Accueil > Actualité > Incidents au lycée Voillaume à Aulnay

Actualité

Incidents au lycée Voillaume à Aulnay

jeudi 5 janvier 2012

Monsieur le Recteur,

Les personnels enseignants du Lycée Professionnel Voillaume réunis en assemblée générale ont décidé de faire jouer ce jour leur droit de retrait face aux menaces réitérées adressées à l’encontre de plusieurs enseignants.

Suite à l’accumulation d’actes d’incivilités depuis le début de l’année, menaces physiques, psychologiques et orales à l’égard des personnels, nous constatons que les tentatives de solutions apportées à ces problèmes ne sont pas à la hauteur des enjeux.

Nous exigeons de pouvoir :

- travailler dans une ambiance sereine avec davantage de concertation entre les différents acteurs de la communauté éducative.

- favoriser la réussite de tous les élèves ce qui implique que les règles de vie en classe et dans l’enceinte de la cité scolaire soient respectées.

La souffrance au travail s ’accentue dangereusement chez de nombreux collègues qui considèrent que les rapports circonstanciés remis systématiquement à l’administration sont dans la plupart des cas traités avec désinvolture et parfois dédain.

D’autre part, il apparaît de manière évidente aux personnels qu’en fonction du statut de l’enseignant, le degré de sanctions sera différent selon que l’on soit « néo-titulaire », « contractuel », « stagiaire » ou encore « titulaire ».

Les promesses de sanctions formulées lors de différentes réunions, bilan de rentrée, conseils de classes, commissions vie scolaire, ne sont pas tenues.

Au lieu d’être soutenus, les enseignants sont incriminés dans la gestion de leur classe.

La réactivité que nous attendons de notre hiérarchie installée dans des locaux très éloignés de notre lieu d’exercice, s’avère inopérante voire inexistante.

En effet, les professeurs sont accusés d’abandon de poste s’ils cherchent à contacter d’une manière ou d’une autre le bureau d’un proviseur situé à l’autre bout du lycée. C’est intolérable !

Face à ces situations extrêmes, les personnels attendent un soutien clair et net de la part de leur hiérarchie et qu’en aucun cas ne soit remise en cause la parole de l’enseignant.

Comment pouvons-nous conserver nos prérogatives face aux élèves perturbateurs lorsque certains d’entre eux vont jusqu’à refuser les injonctions de la direction en présence du professeur ?

Les non réponses ou les réponses inadaptées entravent la crédibilité de tous les adultes acteurs du lycée et mettent à mal l’autorité des équipes administrative et pédagogique.

Les professeurs de notre établissement classé « sensible », « zone de prévention violence » méritent pour le moins un autre traitement de la part de leur hiérarchie.

Nous réclamons une fois de plus :

- des AED en nombre supplémentaire

- La nomination d’un proviseur adjoint à demeure pour éradiquer ce sentiment de lycée professionnel autogéré

Ces incidents surviennent dans une période où notre gouvernement supprime sans rechigner un grand nombre de postes dans les établissements (enseignants, vie scolaire, etc….) créant de ce fait une dégradation des conditions de travail conduisant à posteriori à des phénomènes de violence.

Dès lors, nous rappelons avec force notre attachement au service public d’éducation et dénonçons la baisse programmée des personnels d’encadrement qui ne sert ni les élèves soucieux de recevoir un enseignement de qualité ni les enseignants chargés de le mettre en œuvre pour la réussite du plus grand nombre.

Dans l’attente d’une réponse rapide de votre part, veuillez agréer, monsieur le Recteur, l’expression de nos respectueuses salutations.

Les personnels enseignants du L.P Voillaume.