Accueil > Actualité > Amplifier l’action partout : tous en grève pour revendiquer une autre école et (...)

Actualité

CGT-Educ’Action académie de Créteil Premier et second degré

Amplifier l’action partout : tous en grève pour revendiquer une autre école et d’autres services publics

mardi 6 mai 2008

6 mai : manifestations des lycéens avec les enseignants mobilisés... 14h République

15 mai : grève nationale à l’appel des interfédérales de l’éducation (CGT, FSU, UNSA, CFDT, Sud) et de la fonction publique (CGT, FSU, Sud, CFTC, UNSA)... 14h00 Place D’Italie

18 mai : manifestation nationale à l’intiative de la FSU et soutenue par la CGT-Educ’Action académie de Créteil... 13h30 Opéra

22 mai : journée nationale interprofessionnelle de défense des retraites (CGT, CFDT, FO, CFTC, CGC)

24 mai : manifestation régionale en convergence avec les parents ... 14h30 Luxembourg

Depuis 3 mois, la mobilisation des enseignants 1er et 2d degré, avec les lycéens, n’a cessé de s’amplifier : 50 000 manifestants à Paris le 15 avril et 50 000 dans toute la France le 29 avril au moment des congés de la zone C !
Le ministre persiste pourtant dans ses choix désastreux et ne cesse de mener campagne dans les médias pour mépriser la mobilisation. Sarkozy est intervenu à la télévision pour rejeter toute discussion.
Seule notre détermination commune et la poursuite des mobilisations permettront de faire reculer le gouvernement qui entend poursuivre sa politique antisociale.


Provocation et répression

Le ministre et les recteurs multiplient les propos provocateurs et méprisants. Les profs sont des « râleurs », des mauvais enseignants (un « bon prof » ne « râle » pas et ne fait pas grève), des « menteurs » ou des manipulateurs.
Les élèves sont « hystériques » et « ignorants ».
A chaque manifestation, des dizaines d’élèves sont arrêtés. Certains subissent des pressions au sein même de leur établissement. Avant les vacances, un enseignant venu encadrer une manifestation a même été arrêté !

Nous exigeons que le gouvernement cesse ses provocations et réponde aux revendications des enseignants et des lycéens. Nous serons aux côtés de tous les lycéens et enseignants arrêtés et poursuivis pour avoir porté leurs revendications dans des manifestations.


Dans l’éducation, le gouvernement multiplie les mesures rétrogrades et réduit les ambitions éducatives pour la jeunesse :

-  Dans le premier degré : nouveaux programmes, réforme du samedi matin, stages de remise à niveau CM1-CM2…

-  Dans le second degré : alourdissement des effectifs par classe, suppression des moyens spécifiques aux établissements ZEP et de nombreuses classes et options, mise en concurrence des établissements, généralisation des bac-pro 3 ans et suppression des BEP…

Nous exigeons :

- Le retrait de la réforme de l’enseignement professionnel qui généralise le bac pro 3, supprime les BEP et dévalorise les diplômes délivrés dans les lycées professionnels.

- Une autre politique dans les écoles garantissant la scolarisation de tous les enfants en maternelle, et ce dès 2 ans pour les parents qui en font la demande.

- Le retrait de tous les projets Darcos dans le premier degré (transfert du samedi matin, stages de vacances, ...). Ces mesures annualisent le temps de travail, relancent la décentralisation de 2003 en préparant la municipalisation complète du premier degré (EPEP), la suppression des RASED et l’aggravation des inégalités.

- Le retrait des nouveaux programmes rétrogrades du primaire, calqués sur ceux de 1923.

- L’abandon des PPRE, outil de culpabilisation, de pression managériale et de sous-traitance des missions éducatives aux collectivités territoriales et "partenaires" privés (Associations) au sein des PRE.



Le gouvernement a pour objectif la destruction progressive des services publics à travers la Révision Générale des Politiques Publiques (RGPP) et le rapport Pochard :

-  Destruction de l’emploi public : suppression de postes (rien que dans l’Education Nationale 11 200 à la rentrée 2008, 80 000 dans les 4 années à venir !)

-  Aucune revalorisation salariale : la seule réponse du gouvernement à la baisse constante du pouvoir d’achat des fonctionnaires est la multiplication des heures supplémentaires…

-  Modification du statut des fonctionnaires : augmentation du temps de travail, licenciements secs, privatisation des missions de la fonction publique, précarisation de l’emploi…

-  Nouvelle augmentation de la durée de cotisation pour les retraites à 41 annuités, avec mise en place d’un système de décote pour ceux qui voudraient partir à 60 ans

Nous exigeons :

- Un collectif budgétaire permettant un service public d’éducation premier et second degré de qualité qui permette le maintien des postes, la transformation des HSA en postes et la création des postes nécessaires

- Le retrait de toutes les mesures régressives dans l’éducation et la non-prise en compte des conclusions du rapport Pochard

- Le retrait de la RGPP

- L’ouverture de vraies négociations sur l’amélioration des conditions de travail avec par exemple une réduction du temps de travail (réduction du temps de présence élève pour une amélioration de leurs conditions de travail, intégrant les concertations dans le temps de travail), le réemploi et la titularisation de tous les précaires sans condition et une augmentation de salaire permettant de rattraper la perte de pouvoir d’achat de ces 25 dernières années

- Le retour à 37,5 annuités pour tous (privé et public) avec la garantie d’une retraite à taux plein à 60 ans


Nous pouvons gagner !

Le recteur de l’académie de Créteil a du reculer en rendant de nombreux postes pris sur les Heures Supplémentaires et près de 25% des BEP qu’il voulait supprimer. Le ministre a annoncé que des « ajustements » étaient prévus dans les académies de Versailles et de Créteil. Le gouvernement peut décider un collectif budgétaire !


La CGT-Educ’action académie de Créteil appelle à poursuivre, étendre et amplifier la mobilisation :

- à tenir des AG d’établissements, d’écoles et de villes (1er et 2d degré, avec les élèves et les parents) dès le retour des congés de printemps

- les personnels à manifester avec les lycéens le mardi 6 mai et à être avec les lycéens dans toutes les mobilisations

- tous les personnels, 1er et 2d degré, à faire grève et à manifester jeudi 15 mai lors de la journée nationale de grève éducation et fonction publique

- à manifester en convergence avec les parents le dimanche 18 mai et le samedi 24 mai

- les interfédérales nationales à décider de la poursuite des mobilisations jusqu’à satisfaction de nos revendications

- à faire grève et à manifester lors de la journée nationale d’action de défense des retraites le jeudi 22 mai