Accueil > Actualité > Aux élèves et aux parents : ne vous laissez pas berner sur le bac pro 3 ans  (...)

Actualité

Aux élèves et aux parents : ne vous laissez pas berner sur le bac pro 3 ans !

mardi 8 janvier 2008

Le ministre de l’Education Nationale a décidé de modifier les diplômes de la voie professionnelle. Actuellement, chaque élève entrant dans un lycée professionnel a la possibilité d’intégrer les diplômes suivants : CAP en 2 ans, BEP en 2 ans puis bac pro en 2 ans, et pour certains élèves un bac pro en 3 ans. Il existe par ailleurs des cursus adaptés, comme le BEP en 1 ans pour des élèves venant de seconde générale ou des premières d’adaptation en lycée technologique pour des élèves venant de BEP.
Le ministre de l’Education Nationale a décidé de se passer du BEP et de généraliser les bac pro en 3 ans.

3 ans au lieu de 4, c’est mieux ?

- Non, car le cycle BEP 2 ans puis bac pro 2 ans offre un cadre qui permet des parcours adaptés à chaque élève : ainsi le palier BEP permet aujourd’hui à de nombreux élèves de reprendre confiance et réussir ensuite un bac pro. C’est d’ailleurs ce que disait l’inspecteur général de l’Education Nationale (la plus haute fonction hiérarchique pédagogique).

- Non, car la suppression du BEP et en parallèle toutes les cursus existants permettait une orientation adaptée aux besoins des élèves. Avec la mise en place du bac pro en 3 ans, les élèves venant de 3e n’auront plus que deux choix : CAP ou bac pro en 3 ans.

- Non, car cela signifie que le niveau du diplôme baissera : baisse des contenus de l’enseignement général (malgré leur importance pour s’adapter aux évolutions et pour se reconvertir), diminution des horaires d’enseignement professionnel (contre l’avis des entreprises), périodes de stages pendant les vacances scolaires…

- Non, car beaucoup d’élèves échoueront (même ceux qui arrivaient à obtenir un bac pro en 4 ans !), ce qui signifie quitter le lycée professionnel sans diplôme.


Bac pro… ou sous bac pro ?

- Remplacer les 2 années de BEP suivis des 2 années de bac pro par 3 années de bac pro signifie une baisse de 25% du temps de formation, en particulier en enseignement professionnel. Cela risque de faire perdre la valeur à ce diplôme alors que le bac pro 3 ans permet l’insertion de 73 % des jeunes (contre seulement 66 % pour les autres bacheliers).

- Il existe actuellement 69 bac pro, le ministre veut en garder seulement 20, beaucoup moins spécialisés, donc moins intéressants pour trouver du travail. Cela obligera les élèves à passer d’autres formations après le bac afin de trouver un emploi (spécialisation payante bien entendu).

- Le bac pro en 3 ans n’est pas adapté à la réalité : il a été testé dans plusieurs établissements et nous avons constaté qu’il ne correspond pas aux besoins de la grande majorité des élèves.

BEP « rénové » : ça ressemble à un diplôme… mais danger !

- L’élève de bac pro 3 ans pourrait obtenir une sorte de certification en fin de 2e année de bac pro 3 ans, le ministre annonçant que cette certification serait un « BEP rénové »… Mais ce « BEP » ne sera pas un diplôme de niveau V comme le BEP actuel… avec des épreuves spécifiques. Cela signifie donc que l’élève qui abandonnera ou échouera au bac pro se retrouvera sans rien, à la différence d’un bachelier actuel titulaire d’un BEP lui permettant de chercher un emploi.

Les vraies raisons du bac pro 3 ans ?

- Le gouvernement souhaite faire des économies (mais pas en ce qui concerne le salaire des ministres et du président)… et le bac pro en 3 ans permettra de supprimer des sections et des postes d’enseignants : le gouvernement a annoncé la suppression dans l’Education Nationale de 11 200 postes à la rentrée 2008 puis 80 000 d’ici 4 ans.

- Le gouvernement veut casser la formation publique et gratuite afin de permettre à des entreprises privées de s’enrichir en faisant payer des spécialisations et des certifications à durée de validité limitée pour les salariés.

Les enseignants sont donc mobilisés contre la généralisation du bac pro en 3 ans : supprimer une section sur 4, c’est faire 25 % d’économies en laissant de côté des jeunes alors que c’était parfois pour eux et leur famille le seul moyen d’accéder à des études qualifiantes puis à un métier désiré.


Nous déplorons ne pas avoir été consultés.

Nous déplorons que l’objectif de ce projet ne soit pas pédagogique mais purement et froidement comptable.

Nos emplois et, plus inquiétant, nos jeunes, parfois nos enfants (car nous sommes nous aussi parents) sont réduits à des variables d’ajustement avec lesquelles on joue pour réduire le coût de la formation professionnelle dans notre pays.

Si, comme nous, vous pensez que le rythme du cycle BEP en 2 ans puis bac pro en 2 ans est plus adapté aux élèves qui souhaite atteindre le niveau bac qu’une formation accélérée en 3 ans, aidez-nous à faire entendre notre voix…

Si, comme nous, vous pensez que les économies budgétaires ne doivent pas se faire en hypothéquant l’avenir de nos enfants, soutenez-nous…

Par ce que tous les professeurs veulent la réussite de leurs élèves, parce qu’ils souhaitent que tous leurs élèves obtiennent un diplôme, ils s’opposent à la généralisation du bac pro 3 ans.

Oui à une véritable valorisation de la formation professionnelle pour répondre aux besoins de tous, non au bac pro en 3 ans !


17 janvier :
les enseignants de l’académie de Créteil se réuniront devant le rectorat de l’académie de Créteil

24 janvier :
les enseignants participeront à la grève dans la Fonction Publique

Nous vous invitons à participer à ces actions !