Accueil > Actualité > Pas de propagande UMP dans les lycées !

Actualité

Pas de propagande UMP dans les lycées !

lundi 21 novembre 2011

Les jeunes populaires, fédération de seine saint Denis ont adressé à l’ensemble des chefs d’établissement un courrier leur proposant d’organiser des "initiatives" en vue de l’élection présidentielle. Au prétexte d’un éveil au sens civique et à la démocratie, ils souhaitent intervenir dans les classes.

Leur démarche vise à attirer la « bienveillante attention » des proviseurs sur le scrutin présidentiel qui aura lieu les 22 avril et 6 mai prochain. Leur action doit, selon eux, permettre aux jeunes lycéens de se forger leur propre opinion, de manière éclairée, sans à priori… cette neutralité et ce dévouement civique est d’autant plus remarquable qu’il émane de jeunes populaires revendiquant dans ce même courrier leur soutien au candidat Sarkozy.

Rappelons simplement que le statut de la fonction publique pose le principe de neutralité du service public, c’est-à-dire sans considération des opinions politiques, religieuses, d’intérêts particuliers ou philosophiques des fonctionnaires ou des usagers. On peut donc douter de la neutralité de tels intervenants.

Lire la lettre de l’UMP aux chefs d’établissement du 93

Pour la CGT-Educ’action 93, il ne s’agit ni plus ni moins que d’une scandaleuse remise en cause de la neutralité dans les établissements scolaires. L’Administration, via l’Inspection d’académie et le Rectorat, doit faire en sorte que les principes constitutionnels s’appliquent sur le territoire et protéger son personnel, proviseur y compris, de toute forme de pressions politiques.

Enfin, rappelons aux jeunes UMP 93 qu’il existe encore des personnels enseignants, qui ont été formés et habilités à intervenir dans les établissements. Ces mêmes personnels enseignants sont chargés de faire cours aux élèves, en particulier lors de cours d’Education Civique et Juridique… Seuls ces personnels sont à même de respecter les principes éthiques du service public.

Toutefois, s’ils estiment que l’éducation nationale n’a plus les moyens nécessaires de mettre en place les enseignements, ils peuvent soutenir nos actions en faveur de créations de postes d’enseignants titulaires et formés.

La CGT-Educ’action 93 s’adresse donc à l’Inspecteur d’Académie et au Recteur de Créteil afin qu’ils interviennent immédiatement pour faire cesser ces tentatives d’intrusion.