Accueil > Actualité > ETAT D’ URGENCE : Non remplacement des maîtres absents STOP !

Actualité

Pétition intersyndicale 93

ETAT D’ URGENCE : Non remplacement des maîtres absents STOP !

mardi 18 décembre 2007

Ensemble exigeons la création des postes nécessaires pour faire face aux besoins du système éducatif !

A chaque fois qu’un enseignant est absent et non remplacé, c’est deux, trois, quatre élèves de plus par classe pendant plusieurs jours, parfois une semaine, voire plus.

C’est la conséquence de l’absence de moyens budgétaires pour créer des postes de remplaçants. Cette situation touche les écoles élémentaires et maternelles. Pour les petites écoles (maternelles), c’est six à sept élèves de plus par classe.

Dès les premières semaines qui ont suivi la rentrée scolaire, de plus en plus d’enseignants absents n’ont pas été remplacés. Phénomène renforcé à l’approche et pendant l’hiver au vu des problèmes de santé qu’occasionne cette période. Ceci est connu et prévisible car se reproduisant chaque année.

De plus, notre département compte environ 9500 emplois d’enseignants des écoles, et 900 sortants d’IUFM chaque année font classe aux élèves. En six ans nous avons renouvelé plus de la moitié de la profession avec des personnels âgés de moins de 30 ans. Notre profession est extrêmement féminisée. Nous connaissons donc de très nombreux congés de maternité parfaitement prévisibles par l’administration et le gouvernement.
Tout cela pourrait être prévu, organisé si il y avait des nouveaux postes pour le faire. Ceci supposerait le vote d’un collectif budgétaire d’urgence. Il ne saurait être question de procéder par redéploiement en s’attaquant à d’autres moyens tout aussi indispensables au bon fonctionnement du service public d’éducation (effectifs par classe, décharges de direction, ASH…)
Les politiques d’austérité et de suppressions de postes font que nos écoles sont désorganisées, les conditions de travail des élèves sont consternantes. L’Etat n’assure pas le droit à l’éducation de tous les enfants. L’Etat n’assure pas la continuité du service public. Dans le même temps, les mêmes n’hésitent pas à évoquer le service minimum pour empêcher le droit de grève.

Ensemble, parents d’élèves, enseignants, nous exigeons la création d’un collectif budgétaire permettant d’ouvrir 450 postes de remplaçants immédiatement pour faire face aux besoins urgents du département.
Les organisations syndicales du département se réuniront à la rentrée en s’adressant aux fédérations de parents d’élèves pour organiser l’action en janvier 2008.

Les organisations syndicales des enseignants des écoles maternelles et élémentaires : SNUipp-FSU 93, SE-UNSA 93 , SNUDI-FO 93, SUD-éducation 93, CGT Educ’action 93, STE/CNT 93.