Accueil > Actualité > Les délinquants de la solidarité (et fier-e-s de l’être)

Actualité

Les délinquants de la solidarité (et fier-e-s de l’être)

4 pages spécial du RESF

lundi 19 novembre 2007

Bernadette, Catherine, Florimond, François, Kadidja, Marie-Dominique, Marie-Françoise, Marie-Noëlle, Michel, Nicolas, Valérie...

LES DELINQUANTS DE LA SOLIDARITE (et fierEs de l’être)

Les graves incidents survenus en mars 2007 à la porte d’une école maternelle de Belleville dans le XIXe arrondissement parisien ont mis au grand jour les méthodes intimidatrices et liberticides de Nicolas Sarkozy à l’époque ministre de l’Intérieur.
Ce jour là, un grand père vient chercher son petit fils à la sortie de l’école. Parce qu’asiatique de faciès, il se fait interpeller. Les parents d’élèves, les enseignantEs, les passants protestent. Trois jours plus tard la directrice de l’école est placée en garde à vue... Devant la mobilisation, les autorités ont dû renoncer à la mise en examen de Valérie (pour « outrage et dégradation de biens publics en réunion », pas moins !).
Ces faits ne doivent rien au hasard. Ils ne constituent en rien des initiatives locales et moins encore des bavures. Ils sont la conséquence imparable de la politique de quotas d’expulsions imposés aux forces de police mises en demeure de recourir à tous les moyens pour satisfaire aux exigences démentielles du désormais président de la République.
Mais manifestement, lui et son gouvernement sont inquiets de voir que la solidarité avec les enfants et les familles qui sont les cibles de sa politique ne faiblit pas. Alors jusqu’où iront-ils ?

4 pages à télécharger

Au quotidien des familles sont séparées, des parents se mutilent en rétention, la scolarité des enfants en est évidemment affectée tout comme leur état psychologique. Ouvrons les yeux : cette politique du chiffre doit cesser si nous ne voulons pas que de nouveaux drames se produisent.
- Pourquoi N. Sarkozy ne s’est il pas rendu au chevet d’Ivan, 12 ans, « tombé » en plein mois d’août du 4e étage pour échapper aux policiers d’Amiens venus interpeller ses parents à leur domicile ? Quelle rentrée scolaire pour Ivan qui est resté dix jours dans le coma ?
- Vendredi 21 septembre 2007, Chulan Zhang Liu, chinoise résidant en France, est décédée après s’être défenestrée lors d’un contrôle de police boulevard de la Villette à Paris. Cette mort tragique, dissimulée tout un week-end, est la cinquième défenestration d’un étranger sans papiers en deux mois.

Oui, en France, les sans-papiers sont pourchassés par la police. Jusque chez eux.
ON NE PRATIQUE PAS LA CHASSE À L’ENFANT SANS « DÉGATS COLLATÉRAUX »
LE CHIFFRE TUE !
Et comme si cela ne suffisait pas, de plus en plus de mesures administratives ou de poursuites judiciaires frappent des militants du RESF ou ceux qui agissent avec lui. L’objet de ce 4 pages est de le faire savoir et de rejoindre les actions de soutien. Diffusez-le autour de vous.

Le Réseau Education sans frontières est fier de défendre ces familles, ces enfants, ces amis.
Il faut mettre fin aux expulsions et aux pratiques auxquelles les forces de police se livrent.
Et donner à ceux qui vivent à nos côtés le droit au séjour.

4 pages à télécharger