Accueil > Actualité > Bac pro : la nouvelle « épreuve de contrôle » divise les syndicats

Actualité

Bac pro : la nouvelle « épreuve de contrôle » divise les syndicats

Article de la Lettre de l’Education

jeudi 30 avril 2009

Dans le cadre de la réforme de la voie professionnelle, une nouvelle « épreuve de contrôle » a été instaurée par le décret du 10 février 2009 au baccalauréat professionnel. Mise en place dès le mois de juillet 2009, cette épreuve de rattrapage prendra la forme d’un entretien oral de vingt minutes, basé sur la pratique du candidat en milieu professionnel. Si l’ensemble des syndicats approuve l’idée d’un rattrapage au bac pro, certains dénoncent en revanche sa mise en œuvre.

« Telle qu’elle est définie, l’épreuve est très évasive » juge Matthieu Brabant, secrétaire académique de la CGT-Educ’Action de Créteil. Outre l’absence d’un « réel cadrage », c’est la dévalorisation du bac pro que le syndicat craint. Il critique notamment le coefficient attribué à l’épreuve (50 % de l’examen) qui conduit à « rendre négligeables les enseignements généraux ». De même, il estime qu’utiliser comme « support » de l’épreuve un rapport de stage qui a déjà fait l’objet d’une évaluation, est inopportun.

« Le gouvernement l’a déjà annoncé : avec cette épreuve, le taux de réussite augmentera de 10 %. Mais est-ce que pour autant les élèves seront mieux formés ? », s’interroge également David Grisinelli du SE-UNSA. En revanche, le Snetaa (EIL) porte un regard plutôt favorable sur ce décret : « C’est une épreuve que nous n’avions pas demandé. Elle est née suite aux revendications des lycéens qui exigeaient les mêmes épreuves dans toutes les filières. Mais c’est une nouvelle chance donnée aux élèves, nous attendons de l’expérimenter », explique Pascal Vivier, secrétaire national du principal syndicat de l’enseignement professionnel.



La lettre-pétition de la CGT-Educ’Action : http://www.cgteduccreteil.org/spip.php?article1760