Accueil > Actualité > Les chiffres baissent, les chômeurs trinquent

Actualité

Les chiffres baissent, les chômeurs trinquent

Communiqué de la CGT

vendredi 6 juin 2008

L’Insee vient de publier les chiffres du chômage du premier trimestre 2008. Une fois de plus, le gouvernement nous fait le coup de l’auto satisfecit avec, pour la période, un taux de chômage de 7, 2% de la population en France métropolitaine, en recul de 1,3 points sur un an. Il s’agit des « meilleurs chiffres depuis le début des années 80 », s’est empressé de claironner Laurent Wauquiez, secrétaire d’Etat à l’Emploi, en omettant de préciser que les modes de calcul ont pour le moins évolué depuis vingt ans.

C’est devenu une habitude, le gouvernement est plus à l’aise pour communiquer sur une baisse artificielle du chômage générée à la fois par la démographie, les radiations en masse et le développement de la précarité, que pour assurer le développement d’emplois durables et de qualité. Ainsi, au premier trimestre 2008, 1,18 million de personnes étaient en situation de sous-emploi , c’est-à-dire contraintes au temps partiel ou au chômage technique mais souhaitant travailler plus. Leur pourcentage (4,4% des personnes ayant un emploi) est certes en baisse par rapport au trimestre précédent (5,6%), mais l’Insee a depuis modifié ses modes de calcul, excluant dorénavant des milliers de personnes à temps partiel souhaitant travailler plus mais n’étant pas disponibles. En outre, a-t-on encore besoin de rappeler que 70 % des embauches actuelles sont le fait de CDD ?

Nicolas Sarkozy l’a de nouveau réaffirmé ce matin, son objectif est d’atteindre les 5% de chômage d’ici 2012. Ses moyens d’y parvenir sont connus : avec la prochaine présentation au Conseil des ministres du projet de loi sur l’offre raisonnable d’emploi rejeté par l’ensemble des organisations syndicales le 26 mai dernier à l’occasion de la commission permanente du Comité supérieur de l’emploi, le président entend bien accroître la pression sur les chômeurs afin de faire diminuer les chiffres à tous prix. Il est donc fort à parier que si le chômage poursuit sa baisse, c’est surtout parce que les chômeurs vont continuer à trinquer. Comment la situation du chômage peut-elle s’améliorer alors que le rythme des créations d’emploi décélère fortement et enregistre pour le premier trimestre 2008 son plus faible niveau depuis fin 2006 ? Pour sa part, l’Unedic prévoit même presque deux fois moins de créations d’emploi en 2008 (+180 000) qu’en 2007.

Afin de parvenir à une baisse réelle du chômage et à un retour à l’emploi durable pour l’ensemble des privés d’emploi, et des précaires, la CGT revendique de revenir aux fondamentaux et de travailler efficacement à l’élaboration d’une véritable politique industrielle ainsi qu’à la mise en place d’un service public de l’emploi de qualité articulé autour de grandes missions telles que l’accompagnement, l’indemnisation, la formation et l’orientation. Un service public de l’emploi ciblant tant les chômeurs que les salariés très précaires en activité.