Accueil > Actualité > Evaluations expérimentales CM2 : retrait par le ministère de l’éducation (...)

Actualité

Evaluations expérimentales CM2 : retrait par le ministère de l’éducation nationale du questionnaire élèves dangereux et pédagogiquement contestable !

La mobilisation paie !

dimanche 25 mai 2008

Nous apprenons que le ministère a demandé le 22 mai aux collègues des écoles concernées de ne pas faire remplir le fameux questionnaire élèves.

Plus d’infos sur le site de la CGT-Educ’Action 94

Rappels des faits



EVALUATIONS DANGEREUSES CM2 :
RECUL DU MINISTERE DE L’ ÉDUCATION
EST- CE SUFFISANT ?

La Direction de l’Evaluation de la Prospective et de la Performance (DEPP) a réalisé un questionnaire vie privée, familiale et psychologique associé à des tests de mesure des acquisitions des élèves en maîtrise de la langue. Ces deux types de tests devaient être croisés. Association éthiquement, pédagogiquement douteuse et contestable que la CGT Educ Action 94 a dénoncé lundi dernier dans un communiqué de presse.
Suite aux contestations et aux mobilisations qui prenaient une tournure nationale, la Direction de l’Evaluation de la Prospective et de la Performance ( DEPP) a demandé expressément le 22 mai aux écoles concernées de ne pas faire remplir par les élèves le questionnaire douteux, contestable, dangereux et sans aucune pertinence pédagogique ! Nous ne comprenons toujours pas comment une telle aberration éthique et pédagogique a pu être pensée et élaborée par le ministère de l’éducation nationale !

La CGT Educ Action 94 et académique attend toujours les réponses aux questions posées à Monsieur l’Inspecteur d’académie, via un courrier, à savoir par exemple qui est à l’origine de ce questionnaire élève, qui a été chargé de son élaboration, qui devait le dépouiller, dans quel cadre, quel en était l’objectif, avec quel argent du contribuable cela a pu se réaliser ?

La CGT Educ Action académie de Créteil ne peut se satisfaire que partiellement de la demande faite par la DEPP, aux écoles de ne pas faire remplir le questionnaire élèves vie privée, familiale et psychologique ! En effet, par mesure de précaution devant la dangerosité d’une telle association de données nous demandons que le ministère décide de la destruction devant huissier de tous les questionnaires élèves, partie 4 !

Nous invitons tous les professeurs, qu’ils soient du premier ou du second degré à rester toujours en alerte. Nous devons refuser d’être insidieusement instrumentalisés par l’état pour ses besoins de fichage méthodique, de contrôle généralisé des populations.


Créteil, le 25 mai 2008