Accueil > Actualité > Vigilance sur les restructurations pour la rentrée 2010 !

Actualité

Vigilance sur les restructurations pour la rentrée 2010 !

Refonte de la carte des formations dans la voie professionnelle

dimanche 20 décembre 2009

Pour faire le point sur l’évolution de la voie professionnelle dans l’académie, la CGT-Educ’action a été reçue le mardi 15 décembre par le délégué à l’enseignement technique (DAET) du rectorat et en intersyndicale lors du groupe de travail académique sur la formation professionnelle le 17 décembre 2009.

En voici quelques éléments.


Bilan de la réforme de la voie professionnelle,
généralisation du bac-pro 3 ans

Comme la CGT-Educ’action l’avait prévu et annoncé, la généralisation du bac-pro 3 ans est très éloignée de la revalorisation annoncée de l’enseignement professionnel. Sur le terrain et les établissements, les difficultés s’accumulent, classes surchargées avec des élèves qui n’ont pas choisi leur orientation, des élèves de plus en plus jeunes ce qui pose des problèmes de maturité.

Sur le terrain des établissements, la confusion est très grande. L’application des horaires globalisés et tri-annualisés se solde par une extrême diversité des situations entre les différents établissements.

Lors de ces rencontres, nous avons demandé qu’un véritable bilan soit fait de la réforme de l’enseignement professionnel, qui comme nous le disions est loin de la revalorisation prétendue lors de la mise en place de la généralisation.

Le rectorat n’a pas souhaité faire le bilan de cette mise en œuvre. Il se contente de répéter que le cœur de la réforme n’est pas dans le passage d’un cursus BEP + Bac à bac 3 ans, mais dans la rénovation pédagogique, la mise en place de l’accompagnement personnalisé.
Nous ne pouvons que nous étonner de ce nouveau discours, qui s’il est à lier à la réforme du lycée, cache mal le véritable objectif de la généralisation (suppression des postes) et traduit un certain malaise à faire un bilan positif de la réforme.

Au bilan, le rectorat constate toutefois une baisse de 700 élèves entrant en voie professionnelle à la rentrée 2009 par rapport aux prévisions.


Préparation de la rentrée 2010

Le rectorat annonce sa volonté de préserver le taux de passage depuis la 3e vers la voie professionnelle. Pour cela, il dit maintenir les capacités d’accueil en 2nde bac-pro et les augmenter légèrement en CAP, et ce malgré la baisse démographique en 3e pendant 2 ans encore. Il a décidé de ne pas assigner d’objectifs d’augmenter la part d’entrants en 2nde générale et technologique.

Cependant derrière ce discours qui n’est pour l’instant pas appuyé par des éléments chiffrés, le rectorat annonce sa volonté d’ajuster l’offre de formation à la demande des élèves et familles. Il met en avant sa volonté d’identifier les établissements sur des filières pour éviter les « concurrences ».

Carte des réseaux

Il ajoute constater en cette rentrée 3884 places vacantes et en même temps des difficultés d’affectation.

Ces derniers éléments préparent sans aucun doute à des fermetures nombreuses de formations. Car si le rectorat annonce son intention de préserver les sections qui ont des débouchés mais peinent à recruter les élèves, les menaces sont très fortes sur certaines filières (tertiaire administratif notamment).

La CGT-Educ’action refuse que le constat des places vacantes servent de justification à la fermeture de sections. Nous avons souligné que ces quelques sections à faible effectif sont salutaires pour des classes où les difficultés d’enseignement sont grandes.

La CGT-Educ’action demande que l’offre de formation dans la voie professionnelle ne soit pas réduite au motif de proximité des formations, de sections réduites.

Concernant les BTS, le rectorat ne prévoit pas d’ouvertures de BTS, car il estime qu’il reste toujours trop de places vacantes.
Par contre, il prétend renforcer les dispositifs passerelles vers les STS.


Stabilité de l’offre de formation mais début de restructuration

Propositions actuelles du rectoratDans le cadre de la préparation de la rentrée 2010, les proviseurs ont été réunis dans plusieurs réunions pour discuter avec le rectorat des évolutions de l’offre de formation.
A ce stade, le rectorat n’indique que les évolutions prévues en terme de formations (et ne précise pas encore les capacités d’accueil) : c’est ce qui se trouve dans le document joint.

Propositions au 17 décembre 2009 du rectorat

Globalement, le rectorat annonce maintenir la capacité d’accueil en seconde professionnelle et augmenter de 4500 places environ la capacité en 1re professionnelle pour absorber à la fois les montants de 2nde pro, les 8000 élèves actuels de Terminales BEP et les élèves réorientés depuis la seconde générale et technologique.
Le rectorat se veut très prudent dans le calibrage des capacités d’accueil des terminales professionnelles et s’interroge sur le taux de passage et de déperdition entre les 1res .
Le rectorat prévoit au final une augmentation conjoncturelle dans la Voie professionnelle de 800 élèves, surtout par la jonction de la montée des bac-pro 3 ans et sortants BEP. Cette augmentation serait complètement effacée dès 2012.

Au-delà de cet affichage, alors que nous constatons une nouvelle forte diminution du nombre de classes prévues dans le tertiaire administratif (environ 15 suppressions), le rectorat n’a pas été en mesure de préciser quelles sont les formations qui sont ouvertes et développées (si ce n’est quelques classes dans le champ professionnel Relations clientèle et Usagers).

Le rectorat entend développer certaines expérimentations. C’est notamment le cas dans la proposition de permettre une affectation plus large sur certains CAP (APR, MHL, ATMFC) avant de trouver l’organisation pédagogique qui amènera les élèves à faire le choix du CAP précis qu’ils entendent préparer.
Dans la même idée, le rectorat entend généraliser l’affection sur les champs professionnels dans les bac-pro.


Fermetures dans le secrétariat et la comptabilité

Sur cette question de la fermeture de formations comptabilité et secrétariat, nous avons interrogé le rectorat sur le choix de fermer massivement le tertiaire administratif. Pourtant, les indicateurs sur le taux d’accès à l’emploi dans ces filières sont du même niveau que celui des autres formations.

La seule réponse du rectorat repose sur une désaffection des élèves de ces formations (ce que nous ne constatons pas sur le terrain où ces classes sont souvent remplies) et sur le fait que les branches professionnelles indiqueraient que l’emploi qui existe dans ce secteur serait plutôt au niveau III de qualification. Le rectorat envisage d’envoyer un courrier aux collègues de ces deux disciplines, pour leur demander leur projet et faire un recensement des évolutions professionnelles souhaitées. Le rectorat se dit prêt à mettre en œuvre avec les collègues concernés et volontaires un plan collectif de reconversion sans préciser avec quels moyens, quels temps de formation.

La CGT-Educ’action a exigé que pour l’éventuelle reconversion de collègues volontaires, cela se fasse avec de varis moyens en congé-formation. Nous avons demandé que les collègues contractuels soient eux aussi destinataires de ce courrier et intégrés au dispositif.


Calendrier pour l’année 2010

Le rectorat se fixe comme objectif que les classes soient constituées dès septembre. Pour cela, il prévoit d’avancer le calendrier d’affectations dans la voie professionnelle. Les résultats devraient être connus le 8 juin avant même le conseil de classe du 3e trimestre de 3e. Le rectorat entend donner plus de marge aux établissements pour effectuer les inscriptions directement.

Pour les affectations post-BEP, le calendrier est fixé au 25 mai et au 15 mai pour les sortants de 2GT avant le 15 mai. Concernant les BEP, le rectorat indique que les avis sont maintenus et s’oriente vers le fait que tous les sortants de TBEP n’auront pas de place en 1re bac, même s’ils ne peuvent plus redoubler. Il envisagerait avec la MGI de mettre en place des modules pour passer un diplôme de niveau V
Comme l’an passé, le rectorat entend pratiquer du « surbooking » afin d’anticiper d’éventuels désistements lors des inscriptions. Il entend aussi développer la pré-inscription dans certaines filières dès le mois de mars lorsque l’orientation est déjà connue en amont.

Le CTP entérinant la carte des formations et les capacités d’accueil aura lieu le 13 janvier. Le délai est donc court pour que les établissements se saisissent de ce débat qui n’a souvent pas été initié en interne. Il est primordial avant d’aborder la question de la DHG que chaque établissement débatte de l’évolution de sa structure et nous saisissent pour intervention dès que c’est nécessaire.

La CGT-Educ’action a demandé que les établissements qui souhaitent débattre de l’évolution de leur carte de formation soient reçus. Le rectorat quant à lui n’entend pas entrer dans ce type de démarche.