Accueil > Actualité > La culture du résultat et de l’évaluation : Sarkozy trace les grands axes de la (...)

Actualité

La culture du résultat et de l’évaluation : Sarkozy trace les grands axes de la réforme du lycée et du recrutement des enseignants

lundi 2 juin 2008

Sarkozy a tracé lundi 2 juin 2007 devant les inspecteurs d’académie et généraux et devant les président d’université les grands axes de sa réforme des études au lycée ainsi du recrutement des enseignants.


Nouveau lycée

Il a tout d’abord souhaité que soit imaginé "un lycée beaucoup plus souple, qui dépasserait les impasses d’un cloisonnement trop rigide en filières" et qui donne une "liberté plus grande" à chaque lycéen.

Dans le nouveau lycée, "l’équilibre entre cours magistraux et travail personnel" sera revu et le lycéen se verra offrir une "différenciation des parcours" lui permettant de "construire un parcours qui lui ressemble", a-t-il ajouté.

Sarkozy a dénoncé "la surcharge des emplois du temps" actuelle et estimé que le "système des filières, (...) écrasé par la section scientifique", n’était "plus tenable".

L’objectif est de "mieux préparer" les lycéens à l’enseignement supérieur à la faveur de la mise en place de la réforme. Celle-ci passera par l’élaboration d’une "nouvelle seconde", en 2009, suivie d’une nouvelle première, en 2010, et d’une nouvelle terminale, en 2011. Elle devrait permettre la mise en place d’un "nouveau baccalauréat" en 2012, selon l’Elysée.

Le discours complet de Sarkozy

Recrutement des enseignants

Sarkozy a aussi confirmé le lancement d’une deuxième réforme, celle du recrutement des enseignants, pour "les nouveaux entrants", à partir de 2010.

La formation des enseignants va ainsi être allongée jusqu’au niveau master (bac+5) et les différents concours d’enseignants seront intégrés au cursus universitaire, a-t-il expliqué, sans donner de précision sur le sort des Instituts universitaires de formation des maîtres (IUFM), où sont actuellement formés les étudiants se destinant à l’enseignement.

Il a chargé les ministres Xavier Darcos (Education) et Valérie Pécresse (Enseignement supérieur) de définir le "contenu des nouvelles épreuves" et l’"habilitation des nouveaux masters", et les présidents d’universités de "développer une offre de formation diversifiée".

En contre-partie, "les débuts de carrières" de ces enseignants seront "revalorisés".

Actuellement, lorsqu’ils débutent, les enseignants stagiaires, (professeurs des écoles, certifiés ou professeurs de lycée professionnel) perçoivent un traitement minimum (hors primes) d’environ 1.300 euros nets mensuels.

Davantage de culture de l’évaluation et du résultat

Le discours complet de Sarkozy

Sarkozy a affirmé qu’il fallait que l’Education nationale « entre résolument dans la culture de l’évaluation et du résultat ». « Votre rôle dans cette petite révolution est absolument capital. C’est à vous, dans chaque académie, dans chaque département, pour chaque filière et pour chaque discipline, de promouvoir cette nouvelle façon de diriger l’école », a-t-il lancé aux inspecteurs d’académie, inspecteurs généraux et présidents d’universités.
« C’est à vous, sur le terrain, d’encourager les bonnes pratiques et de récompenser des efforts, de repérer les difficultés, de traquer les dysfonctionnements et de sanctionner les insuffisances », a-t-il ajouté.


Face à cette nouvelle attaques du service public d’éducation, une seule réponse : la mobilisation !

Tous en grève le 10 juin

Le discours complet de Sarkozy

Lire le tract de la CGT-Educ’Action Créteil-Versailles