Accueil > Actualité > Déclaration de la CGT à propos des négociations sur la « modernisation du (...)

Actualité

Déclaration de la CGT à propos des négociations sur la « modernisation du marché du travail »

vendredi 11 janvier 2008

Les convergences réalisées et affirmées par les cinq confédérations syndicales ont, enfin, conduit dans les toutes dernières heures de la négociation, le patronat à bouger sur quelques uns de ses objectifs fondamentaux pour lesquels il s’était montré totalement intransigeant depuis quatre mois et vingt séances de négociations.
La CGT salue l’importance du travail réalisé entre les organisations syndicales. Quel que soit le positionnement final des unes et des autres quant à la signature de l’accord, la CGT mettra tout en oeuvre pour que cette élaboration convergente porte ses fruits dans les rendez vous futurs.
Cela étant, malgré les inflexions de dernières minutes obtenues de la partie patronale, le projet d’accord reste marqué de nouvelles mesures de flexibilité imposées aux salariés (création d’une période d’essai au niveau national interprofessionnel, création à titre expérimental d’un CDD pour objet défini, création d’une nouvelle modalité de rupture du contrat de travail évitant le recours au juge pour les salariés, appel à ce que la loi plafonne les indemnités…)

Les quelques dispositifs qui pourraient apparaître favorables aux salariés sont soit de faible portée, soit renvoyés à des négociations ultérieures (création d’une indemnité de rupture interprofessionnelle, portabilité des droits à la couverture complémentaire santé et prévoyance, création d’une période de mobilité, création d’une prime forfaitaire pour les jeunes demandeurs d’emploi de moins de 25 ans…). Rien dans le projet d’accord ne permet ni de réduire la précarité, ni de favoriser les créations d’emplois.
Les salariés, les demandeurs d’emploi, les jeunes ne trouvent pas de réponses concrètes pour de vraies perspectives d’avenir et une sécurité sociale professionnelle.
Avec ce projet d’accord, le patronat gagne donc de la sécurité pour accentuer sa politique de flexibilité.

Pour toutes ces raisons, la délégation CGT dans la négociation proposera au Comité Confédéral National de la CGT qui se réunit le 29 janvier de ne pas signer cet accord.

Le 11 janvier 2008