Accueil > Actualité > RESF ne souhaite pas une bonne année au ministre de l’immigration et de (...)

Actualité

RESF ne souhaite pas une bonne année au ministre de l’immigration et de l’identité nationale

mercredi 2 janvier 2008

Nos voeux, notre soutien vont à tous ceux que ce gouvernement traque, place en rétention et tente par tous les moyens y compris la violence, d’expulser. Ils vont particulièrement à

- David Kasoian, 20 ans, introuvable au moment toute sa famille d’origine yéside a été renvoyée en Géorgie, au début de l’année. CAP de menuiserie, et promesse d’embauche en poche, il est recalé et bon à expulser !

- aux retenus des centres de rétention administrative, en grève de la faim pour certains, qui s’emparent de la parole et nous interpellent sur la situation indigne que ce gouvernement leur inflige

- à tous les étrangers expulsables dont le fichier Eloi conservera 3 ans les données personnelles, celles de leurs parents et celles de leurs enfants, aux fins de faciliter le suivi et l’exécution des expulsions

- à leurs soutiens, les innombrables, coupables du délit de solidarité

- - à tous les jeunes, les familles, ceux qui aujourd’hui sans papiers, sont d’abord nos voisins, nos élèves, nos compagnons de travail.

Depuis le 22 décembre, RESF reçoit chaque jour des dizaines de lettres, qui parlent de vies qui seraient banales, si elles n’étaient pas sous la menace de la chasse à l’étranger menée par ce gouvernement, qui disent également l’indignation et la honte que ces actes, faits en leur nom, leur inspirent.

Pour faire entendre que ces vies ne sont pas des quota, pas des objectifs chiffrés à atteindre , RESF prolonge la campagne d’envoi de lettres au ministre de l’immigration jusqu’au 10 janvier 2008. Portés par la voix d’artistes et de militants , ces récits résonneront au cours d’une lecture publique dans les prochaines semaines.


Sur le site de RESF : la campagne de lettres