Accueil > Actualité > Lettre de l’URIF-CGT sur les tarifs de cantine

Actualité

Lettre de l’URIF-CGT sur les tarifs de cantine

jeudi 12 mars 2009

Monsieur Jean Paul HUCHON
Président du Conseil Régional Ile de France
33 rue Barbet de Jouy
75007 Paris

Montreuil le, 11 mars 2009

Monsieur le Président,

La région Ile de France a voté en Assemblée plénière du Conseil régional, le 20 novembre 200, une hausse considérable de 20 à 40% des tarifs de demi-pension pour tous les personnels exerçant dans les 450 lycées dépendant de la région Ile de France. En effet, les personnels doivent contribuer (pour 21%) au fonctionnement de la demi pension, ce qui n’était pas le cas jusqu’en 2008.

De même, a été votée une nouvelle hausse de 2,7% sur les tarifs demi pension des lycéens alors même que la région prélève encore pour le fonctionnement de la demi pension (rémunération des personnels) 21% sur le prix payé pour les repas par les familles.

Ce choix régional, en fait, suit la politique suivie par l’Etat avant la décentralisation de 2007 et rien n’obligeait institutionnellement la région à faire de même. La région elle-même a d’ailleurs baissé de 1,5% cette contribution en indiquant ainsi une hausse limitée des tarifs pour les lycéens et leurs familles ! Des départements comme le 93 ont d’ailleurs supprimé cette contribution des familles au fonctionnement de la demi-pension des collèges.

Des réactions d’établissements n’ont pas manqué d’interpeller la région et la Vice Présidente chargée des lycées sur cette question en demandant le maintien des tarifs 2008.

La CGT Educ Action (FERC) est intervenue par ses représentants au CIEN auprès de la Vice Présidente le 19 décembre 2008 sans réponse.
Depuis cette date, nous avons été informés d’autres réactions de lycées sur tout le mois de janvier 2009 : LPO Romainville, Lycée Paul Eluard Saint Denis, LP Papin La Courneuve, LP Pantin Weil, etc.

Dans le contexte des difficultés financières et sociales existantes qui pèsent sur le pouvoir d’achat des familles et des agents de lycées, il nous semble tout à fait important de réexaminer cette décision. Nous sommes disponibles pour toute rencontre allant dans ce sens.

Veuillez agréer, Monsieur Le Président l’expression de mes sentiments distingués.

Pascal Joly

Secrétaire général