Accueil > Actualité > L’ÉCOLE PRIMAIRE EST EN DANGER, AVEC ELLE LES ÉLÈVES !

Actualité

L’ÉCOLE PRIMAIRE EST EN DANGER, AVEC ELLE LES ÉLÈVES !

lundi 2 juin 2008

Les enseignants du primaire, et tous leurs élèves avec eux, vont subir la mise en danger de l’école par les mesures Darcos, dont celle dite de la « suppression du samedi matin ». D’ailleurs, cette mesures n’a été approuvée et signée que par 2 syndicats ne représentants pas la majorité des enseignants des écoles.

La CGT Educ Action Créteil, comme la CGT Educ Action s’est toujours prononcée contre cette mesure : elle va augmenter les inégalités et les exclusions face à l’accès au savoirs, savoirs- faire des élèves, tous les élèves et particulièrement ceux qui sont déjà en difficultés.
Au-delà du rejet explicite de ce projet, la CGT Educ Action Créteil considère que le gouvernement, via le ministre de l’éducation nationale, veut favoriser l’échec scolaire.
Les annonces médiatiques qui ne sont que des leurres pédagogiques et sociaux : elles sont méprisantes pour les élèves, les familles et les personnels !

Les heures de soutien hors temps scolaire au sein de l’école, les stages de remise à niveau pendant les vacances, stigmatisent les élèves en difficulté et leurs familles. Ils vont à l’encontre du rythme des enfants. Loin de réduire les difficultés scolaires, ces nouvelles organisations vont les accentuer voire en provoquer. Elles remettent en cause la pérennité des RASED, dispositif à même de traiter la difficulté pendant le temps scolaire.

Personne n’est dupe ! Un élève en difficulté scolaire devra travailler plus qu’un autre pour améliorer ses résultats ? Tout comme le plus pauvre, tout comme le salarié à « nano salaire », tout comme de nombreux salariés, l’enfant en difficulté scolaire n’a pas le droit aux vacances, au repos ! Il est puni ! C’est ainsi d’ailleurs que des élèves ont perçu les stages de remise à niveau durant les vacances de printemps ! Puni, sanctionné par un état qui le propulse, avec ces mesures vers plus de stigmatisation, plus d’angoisse, moins de repos, de jeux donc plus de difficulté de concentration d’attention… plus de possibilité de comportement difficile, donc beaucoup plus de probabilité d’accentuer l’échec scolaire !

Nous suivons Antoine Prost qui écrit :
« une catastrophe est en marche ! Le forfait s’accomplit dans l’indifférence totale ou presque ! » Presque, c’est certain ! Les voix qui s’élèvent ne sont pas entendues ou peut-être ne sont-elles pas assez fortes dans un système médiatique acquis à la cause libérale ?

La CGT Educ Action Créteil s’est mobilisée, se mobilise et continueras de se mobiliser avec les personnels contre tout ce qui met en danger l’école primaire. Dès le 15 mai elle a invité les enseignants du primaire et du secondaire à entrer en grève reconductible contre toutes les mesures dites Darcos, ou Sarkozy, dont le service minimum d’accueil !

Elle appelle à nouveau les enseignants du primaire à ne pas accepter, à ne pas laisser faire, à rejeter les mesures Darcos et à se mobiliser pour leur retrait avec ou sans l’autorisation des organisations syndicales signataires ou non signataires ! Elle appelle à la grève reconductible dans les écoles ! Rien n’est perdu si nous nous mobilisons avec les autres salariés !