, la CGT Educ’action Créteil acte positivement le choix du rectorat, sous proposition de la CGT et soutenue par d’autres syndicats, d’attribuer une bonification de 30 points aux stagiaires issus des concours dits « Sauvadet ». Le refus du ministère, malgré les demandes de la CGT Educ’action, d’attribuer une bonification au mouvement inter académique à ces mêmes stagiaires a entraîné le non maintien dans leur académie de 80% d’entre eux. Cette bonification nous semble encore insuffisante pour garantir le maintien des ex-contractuels dans leur établissement de stage. Attribuée au niveau du vœu établissement, elle n’est pas un réel plus puisque mise en concurrence par exemple avec la bonification ex-contractuel de 100 points attribuée sur le premier vœu large non restrictif.

Au regard du nombre de demandes et celui des postes disponibles à cause des suppressions de section, du vol d’heures de DHG par la non application des textes et des blocages de postes pour les stagiaires, il ne faut pas être grand clerc pour anticiper un mouvement Intra qui sera de nouveau tendu et porteur de beaucoup d’insatisfactions.

Par exemple en lettres histoire géographie nous ne pouvons comptabiliser seulement 55 postes vacants pour 85 nouveaux entrants lors du mouvement inter académique.

A l’inverse certaines matières sont particulièrement en déficit, il manque 473 nouveaux entrants pour occuper l’entièreté des postes vacants indiqués par le rectorat lors de l’ouverture du serveur du mouvement intra académique. Les matières professionnelles comme les STMS (-76), la vente (-56), les biotechnologies (-42) sont particulièrement touchées.

Nous ne pouvons que déplorer le manque de lisibilité de la politique rectorale en faveur des lycées professionnels, EREA et SEGPA. Alors qu’à l’issu du CTA de janvier 2014 était annoncé un statu quo en ce qui concerne les moyens en lycée professionnel, celui de mars a révélé une fermeture de 128 postes de PLP pour seulement 61 ouvertures soit un solde négatif de – 67. Ces fermetures de poste sont d’autant plus incompréhensibles que l’académie de Créteil ne respecte pas les horaires réglementaires applicables aux classes de baccalauréat professionnel, les classes de section tertiaire sont sous-dotées de 5 heures hebdomadaires. Ce non-respect des horaires réglementaires entraîne un déficit en équivalent temps plein de 220 postes. La CGT Educ’action exige l’application des horaires prévus par le BO spécial n°2 du 19 février 2009 soit 45 heures hebdo pour une classe de 24 élèves en tertiaire et 48,3 heures en filière industrielle !

Une politique ambitieuse pour les LP ne passant pas par le tout apprentissage est possible ! Créteil est l’académie qui envoie le plus d’élèves en bac général ; pour autant, beaucoup d’élèves y échouent. La CGT Educ’action revendique des ouvertures de 1re professionnelle d’adaptation pour y accueillir les élèves qui souhaiteraient se réorienter vers la voie professionnelle. Plus encore, la voie professionnelle ne doit pas être une voie de relégation. Nous revendiquons des perspectives de poursuites d’études pour nos élèves ainsi l’ouverture de BTS au sein des LP permettant d’avoir une continuité pédagogique et éducative plus favorable à la réussite des bacheliers professionnels.