Accueil > Actualité > Lycées professionnels : des changements très importants prévus pour les (...)

Actualité

Lycées professionnels : des changements très importants prévus pour les examens

vendredi 31 octobre 2008

Le CSE (1), reporté après boycott (CGT, FSU, SUD), a examiné les nouvelles modalités d’organisation du BEP dans le cadre de la réforme du bac pro en 3 ans.

- Le BEP, « une certification intermédiaire » de niveau V, perd une partie de sa valeur du diplôme professionnel national. Comme prévu, cet examen se passera à la fin de la première professionnelle.
Les conditions d’obtention du BEP induisent sa déprofessionnalisation : plus besoin d’avoir la moyenne dans les épreuves professionnelles pour l’obtenir. Le nombre d’unités obligatoires est ramené, suivant les spécialités, à 5 au maximum, chacune donnant lieu à une épreuve. Il y en avait 8 auparavant.
Le décret qui modifie les articles du Code de l’Éducation précise que 4 au moins des épreuves doivent se faire en CCF (2), soit 4 épreuves toutes en CCF, ou 5 épreuves toutes en CCF, ou encore 5 épreuves dont une seule en examen ponctuel en juin… Le risque est donc grand de voir ce diplôme se dévaloriser. Le texte indique qu’une absence, si elle est justifiée, n’est plus éliminatoire. L’élève se voit alors attribuer la note de 0. Il pourra obtenir le BEP avec une moyenne générale de 10. La grande difficulté de la mise en place du CCF résulte, notamment, de l’absentéisme et du nombre d’épreuves à organiser tout au long de l’année pour l’ensemble des élèves du LP, dans toutes les disciplines. Ceci n’est absolument pas satisfaisant. Les conditions de travail des personnels, déjà difficiles dans les LP, vont encore se détériorer. Il faudra en permanence assurer l’organisation administrative et pédagogique des CCF pour tous les CAP, pour tous les BEP et en grande partie pour les Baccalauréats !

- Pour le bac pro, une modification importante est prévue :

l’organisation d’une épreuve de « contrôle » pour les candidats n’ayant pas obtenu 10 au premier groupe d’épreuves. Ceux qui auront entre 8 et 10 et la moyenne sur les épreuves professionnelles passeront une nouvelle épreuve. L’épreuve du deuxième groupe se déroulera à l’oral (procédure du même type que pour les baccalauréats généraux ou technologiques). Les candidats ayant obtenu 10 de moyenne sur l’ensemble des deux notes (1er et 2e groupe) seront définitivement admis. Même si nous n’en connaissons pas encore les modalités précises, pour la CGT cette proposition est positive.
Notre critique porte bien évidemment sur le fond, c’est-à-dire la généralisation du bac pro 3 ans. Les dispositions réglementaires ne comportent pas de surprises. Notre vote contre au CSE s’est accompagné de l’explication qu’il convient, en s’appuyant sur la motion votée au congrès de Saint Jean-de-Monts (disponible sur le site www.unsen.cgt.fr).

(1) Conseil Supérieur de l’Éducation du 16 octobre, reporté au 23 octobre.

(2) Contrôle en Cours de Formation.


Dernière minute...

Le Conseil Supérieur de l’Education, réuni ce jour, a majoritairement émis un avis défavorable sur les décrets réglementant la nouvelle organisation des examens de BEP et Bac professionnels.


D’autres infos en cliquant sur ce lien