Accueil > Actualité > Bienvenue à l’IUFM de Créteil !

Actualité

Bienvenue à l’IUFM de Créteil !

CGT-Educ’action Créteil : journal des IUFM

mercredi 27 août 2008

Vous constaterez que l’Education Nationale et la formation initiale des enseignants est en danger, victime des mauvais coups portés par le gouvernement.
C’est ainsi que les milliers de postes supprimés vont, en plus de dégrader les conditions de travail des enseignants et des élèves, sont autant de postes en moins proposés aux concours. De toute façon, Sarkozy a prévenu : d’ici 2010 la formation initiale des enseignants dans les IUFM sera supprimée au profit d’un master professionnel dispensé en université. A la suite de l’obtention de ce master, le jeune collègue serait « accompagné » par un enseignant plus expérimenté sous la forme d’un compagnonnage.
Cette décision ne répond en rien aux besoins des enseignants qui démarrent dans un métier de plus en plus difficile.
La raison de cette réforme est budgétaire ; supprimer l’année de stage à l’IUFM pour envoyer le collègue directement devant les élèves revient à économiser 20 000 postes. L’IUFM serait cantonnée à la formation continue. Les stagiaires découvriront dès cette année les joies de l’intégration de l’IUFM à l’université Paris 12 : stages en entreprise à l’intérêt plus que douteux, formation infantilisante, organisation défaillante…

Le journal des IUFM numéro 1


Les enseignants ont besoin d’être formés et de prendre du recul sur leur métier. La légende selon laquelle on apprendrait mieux « sur le tas » est complètement fausse. De nombreuses souffrances sont liées à la difficulté d’enseigner aujourd’hui et l’inexpérience est une difficulté supplémentaire.
Quel collègue ne s’est jamais trouvé démuni face à une classe chahuteuse ?
Quel collègue ne s’est jamais trouvé démuni face à des élèves qui ne comprennent pas sa démarche ou ses explications ?
Envoyer le collègue débutant devant une classe à temps plein lui permettra-t-il de mieux faire face à ces problématiques ? Sûrement pas.
Supprimer l’année de stage et la formation spécifique résoudrait-il le problème de la formation des profs ? Sûrement pas.

Il est vrai que la formation dispensée en IUFM pourrait être améliorée. Des cours de psychopédagogie, de gestion de groupe seraient bénéfiques. L’année d’IUFM doit aussi permettre de préparer de nombreux cours afin de faciliter la première année d’enseignement. Le fait de ne pas se retrouver à plein temps devant les élèves, c’est aussi une façon de prendre le temps de s’intégrer dans le métier, sans vivre le rythme effréné de la préparation des cours de la veille pour le lendemain, et de prendre du recul face aux multiples difficultés qui attendent le nouveau collègue.

L’autre facette perverse de cette réforme, c’est la masterisation. En premier lieu, ce master serait dispensé par les universités. Or, celles-ci sont soumises à la loi sur l’autonomie, c’est-à-dire que les moyens accordés et la qualité des enseignements diffèreraient d’une fac à l’autre.

En second lieu, l’embauche des profs à bac +5, c’est le risque de créer des différences de statut avec ceux qui ont été embauchés à bac +3, c’est à nouveau diviser pour mieux régner. De plus, et malgré les dénégations d’un gouvernement qui a maintes fois prouvé qu’il ne tenait pas sa parole, la disparition des concours est préfigurée dans cette masterisation. Le rapport Pochard exprime la volonté de recruter les profs sous contrat de droit privé. Supprimer les concours, c’est supprimer le statut actuel du prof comme fonctionnaire d’Etat.

Le troisième volet, c’est le « compagnonnage ». Quel enseignant en activité a le temps d’assurer à la fois ses cours et la formation complète du prof débutant ?

Cette réforme de la formation des enseignants peut donc être vue comme une atteinte grave, aussi bien à la qualité de la formation qu’au statut futur du prof. Il est dès lors indispensable de dénoncer cette réforme et de revendiquer un IUFM répondant aux besoins du prof en formation au début de sa carrière comme tout au long de celle-ci.
Nous vous proposons de nous retrouver pour en discuter lors de nos permanences. Nous pourrons échanger sur les revendications pour nous pouvons porter ensemble.

Et parce que la CGT c’est aussi cela : nous serons là pour vous aider tout au long de l’année pour vous conseiller dans vos démarches de reclassement, de titularisation et de mutation.


Notre brochure “ spécial IUFM ” vous en dira plus et vous aidera à vous retrouver dans la complexité des textes et des situations. Vous y trouverez des extraits et les références des textes officiels, des adresses pratiques, les grilles de traitement, les démarches à effectuer pour obtenir vos indemnités, les affectations, les orientations de la CGT Educ’action, etc.Vous pouvez vous la procurer et poser vos questions pour toutes les difficultés rencontrées lors de votre formation, soit lors des permanences que nous tiendrons dans vos locaux, ou en contactant nos responsables IUFM.

Face à la politique libérale du gouvernement et du MEDEF : atteintes à la solidarité, remise en cause des droits sociaux (retraites, sécu…) et des services publics, licenciements et précarité… pour mieux résister, lutter, proposer, nous devons avoir une démarche interprofessionnelle.
C’est le sens d’une adhésion à la CGT Educ’action, qui œuvre à la transformation du système éducatif et au rassemblement de tous les salariés.


Fiche de suivi

La brochure IUFM

Contacts IUFM