Accueil > Actualité > Le courrier académique 271 : Un mois de mars 2008 offensif

Actualité

Le courrier académique 271 : Un mois de mars 2008 offensif

mardi 18 mars 2008

Sommaire

Page 1 : Edito

Pages 2 et 3 : Premier degré : retours en arrière !

Pages 4 : Promotions

ENCARTS

- Dossier syndical de suivi pour le mouvement intra-académique, pour les notations et le congé de formation

- Rapport Pochard : Analyse de la CGT-Educ’Action

- Hors-classe et néo-titulaires

- FTP : Audience avec le DAET

Le courrier académique 271

- Réunion du collectif Collège


EDITO

UN MOIS DE MARS OFFENSIF

Construisons un mouvement d’ensemble

POUR UNE AUTRE POLITIQUE DANS L’EDUCATION

Le gouvernement refuse toujours de répondre aux revendications des personnels mobilisés depuis plusieurs mois. Il poursuit sa politique de destruction de l’emploi public avec des conséquences catastrophiques sur la préparation de la rentrée 2008. C’est le moment de se faire entendre !

Le premier degré est particulièrement touché en ce début d’année : manque de remplaçants, service minimum, suppression du samedi matin, réforme des enseignements… Halte à la démagogie : le premier degré a besoin de moyens ! (voir pages 2 et 3).

Au nom du dogme du non remplacement de tous les départs en retraite, le gouvernement entend supprimer 11200 postes dans l’Education cette année. Pour les prochaines années, ce serait même 20.000 par an. Dans notre académie souffrant pourtant déjà d’une insuffisance criante de moyens permettant d’assurer la réussite de tous les élèves, le rectorat veut réduire encore l’emploi. Au final, ce sont élèves et personnels qui « trinquent » avec réduction des options et heures d’enseignement, augmentation des effectifs par classe... Dans le 1er degré, où les annonces sur la carte scolaire ont été reportées après les municipales, l’inquiétude est de mise. Refusons cette réduction catastrophique des ambitions éducatives, cette dégradation des conditions d’enseignement.

Le courrier académique 271

Non content de réduire les moyens aux établissements, fidèle aux orientations gouvernementales, le rectorat entend multiplier les heures supplémentaires. C’est ainsi qu’aux suppressions de moyens prévues s’ajoutent 683 postes encore en moins en lycée, 266 en LP. Au final, avec l’augmentation des heures sup et la suppression des moyens, ce sont près 1200 emplois qui seraient supprimés dans l’académie. Les cartes scolaires vont se multiplier et pour les non-titulaires, c’est le chômage en perspective à la rentrée. Pour les collègues restant en poste, c’est un alourdissement de la charge de travail qui est programmée. Empêchons cette nouvelle dégradation.

La généralisation des bacs professionnels en 3 ans est une première étape de la réforme globale du système éducatif que veut imposer Darcos et le gouvernement. Cette réforme du baccalauréat professionnel n’est pas d’ordre pédagogique mais budgétaire. Agissons pour le maintien du BEP, contre la généralisation, pour une formation professionnelle de véritablement revalorisée (voir notre encart FTP).

Au lieu de les revaloriser, le rapport Pochard dont doit s’inspirer Darcos pour son livre blanc de réformes, entend mettre en cause nos statuts, alourdir notre temps de travail et nos missions ! (Voir notre encart spécial).
20 % de pouvoir d’achat en moins depuis 20 ans. Aucune augmentation en 2007 (avec une inflation à 2,6 %), et aujourd’hui avec seulement 0.5% pour le point d’indice en 2008 et rien pour 2007, le gouvernement entend maintenir le blocage des salaires et imposer une nouvelle conception de la fonction publique. Les personnels devraient financer eux-mêmes leur augmentation de salaire : en travaillant plus avec les heures supplémentaires et par l’intégration des mesures de promotion dans la revalorisation salariale. Exigeons une augmentation immédiate pour tous rattrapant le pouvoir d’achat perdu.

Le courrier académique 271

Après les grèves nationales, après la grève régionale du 15 février 2008, les mobilisations des établissements par des grèves, des demandes d’audiences, des rassemblements, continuons à nous mobiliser pour une autre politique de l’éducation en participant aux grèves et manifestations. Ensemble, développons la mobilisation pour imposer nos revendications.

Dans ce journal vous trouverez des dossiers syndicaux de suivi pour le mouvement intra-académique, pour les notations et pour le congé de formation