Accueil > Actualité > Appels unitaires à la grève premier et second degré

Actualité

20 NOVEMBRE

Appels unitaires à la grève premier et second degré

jeudi 20 novembre 2008

Manifestation : 14h30 Luxembourg vers le ministère de l’Education


D’autres infos sur la manif en cliquant sur ce lien.

Vous trouverez ci-dessous :

- l’appel national à la grève premier et second degré CGT-Educ’action/SUD-Education

- l’appel national à la grève second degré CGT-Educ’action/CNGA-CGC/SE-UNSA/SNALC-CSEN/SNEP-FSU/SNES-FSU/SNETAA-EIL/SNUEP-FSU

A lire aussi les appels unitaires départementaux :

- 93 : CGT-Educ’action, Snuipp-FSU, SE-UNSA, SNUDI-FO et SUD-Education

- 94 : CGT-Educ’action, Snuipp-FSU, SE-UNSA, SNUDI-FO, SUD-Education et FCPE

- 77 : CGT-Educ’action, FSU, SE-UNSA, SGEN-CFDT et SUD-Education

A noter enfin que l’UNEF, l’UNL et la FIDL appellent les étudiants et les lycéens à l’action.

Lire l’appel de l’UNL : http://www.unl-fr.org/actu_view.php?id=362

Télécharger le tract de l’UNL : http://www.unl-fr.org/campagnes/mob_reforme/tract.pdf

A noter enfin que la fédération nationale des Services publics CGT (qui syndique les personnels municipaux des écoles) a déposé un préavis de grève pour le 20/11.


Lire l’appel de la CGT-Educ’action Créteil


Face à la politique de casse de l’Éducation : La CGT-Educ’action et SUD-Education appellent à la grève le 20 novembre !

Appel à la grève premier et second degré

L’ensemble des réformes en cours porte une conception régressive de l’éducation dont les personnels mesurent les dégâts, notamment depuis cette rentrée, dans les écoles, les établissements secondaires et l’université.

Le 19 octobre, 80 000 personnes venues de toutes les régions ont exprimé leur inquiétude dans les rues de Paris.
Derrière un affichage d’équité, ces mesures accélèrent encore le désengagement de l’État du service public d’éducation.
Cette politique va détériorer, profondément et durablement, notre système éducatif. Elle contient tous les ingrédients pour que se renforce une école à deux vitesses dans une société minée par les injustices et les inégalités.

Télécharger les appels nationaux et unitaires à la grève

Ainsi, le projet de loi de finances 2009 prévoit 13 500 postes de moins dans l’Education nationale. Ce budget s’inscrit dans la continuité de la politique de réduction de moyens menée depuis plusieurs années dans l’ensemble de la fonction publique.

D’ici 2011, c’est 90 000 emplois qui seront encore supprimés avec les réformes structurelles en cours : généralisation du bac professionnel en 3 ans au lieu de 4 ans, mastérisation de la formation enseignante et suppression des IUFM, réforme du lycée.

Cela représente plus de 10 % des effectifs actuels, auxquels il faut ajouter des dizaines de milliers d’emplois de personnels éducatifs.
Dans le primaire et en maternelle, notamment, 6 000 postes seront supprimés à la rentrée 2009, alors que 16 000 élèves supplémentaires sont attendus.

De même, l’annonce du transfert, en 2009, de 3 000 maîtres spécialisés sur les 9 000 exerçant dans les réseaux d’aide spécialisés pour les élèves en difficulté (RASED) dans des classes ordinaires signe la disparition de l’enseignement spécialisé et par la même de la lutte contre l’échec scolaire.

Les lycées et les collèges continueront d’être fortement touchés, notamment avec la généralisation des fusions administratives et la multiplication des postes à service partagé.

Ces choix, économiques et idéologiques, représentent une rupture avec la conception démocratique et républicaine de l’école.

Ils mettront le service public dans l’incapacité de remplir ses missions et accélèreront la mise en place d’un système concurrentiel.
Les réformes engagées conduiront à une dégradation sans précédent des conditions d’étude pour les élèves et de travail pour les personnels.

Face à des attaques qui concernent tous les secteurs du système éducatif et tous les personnels c’est, tous ensemble, que nous devons répondre :

- Pour refuser la gestion de la pénurie et la régression de notre système éducatif,

- Pour exiger des moyens et des conditions de travail permettant aux personnels de mettre tous les élèves en situation de réussite et d’éradiquer l’échec scolaire,

Télécharger les appels nationaux et unitaires à la grève


- Pour demander un autre projet d’école.

Nous appelons l’ensemble des personnels de l’Education nationale à décider la grève et à manifester le jeudi 20 novembre 2008

le 7 novembre 2008


Appel unitaire à la grève le 20 novembre

Intersyndicale nationale du second degré

CGT-Educ’action, CNGA-CGC, SE-UNSA, SNALC-CSEN, SNEP-FSU, SNES-FSU, SNETAA-EIL, SNUEP-FSU

Alors que la rentrée 2008 s’est déroulée dans des conditions matérielles très difficiles pour l’ensemble des établissements du 2nd degré, le projet de budget 2009 ne peut que renforcer l’inquiétude des personnels. Les collèges, pourtant en augmentation démographique subiront les plus fortes suppressions d’emplois. Les lycées et les lycées professionnels ne seront pas épargnés. De surcroît, les diminutions programmées du nombre de places aux concours de recrutement et des moyens de remplacement annoncent un recours massif à la précarité.

Alors que le parlement délibère sur la loi de finances 2009, les organisations syndicales dénoncent des perspectives budgétaires qui vont nuire gravement et durablement aux élèves et aux enseignants. Le gouvernement entend mener une politique pilotée et contrainte par un budget en régression et une logique de réduction de l’offre de formation, en particulier dans la voie professionnelle.

A la dégradation constante et programmée des moyens d’enseignement et des conditions de travail, s’ajoutent des attaques répétées contre le paritarisme et le droit syndical. La politique du fait accompli et la marche forcée ne peuvent tenir lieu de méthode de dialogue social.

C’est parce qu’elles font du développement du système éducatif un enjeu fondamental pour l’avenir du pays et des jeunes que les organisations soussignées appellent à la grève dans les collèges, lycées et lycées professionnels le jeudi 20 novembre pour :

– Un budget 2009 à la hauteur des exigences, ce qui nécessite notamment de revenir sur les suppressions de postes prévues ;

– Une rénovation du système éducatif avec comme axe principal la réussite et l’élévation de la qualification de tous les jeunes, ce qui va de pair avec l’amélioration des conditions de travail des élèves et des personnels ;

– Le maintien et le développement du paritarisme et des droits syndicaux ;

– Un véritable dialogue social sur les questions éducatives, ce qui nécessite que toute réforme prenne en compte les propositions des personnels, des parents, des élèves et de leurs organisations représentatives ce qui exclut la précipitation dans laquelle le ministère entend actuellement travailler ;

Télécharger les appels nationaux et unitaires à la grève

– La revalorisation de l’ensemble des personnels d’enseignement, d’éducation et d’orientation ;

– Une réforme des lycées reconnaissant les apports disciplinaires, respectant les métiers, définissant des parcours cohérents dans les 3 voies de formation pour mener davantage de jeunes au Baccalauréat, examen national garantissant l’accès à l’Université.