Accueil > Actualité > Une insulte aux travailleurs, retrait du texte sur la réforme des (...)

Actualité

Une insulte aux travailleurs, retrait du texte sur la réforme des retraites<P>Grève le jeudi 24 juin – Manif 14 h Place de la République

Appel de la commission exécutive de la CGT-Educ’action

jeudi 24 juin 2010

La réforme des retraites, présentée par le gouvernement et relayée par les média comme inéluctable, a pour but de casser le système des retraites par répartition, en particulier avec l’allongement de l’âge minimum d’ouverture des droits au départ à la retraite à 62 ans. De plus, sous prétexte d’équité, les fonctionnaires subiraient une augmentation du taux de cotisation ce qui aboutirait à la baisse des salaires déjà bloqués depuis de nombreuses années. La CGT Éduc’action s’oppose à ce projet de réforme injuste qui vise à travailler plus, à cotiser plus, pour gagner moins, alors que le système de retraite par répartition est parfaitement viable. Un million de personnes dans la rue le 27 mai ont montré leur totale désapprobation vis-à-vis de cette grave attaque contre leur niveau de vie.

La lutte continue, car seule la mobilisation pourra faire obstacle à cette réforme et nous faire gagner sur nos revendications : une retraite à taux plein à 60 ans maxi, le retour aux 37,5 ans de cotisation pour tous, public et privé, la prise en compte des années d’études et de la pénibilité (pour des départs anticipés), le maintien du dispositif de départ en retraite anticipé à partir du troisième enfant... entre autres.

Au delà de cette réforme, les personnels de l’Éducation nationale subissent de nombreuses attaques : les fiches ministérielles proposent de faire jouer froidement sur une série de « leviers » pour gérer les 18000 suppressions de postes prévues à la rentrée 2011, alors que la situation dans les établissements scolaires en termes d’effectifs est intolérable, que des classes restent sans enseignant pendant des mois, que le recours aux étudiants non formés et aux contractuels est devenu une règle après la suppression de plus de 50 000 postes d’enseignants depuis 2007 et que la situation est devenue ingérable dans de nombreux établissements et écoles.

Il s’agit pour le gouvernement d’augmenter les effectifs par classe, de supprimer les petites structures, d’en finir avec l’école maternelle, de supprimer des options dans les lycées... Ces mesures sont inacceptables car elles ont une incidence directe sur l’Éducation de la jeunesse et sur l’avenir du pays. Dans un monde qui aurait besoin d’adultes formés et compétents, comment oser brader l’Éducation d’une génération entière ?

Dans ce contexte, le 24 juin représente un enjeu considérable de mobilisation. La CGT Éduc’action appelle à être massivement en grève et à manifester. La CGT Éduc’action appelle les organisations syndicales à définir le plan d’actions qui permettra de gagner sur nos revendications.

La CGT prévoit d’ores et déjà des actions à l’occasion du passage de la loi en conseil des ministres le 13 juillet.

Face à la politique de rigueur d‘un gouvernement prêt à mettre en péril le niveau de vie des salariés et retraités et à démanteler le service public d’Éducation, la riposte collective et déterminée sera la seule réponse. Nous nous prononçons pour un appel à la grève dès début septembre, qu’il faut préparer maintenant, à l’occasion de la rentrée des élèves et de l’ouverture du débat parlementaire sur les retraites.

Montreuil, le 18 juin 2010