Accueil > Actualité > CTPM du 10 mars 2010 : modifications statutaires liées à l’entrée dans le (...)

Actualité

CTPM du 10 mars 2010 : modifications statutaires liées à l’entrée dans le métier

jeudi 11 mars 2010

Déclaration de la FERC-CGT :

La poursuite dogmatique de la politique du non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant en retraite, génère des suppressions massives de postes, alors que les effectifs élèves vont être en augmentation dans les prochaines années.
La politique menée jusqu’ici contribue à rendre les métiers de l’enseignement de moins en moins attractifs.

Projet modifiant les décrets des statuts des différents corps d’enseignement

Dans le contexte social difficile que traverse le pays, ces destructions d’emplois contribuent à l’aggravation du chômage.

La réforme de la formation qui vise en partie à réaliser des économies budgétaires, met aussi en avant une autre conception du métier d’enseignant.
Le gouvernement impose aux jeunes, pour passer les concours, de faire des études plus longues sans aucune perspective de contrepartie salariale.
L’augmentation salariale proposée est dérisoire et ne compensera pas la perte d’une année de salaire en tant que fonctionnaire stagiaire.
L’élévation du niveau d’études pour passer les concours accentuera le tri social parmi les futurs enseignants, car il réduira les possibilités d’accès à nos métiers pour les jeunes issus de milieux défavorisés.
Pour nos collègues, l’entrée dans le métier sera de plus en plus difficile. Au lieu d’apprendre leur métier dans des conditions favorables, le gouvernement choisi, pour la rentrée 2010, de placer les stagiaires sur des postes à plein temps pendant les deux tiers de l’année.
Pour le tiers-temps de formation restant, ils seront remplacés, selon les académies par des TZR, des contractuels ou des vacataires.
Il n’est nul besoin d’insister sur l’impact désastreux d’une telle mesure sur les conditions d’études des élèves.

Projet modifiant le décret n° 2003-1260 du 23.12.2003 : professeurs des écoles de Polynésie

Ce dispositif aura aussi pour effet de bloquer le mouvement intra académique des titulaires.
Enseigner est un métier qui s’apprend, la profession enseignante ne peut se réduire à un référentiel de compétences transmis sous la forme d’un compagnonnage.
Cette réforme aura pour effet de donner à nos jeunes collègues une vision extrêmement restrictive de leur métier.
Elle constitue un vrai déclassement de nos professions.

Projet modifiant l’arrêté du 11.08.2005 : évaluation des personnels d’inspection

Pour toutes ces raisons, nous demandons au ministre le retrait, de l’ordre du jour du CTPM, des décrets portant sur les modifications statutaires liées à l’entrée dans le métier.