Accueil > Actualité > Lettre au recteur sur les DHG

Actualité

Lettre au recteur sur les DHG

vendredi 15 février 2008

Monsieur le RECTEUR

Nous souhaitons vous alerter sur l’impasse actuelle dans laquelle se trouvent établissements et personnels de pouvoir préparer la rentrée 2008 avec les moyens d’enseignement proposés suite au CTP du 8 février 2008.

Le cadre imposé d’une augmentation démesurée d’ Heures Supplémentaires Années en collèges, lycées et LP-SEP par rapport au constat de la rentrée 2007 conduit principalement à cette impossibilité de répartition pour l’ensemble des établissements.

Parier ainsi sur l’attractivité forte des Heures Supplémentaires que l’on proposerait aux collègues relève d’une politique scolaire niant les difficultés objectives de la situation de nombreux enseignants dans l’exercice de leur métier et à la nécessaire prise en compte d’un abaissement de leur temps de service et de travail..

Jusqu’à présent , il est vrai que l’institution reconnaissait au moins cette réalité maintenant complètement niée.

Amplifiant de plus, par exemple, la restitution des « Heures statutaires DE Robien » en HSA , la proposition rectorale d’HSA pour la rentrée 2008 en lycées ( prés de 3 heures en moyenne par enseignant en poste) conduit à une dotation insupportable et ingérable de celles-ci.
De même, à propos des collèges cette large augmentation d’HSA conduit à une déstabilisation de l’organisation interne des enseignements dispensés dans les cycles du collège, SEGPA y compris.
Au niveau des LP-SEP, au-delà de l’augmentation importante des HSA qui dégrade fortement les conditions d’emploi et de service , se pose le problème de la perte de 2,5 heures « module » du BEP transformé en 1re année BAC PRO 3 ans expérimental qui permettait un enseignement et un suivi en petits groupes.

Il est paradoxal au moment d’une expérimentation généralisée de réduire un potentiel horaire d’enseignement que nous estimions déjà insuffisant en BEP. Il est donc indispensable de maintenir cette dotation « heures module » pour les 1re année de BAC PRO 3 ans.
De plus au niveau des Bacs Professionnels relevant de la filière industrielle, la proposition de transformer les heures d’enseignement HPS ( hygiéne-prévention-secourisme assumées par nos collègues de Génie Biotechnologie) en heures supplémentaires effectives à la rentrée scolaire va réduire sinon annuler cet enseignement pris actuellement en compte par de nombreux LP ou SEP. Cet enseignement dit facultatif entre de fait dans les référentiels des BACS professionnels industriels. Nous souhaitons que pour le moins la dotation forfaitaire appliquée jusqu’à présent soit reconduite pour la rentrée 2008.
Nous estimions déjà que celle-ci était insuffisante puisqu’elle conduisait à un enseignement réduit globalement à une seule année scolaire au lieu des deux années scolaires du BAC PRO 2 ans ou Bac PRO 3 ans expérimental.

Outre les conditions d’enseignement détériorés pour les collègues en poste ou réemployés, l’augmentation brutale du taux d’HSA par poste va multiplier les difficultés déjà rencontrées en termes d’emploi, de service et complément de service pour les personnels titulaires, titulaires- remplaçants, Néo-titulaires stagiaires IUFM et Non-Titulaires.
Il est donc indispensable de réviser de manière importante le taux d’HSA pour revenir à un taux proche de celui de la rentrée 2007 et nous vous demandons de réviser les dotations dans ce sens.
Nous ne pouvons que dénoncer, alors qu’il est nécessaire pédagogiquement de diminuer globalement le nombre d’élèves par classe en collège, en lycée, en LP-SEP et de multiplier l’enseignement en groupes réduits, de constater de nombreuses suppressions de divisions élèves, la multiplication de regroupements de sections élèves de filières différentes, une application méticuleuse, comptable et réductrice des grilles horaires référentielles existantes.

Ainsi, on constate l’arrêt de l’abaissement global des effectifs jugés trop importants en classe de seconde vers l’objectif modeste de 30 élèves. La prévision de supprimer 50 divisions de seconde dans l’académie à la rentrée 2008 tourne le dos à cet objectif pourtant retenu dans l’académie. Plutôt que de se saisir de la baisse ponctuelle des effectifs élèves pour améliorer durablement les conditions d’enseignement et d’accueil des élèves, les choix actuels nous enferment dans une logique d’économie de moyens et de culpabilisation de résultats scolaires insuffisants.

La réduction même limitée des moyens d’enseignement dédiés aux établissements reconnus difficiles pour la rentrée 2008 ne fait que confirmer malheureusement ces mauvais choix économiques mais enferment encore davantage les établissements dans leurs difficultés.
Le déficit horaire persistant par établissement pour la maintenance du parc informatique et la mise en œuvre des réseaux informatiques contrarie certainement la mise en œuvre et une utilisation plus rationnelle et généralisée des TICE. Cette demande relayée tous les ans reste encore une fois en l’état et les collègues volontaires dans les établissements pour assumer cette mission indispensable se font de plus en plus rares.

En vous remerciant de prendre en compte nos demandes et remarques, veuillez agréer, monsieur le Recteur l’expression de nos sentiments dévoués à l’ enseignement public.

Matthieu BRABANT S. Académique

JP BLANCHOUIN Bureau Union Académique

CGT Educ’Action Académie de Créteil


Accès aux DHG