Accueil > Actualité > Une rentrée réussie ?

Actualité

Rentrée 2009

Une rentrée réussie ?

Audience rectorale du 14 septembre 2009 18h00 – 21h30

mardi 15 septembre 2009

Le Recteur a reçu les syndicats lundi 14 septembre 2009 au soir afin de faire un bilan de la rentrée 2009. La CGT-Educ’action Créteil avait au préalable rencontré fin août et début septembre la DPE et la DRH pour faire un bilan chiffré de la situation et soumettre tous des problèmes de réemploi ou de mal-emploi de non-titulaires et TZR.

Pour le Rectorat :

Jean-Michel Blanquer, Recteur

Jean-Michel Alfandari, Secrétaire Général

Philippe Reymond, Secrétaire Général adjoint (Directeur des Ressources Humaines, DRH)

Thierry Ledroit, Secrétaire Général adjoint (Directeur des Organisations et de la Modernisation)

Chantal Cheval, Chef adjointe de la Division des Personnels Enseignants (DPE)

Joël Doudement, Directeur Académique de l’Enseignement Technique (DAET)

Télécharger le compte-rendu de cette audience

Maryse Guilhem, Chef du Service Académique d’Information et d’Orientation (SAIO)

Brigitte Tastet, Médecin conseil auprès du Recteur

Pour la CGT-Educ’action :

Matthieu Brabant, secrétaire académique CGT-Educ’action Créteil

Jean-Pierre Blanchouin, représentant de l’URIF-CGT au CIEN de l’Ile-de-France

Les syndicats suivants étaient représentés :

CGT-Educ’action, SNES-SNUEP-SNEP-FSU, SN-FO-LC, SUD-Education


Interventions de la CGT-Educ’action Créteil

La question de l’emploi :

Bien entendu, nous avons demandé un nouveau point sur l’affectation des personnels non-titulaires et titulaires. Cette question est en effet particulièrement pesante en cette rentrée. La CGT se bat pour défendre l’emploi des personnels, y compris dans l’Education Nationale, le combat que nous menons se décline donc de manière interprofessionnelle.

Nous avons fait part de notre constat du fait que la situation reste très difficile pour les personnels non-titulaires. Nous ne comptons plus les cas de désaffectations brutales en cette rentrée, soit pour des problèmes de gestion, soit suite à des restructurations de rentrée et au dernier moment dans les établissements, par des compléments de services et des heures supplémentaires. Nous ne comptons plus, par ailleurs, les collègues se trouvant sur 3 établissements.
La question du réemploi est pour nous cruciale, d’autant que d’années en années les mêmes situations se répètent : ainsi après le mouvement d’ajustement de juillet dans les LP, 1000 postes (en comptant les BMP) sont restés vacants. Cela a certes permis un réemploi plus rapide des collègues non-titulaires en LP, mais c’est surtout le signe que les besoins prévisibles ne sont pas couverts par la création de postes de titulaires et l’ouverture de places aux concours en nombre suffisant. Le nombre ridicule de stagiaires en situation dans l’académie (60 en ne comptant pas les listes d’aptitude) illustre une nouvelle fois l’étroite porte laissée aux non-titulaires pour leur éventuelle titularisation. Pour la CGT-Educ’action, la solution est bien la titularisation de tous.

Cette année, le Rectorat a mis en place un système de rattachement administratif pour les CDI, un peu sur le modèle des MA, afin de garantir une rémunération. Mais ce système n’a pas fonctionné correctement, soit les collègues n’étaient pas au courant, soit les établissements n’étaient pas au courant…bref une confusion telle que certains collègues étaient prêts à s’inscrire au chômage lorsqu’ils n’avaient pas d’affectation !

Nous avons fait part de notre inquiétude pour le réemploi et la rémunération d’ici octobre d’un certain nombre de collègue en CDI.

Nous avons eu connaissance du recrutement d’une vingtaine de vacataires, y compris pour l’année. Nous avons fait part de notre surprise, d’autant que des contractuels sont encore sans emploi et que des postes vacants à l’année continuent à se découvrir.

Nous avons également interpellé le Recteur sur les vacations de 108h prévues dans le cadre de la « formation » des étudiants préparant un Master en vue de passer un concours : nous nous opposons au recrutement de ces vacataires, non-formés. Nous sommes totalement opposés à la réforme du recrutement et de la formation des enseignants telle qu’elle est mise en place actuellement.

Télécharger le compte-rendu de cette audience

Concernant les TZR : Nous avons noté une différence entre les chiffres donnés début septembre par la DPE sur les TZR sans suppléance et les chiffres que nous obtenons à partir des documents du Rectorat. Sans doute, la différence correspond aux mises à disposition par exemple, ou aux collègues n’ayant pas rejoint l’académie. Nous avons donc demandé un point plus précis sur les collègues TZR indisponibles.

Concernant les néo-titulaires : nous avons demandé à ce que l’ensemble des collègues néo-titulaires puissent bénéficier d’une formation avec une décharge. Nous constatons, par exemple pour les TZR, que l’accès à la formation reste difficile et insuffisante pour beaucoup de collègues. La formation est imposée à ces collègues alors qu’ils n’ont pas dé décharge pourtant prévue pour mieux gérer ces formations…


Les élèves :

Nous avons demandé un point plus complet et en constat des affectations des élèves, en particulier pour les secondes générales, technologiques et professionnelles alors que la réforme du bac pro débute.

Deux points ont attiré notre attention :

La question de l’accueil des élèves en situation de handicap : cette priorité affichée reste bien souvent pas ou peu appliquée en termes de moyens effectifs. L’accueil de ces élèves reste mal préparé. L’exemple du LP Sabatier à Bobigny est sur ce point assez parlant, surtout que le problème perdure depuis des années. Alors que l’UPI était prévue pour 10 élèves, 16 étaient inscrits l’année dernière, 26 cette année !
Nous demandons une réelle prise en compte de ces situations, y compris vis-à-vis des personnels se retrouvant en difficulté pour faire leur travail correctement.

Tous les élèves en situation de handicap ne peuvent pas bénéficier de la scolarisation à laquelle ils ont droit. La fin de contrat de 5000 AVS et EVS ne fait que conforter cette situation inacceptable. La vraie pérennité ne consiste pas à pérenniser la précarité mais à titulariser des personnels essentiels pour le Service Public d’Education.

La question de la violence scolaire, qui à fait l’objet de campagnes médiatiques extravagantes l’année dernière, tout ça pour aboutir à quelques « équipes mobiles », alors qu’elle demande une réflexion plus profonde. Nous avons réitéré notre demande de la réunion du groupe de travail promis par le Recteur sur ces questions, nous sommes toujours en attente.


Interventions et réponses du Rectorat

Le Recteur a déclaré qu’il considérait la rentrée comme « réussie ». Selon lui des indicateurs démontrent cela, par exemple le nombre réduit « d’incident » depuis le 1er septembre. Dans la même logique, le Recteur a souligné l’affectation « le plus tôt possible » des enseignants (nous avons parlé de précipitation, ayant constaté de nombreux problèmes…). Selon lui, le 13 juillet 2009, 99% des postes étaient pourvus. Nous avons contesté ce chiffre considérant par exemple que 1000 postes étaient vacants (BMP compris) au 13 juillet 2009 dans les lycées professionnels de l’académie…
Selon le Recteur, la « rentrée ne sera jamais parfaite » mais le Rectorat fait des efforts. Ainsi, le Recteur à fait part d’un plan volontariste pour le recrutement d’infirmières. Selon lui, les principes qu’ils se fixent « sont ceux de l’humain ».

Ainsi, sur la question des allégements de services (des collègues ayant obtenus un allégement de service au titre d’une maladie ont eu la désagréable surprise de recevoir un courrier du DRH leur imposant des « activités pédagogiques » pendant ces allégements…), le Recteur a déclaré qu’il était une question « d’honneur et de dignité » de ne pas reconduire d’une année sur l’autre ces allégements et de faire des études au cas par cas.
Sur la question de la grippe A, le Recteur considère que l’académie « fait ce qu’il faut faire ».

Le but du Rectorat est globalement « l’accomplissement de tous les remplacements », que ce soit en interne pour les courtes durées, ou par la recherche de remplaçants pour les durées supérieures à 15 jours (selon lui 96% de ces remplacements seraient assurés).

Concernant la « sécurité », le Recteur a annoncé qu’un groupe de travail s’était déjà réuni mais qu’il n’avait pas pu travailler pour des questions matérielles. La CGT-Educ’action et SUD-Education n’ont pas été invités à ce groupe de travail issu du Comité Technique Paritaire Académique auquel la CGT et SUD sont exclus. Nous avons demandé à être intégrés au groupe de travail et sa tenue rapide.

Le Recteur a annoncé qu’il n’était pas possible de faire un point sur les affectations des élèves pour des questions techniques. Néanmoins, il a indiqué que 71% des élèves sortant de 3e ont obtenu leur premier vœu (contre 67% l’année dernière).

Concernant les Non-Titulaires, le Recteur dit comprendre la situation difficile dans laquelle ils se trouvent mais considère « qu’il est normal que nous ayons des contractuels et des vacataires ». Le Recteur voit donc bien ces personnels comme une variable d’ajustement…

Le Secrétaire Général a précisé qu’une réunion faisant le bilan des affectations des titulaires et des non-titulaires et préparant les affectations à venir se tiendra le 29 septembre 2009.
Il n’a donc pas donné de chiffres précis sur les affectations des personnels, renvoyant à cette réunion.

Selon le Secrétaire Général, au 13 juillet 2009, il y avait 2417 TZR à nommer (2468 en 2008)… « l’évaporation » de l’été fait qu’en cette rentrée 2200 restent disponibles et que 1300 sont déjà nommés à l’année. Au 20 juillet 2009, 850 non-titulaires avaient été affecté, 2200 le sont aujourd’hui. Cela correspond à nos données, contractuels et MA compris.

Le Secrétaire Général a par ailleurs annoncé qu’il proposerait la tenue rapide d’un Commission Consultative Paritaire (CCP) des enseignants non-titulaires sur les questions que nous avons soulevées, en particulier la question du CDI.

Télécharger le compte-rendu de cette audience


Le Secrétaire Général a rappelé que conformément à l’engagement de la CCP du 1er juillet, un budget était alloué à la DPE2 pour prendre en compte les problèmes « évidents « de déplacements pour les non-titulaires.

Le DRH a souligné que les disfonctionnements dans la gestion du chômage étaient la conséquence de la restructuration du Pôle Emploi.

La Chef adjointe de la DPE a souligné que les collègues en CDI sans affectation seraient rémunérés sur la base du 13/18, situation que nous avons dénoncée vivement.

Concernant les étudiants vacataires, le Rectorat n’a pas répondu, simplement pour souligner que la période restait transitoire et que des arbitrages étaient en cours au niveau national. Néanmoins, le Rectorat a reconnu que les « stage en responsabilité » seraient bien des moyens de remplacement…

Le médecin conseil auprès du Recteur annoncé qu’une deuxième réunion du CHSA pourrait se tenir rapidement sur la question de la grippe A.

La question de l’orientation et de la restructuration des CIO, a également fait l’objet d’une discussion. Les syndicats ont dénoncés des restructurations ne permettant pas une véritable amélioration de l’orientation des élèves.

La question des allégements de service des personnes en situation médicale fera l’objet d’un groupe de travail.

En conclusion…

L’autosatisfaction du Rectorat sur cette rentrée annoncée comme « réussie » tranche avec les constatations que nous pouvons faire sur le terrain.

La CGT-Educ’action Créteil, que ce soit avec ses 22 élu-e-s dans les différentes réunions organisées au Rectorat, ou que ce soit dans la lutte, continuera à défendre tous les personnels et à revendiquer de réelles améliorations pour le Service Public d’Education.


D’autres infos sur la rentrée : http://www.cgteduccreteil.org/spip.php?article1857