Accueil > Actualité > La CGT-Educ’action favorable à de nouvelles mobilisations pour défendre les (...)

Actualité

La CGT-Educ’action favorable à de nouvelles mobilisations pour défendre les retraites

mardi 30 mars 2010

Les réformes successives sur la retraite, engagées en 1993 pour le privé (« loi Balladur-Veil ») puis en 2003 pour la fonction publique (« loi Fillon ») n’ont rien changé quant à l’équilibre financier des régimes de retraite.
En revanche, elles ont consacré un recul sans précédent de notre système de retraite par répartition.
Car c’est une volonté constante du pouvoir en place, poussé par le MEDEF, de casser notre système.
Toutes les mesures envisagées (allongement de la durée de cotisation, recul de l’âge de
départ, …) n’auront comme conséquences qu’un montant de la retraite très aléatoire, un appauvrissement des retraités, …
La loi Fillon de 2003 avait prévu un rendez-vous retraite tous les 4 ans. Le prochain ne devait avoir lieu qu’en 2012 : pas assez rapide pour le chef de l’État qui décide unilatéralement d’en avancer la date à l’automne 2010

L’HEURE EST GRAVE

Seuls les systèmes par répartition garantissent de manière collective et intergénérationnelle les droits des citoyens : le « modèle » suédois de « comptes notionnels », en partie aussi par répartition, que l’on nous présente comme un remède miracle alternatif, prévoit une diminution de 3 % du montant de pensions en 2010 !

Avec la CGT nous affirmons que d’autres choix sont possibles, notamment :

- Mise en place d’une autre politique de l’emploi car il est impossible de dissocier emploi - salaire - retraite.

- Élargissement de l’assiette des cotisations : taxation des revenus financiers (bonus, stock options, intéressement, …)

- Modulation des cotisations en fonction des politiques salariales des entreprises.

LA RETRAITE SERA CE QUE NOUS EN FERONS

Le CNU s’adresse solennellement à tous les camarades, à tous les collègues. Mettons tout en œuvre :

- Pour empêcher la mise en place d’une nouvelle réforme rétrograde.

- Pour l’abrogation de la loi Fillon de 2003 et la loi Balladur de 1993.

- Pour faire connaître les propositions alternatives de la CGT, seules garantes d’un réel système solidaire et intergénérationnel par répartition.