Accueil > Actualité > Déclaration de la CGT au Conseil supérieur de l’éducation du 13/12/2007

Actualité

Déclaration de la CGT au Conseil supérieur de l’éducation du 13/12/2007

jeudi 13 décembre 2007

Généralisation du bac pro 3 ans, service minimum, samedi matin, évaluation des personnels, concours …

CHANGER DE MÉTHODE POUR RÉUSSIR !

L’actualité revendicative concerne plus particulièrement l’enseignement professionnel qui connaît aujourd’hui d’importantes mobilisations des personnels et des élèves autour de la généralisation du bac pro 3 ans. Le ministre a défendu cet objectif en niant l’évidence première : la recherche d’économies budgétaires. La disparition des sections de BEP reste programmée même si le BEP perdure comme diplôme. Le ministre affirme ne vouloir « aucun blocage »… Il ne s’en donne pas les moyens ! Il y a peu d’éléments concrets dans ses réponses, à part une inflexion sur le rythme de la mise en œuvre. L’avenir de la voie technologique, par un effet domino, n’est pas sérieusement abordé. C’est pourquoi nous demandons, avec l’intersyndicale dont l’appel unitaire nous a été lu en séance, le retrait de la circulaire du 29 octobre qui fixe à 25 % le nombre de bac pro 3 ans pour la rentrée 2008. .../...

Lire toute la déclaration

CSE du 13 décembre 2007 : changer de méthode ! (déclaration)

La conférence de presse ne saurait être un(e) mode de gouvernement. Se substituer ainsi à la consultation, dans les instances ministérielles, des partenaires sociaux expose à des réactions vives (voir ci-dessous la déclaration des principaux membres du CSE).
La légitimité de l’expression syndicale -positive ou négative-, mais aussi celles des parents d’élèves, des associations périscolaires- ne saurait être disqualifiée au seul motif que, quelle que soit la majorité, des élections ont eu lieu.
Ainsi l’argument de M. Nembrini, directeur de la DGESCO, à mon sens inutilement politicien, ne saurait justifier le fait de court-circuiter, entre autres, l’avis des organisations syndicales surtout s’agissant de la formation professionnelle.
Les propos du représentant du ministre ont été ressentis, par la plupart, comme une remise en cause de la représentativité de nos organisations ce qui explique que ces dernières, ont, dans leur diversité, claqué collectivement la porte en signe de protestation.

Philippe Péchoux pour l’UNSEN CGT


Déclaration commune au CSE (13/12/07)

Les organisations (FCPE, Ligue de l’Enseignement, UNL, UNEF, Sgen-CFDT, Fep-CFDT, CFDT, UNSA-Education, Se-UNSA, Sien-UNSA, Ai-UNSA, Snpden-UNSA, FSU, Snes-FSU, Snuipp-FSU, Snuep-FSU, Snep-FSU, Snesup-FSU, Unsen-CGT, Sgpen-CGT, CGT), membres du Conseil Supérieur de l’Éducation, dénoncent l’absence totale de consultation du CSE sur l’ensemble des réformes annoncées publiquement par le ministre de l’Éducation Nationale.
Elles exigent que le CSE soit le lieu d’un véritable dialogue avec l’ensemble des partenaires et qu’il puisse jouer tout son rôle de réflexion, de discussions, et de propositions avant tout engagement de réforme sur l’avenir du système éducatif.
Constatant l’absence de réponse à cette demande, elles ont décidé de quitter la séance du CSE du 13 décembre 2007.