Accueil > Actualité > Bac pro 3 ans : lettre ouverte au SE-UNSA

Actualité

Bac pro 3 ans : lettre ouverte au SE-UNSA

mardi 25 mars 2008

Cher-e-s collègues,

Nous avons découvert avec surprise sur le site internet du SE-UNSA de l’académie de Créteil un paragraphe très violent et particulièrement choquant :
« Nous avons obtenu clairement, conformément à ce texte et au protocole du 18 décembre, que les groupes de travail de la préparation de la rentrée 2008 ne soient constitués que des organisations signataires. Comment peut-on envisager un travail constructif avec des partenaires (même représentatifs) mais contre le projet ! »

Que vous teniez par tous les coups possibles de mettre de côté les autres syndicats afin de tirer la couverture à vous n’est en soit pas une surprise, nous ne sommes pas naïfs à ce point.
Ce qui nous échappe, c’est votre volonté manifeste, en rendant publique votre stratégie très clairement opposée à tout travail intersyndical, de briser des mobilisations unitaires (e particulier sur l’académie de Créteil) qui ont été payantes. En tout cas, nous en prenons acte.

Nous soulignons tout de même le fait que vous admettez explicitement ne pas être un syndicat représentatif dans l’Enseignement Professionnel, les collègues ayant voté en premier lieu pour la CGT dans l’académie de Créteil apprécierons votre audace démocratique.

La CGT est la première organisation syndicale des PLP de l’académie de Créteil, même au niveau national la CGT est bien plus représentative que le SE-UNSA chez les PLP. Nous avons toujours exprimé clairement notre volonté de dialogue, constructif et sans tabou, en particulier sur le bac pro 3 ans.
Sur le bac pro en 3 ans, nous avons toujours exprimé notre opposition à sa généralisation, conformément aux souhaits de la majorité des collègues, mais aussi de représentants du patronat dans les CPC, d’inspecteurs généraux… Nous avons par contre toujours exprimé notre intérêt pour un bac pro 3 ans qui serait une nouvelle voie de la réussite pour les élèves.

Il n’est néanmoins pas acceptable pour nous de participer à une discussion dont les conclusions sont déjà écrites : le ministre étant totalement clair sur la généralisation de fait du bac pro 3 ans. Le SE-UNSA avait-il une position totalement différente lorsqu’il écrivait en fin d’année dernière ? :
« Le SE-UNSA ne peut accepter que les élèves les plus fragilisés ne trouvent plus de parcours de réussite dans le service public d’éducation. Il soutient une diversification des parcours vers le bac pro mais s’oppose résolument à une généralisation motivée par les économies budgétaires ! Le parcours en 4 ans doit rester possible ».

La mobilisation doit avoir pour cible le gouvernement, qui tente d’imposer des réformes sur le dos des enseignants et des élèves pour de simples motifs économiques. Vouloir ainsi briser, comme le fait le SE-UNSA, les mobilisations en méprisant les collègues et en ayant une stratégie de rupture du dialogue intersyndical, ne va pas dans le sens de l’opposition constructive et victorieuse aux projets du gouvernement.
Nous vous prions de croire, cher-e-s collègues, à l’expression de nos sentiments dévoués à l’enseignement public d’Education.

Matthieu BRABANT

Secrétaire Académique