Accueil > Actualité > Les recteurs multiplient par 4 les bacs pros 3 ans !

Actualité

Tous en grève le 24 janvier et dans la rue le 30 janvier

Les recteurs multiplient par 4 les bacs pros 3 ans !

jeudi 24 janvier 2008

PARIS-CRETEIL-VERSAILLES

CGT Educ’Action, SNFOLC, SNETAA-EIL, SUD Education (Créteil), CNT
SGEN-CFDT (Créteil), CNGA-CFE-CGC (Créteil), SUNDEP, SNPEFP-CGT, SNALC (Paris, Créteil)

L’intersyndicale du second degré région parisienne, réunie le 11 janvier 2008, réaffirme :

-  maintien de tous les BEP, sections et diplômes

-  maintien de tous les postes d’enseignants.

-  Non à la généralisation des bacs pro 3 ans

Dans les 3 académies, les collègues ont commencé à se réunir en assemblées générales, un millier de signatures sur la pétition intersyndicale de Créteil, 350 à Paris, 1400 à Versailles. A Versailles, un premier rassemblement a eu lieu devant le rectorat le 19 décembre.
Aujourd’hui, le ministre prétend organiser une « concertation » … :

Concertation ? Non, c’est un coup de force !
300 sections de BEP rayées de la carte
dès septembre 2008 !

A Créteil, le recteur annonce 183 bacs pros en 3 ans contre 48 cette année et la fermeture de 134 BEP
A Versailles, le recteur annonce 132 bacs pros en 3 ans supplémentaires et la fermeture de 140 BEP
A Paris, le recteur annonce 37 bacs pros en 3 ans contre 9 cette année et la fermeture de 26 BEP

Nous demandons aux recteurs la suspension immédiate de toutes ces mesures ! Nous appelons les personnels à se réunir en AG, à prendre position, à établir les revendications,
à signer et faire signer les pétitions intersyndicales et à les faire converger vers les CTPA (Comités Techniques Paritaires Académiques), réunis par les recteurs le 17 janvier à Créteil et Versailles, le 25 à Paris.

Ces décisions sont à relier aux mesures prévues par le gouvernement avec la commission « Pochard » qui doit rendre ses travaux fin janvier : remise en cause de nos garanties statutaires, ouverture à des définitions locales de nos obligations de service, recours à des personnels sans statut, … et aux mesures de suppressions de postes dans l’ensemble du 2nd degré : 637 (Créteil), 578 (Versailles), 177 (Paris), décidées par le ministre pour la prochaine rentrée.

Avec les fédérations de la Fonction Publique FO, CGT, FSU, UNSA, CFTC, Solidaires, CFDT
et celles de l’Education Nationale FSU, CGT, UNSA, FO, EIL, SNALC, Sud-Education et le SGEN-CFDT
pour l’augmentation du point d’indice et contre la politique de RGPP
(révision générale des politiques publiques),

GREVE JEUDI 24 JANVIER

Manifestation à 14H. Bastille

Nous ne lâcherons pas !

L’intersyndicale du second degré de la région parisienne invite les personnels à se mettre massivement en grève le 24 janvier pour défendre leurs revendications de fonctionnaires et, en même temps, à développer la mobilisation contre la généralisation des Bacs pro 3 ans.
Elle les invite à se préparer à aller manifester le mercredi 30 janvier (14H30 Sèvres Babylone, avec préavis de grève) au Ministère.
Elle leur propose de s’adresser aux parents (voir proposition de lettre aux parents ci-dessous).


Lettre aux parents

L’intersyndicale des syndicats du second degré de la région parisienne s’adresse aux parents d’élèves :

PARIS-CRETEIL-VERSAILLES

CGT Educ’Action, SNFOLC, SNETAA-EIL, SUD Education (Créteil), CNT
SGEN-CFDT (Créteil), CNGA-CFE-CGC (Créteil), SUNDEP, SNPEFP-CGT, SNALC (Paris, Créteil)

Le Ministre veut supprimer toutes les classes de BEP et généraliser des bac pro en 3 ans au lieu de 4 ans :

nous disons NON !!

Nous serons en grève JEUDI 24 JANVIER avec les fédérations de la fonction publique et en manifestation à 14H à la Bastille

L’intersyndicale du second degré de la région parisienne s’oppose totalement à cette décision du Ministre de généraliser les bac professionnels en 3 ans.

SYSTEME ACTUEL :

- Fin de 3éme, orientation possible en BEP, soit 2 ans de formation pour acquérir un diplôme le Brevet d’Etude Professionnelle (BEP) puis, possibilité de poursuite d’études en :

o Bac Professionnel en 2 ans ;

o 1re Technologique (STG ou STI)
Certains élèves peuvent entrer dès la sortie de 3e en bac professionnel en 3 ans, mais ils sont peu nombreux.

PROJET MINISTERIEL :

- Suppression d’ici la rentrée 2009 de toutes les classes de BEP ;

- Généralisation des BAC PRO en 3 ans.

CONSEQUENCES :

- 3 années au lieu de 4 pour obtenir le BAC PRO ;

- Les élèves les plus en difficulté ou ceux ne souhaitant pas aller jusqu’au BAC, sortiraient du système scolaire sans aucun diplôme. Il n’existerait donc plus aucun diplôme possible de niveau V avant le BAC pour vos enfants. Le ministre parle d’une « certification de niveau V », mais qu’en serait-il ??

- Les exigences du BAC PRO seraient diminuées. En effet, la suppression d’un an de formation ne peut se faire sans diminution importante du niveau d’exigence, ce qui entraînerait à terme une dévalorisation du diplôme aux yeux des employeurs.

- Les élèves les plus brillants ne pourraient plus rejoindre une 1re Technologique d’adaptation (STG, STI) en fin de BEP.

Les recteurs des trois académies mettent en place cette réforme dans la plus grande précipitation pour la prochaine rentrée scolaire ;

Ainsi

le recteur de Créteil prévoit 183 bac pro en 3 ans rentrée 2008 alors qu’il y en a 48

Le recteur de Versailles en prévoit 180 alors qu’il y en a 48 cette année

Le recteur de Paris en prévoit 37 alors qu’il y en a 9
Les trois recteurs prévoient donc de multiplier par 4 le nombre actuel de bac pro en 3 ans, en supprimant 300 classes de BEP !! C’est un véritable coup de force !

Pour toutes ces raisons, l’intersyndicale région parisienne se prononce pour le retrait de ce projet du Ministre Darcos et contre la généralisation du Bac Pro en 3 ans. Nous demandons :

- Le maintien de toutes nos sections de BEP

- La non généralisation du bac pro en 3 ans

- Le maintien du diplôme de BEP avec obligation pour tous les élèves des lycées professionnels de le passer en diplôme national et non en contrôle continu.

- Le maintien de tous les postes d’enseignants car ce projet entraînerait la suppression d’un quart des postes.