Accueil > Actualité > Temps de travail : l’urgence de se mobiliser

Actualité

Temps de travail : l’urgence de se mobiliser

UGICT-CGT

mercredi 23 juillet 2008

L’été est fait pour cela : les mauvais coups y pleuvent tandis qu’une grande partie des salariés sont ou se projettent en vacances. Le projet de loi sur la rénovation du dialogue social et la réforme du temps de travail, adopté la semaine dernière par les députés, est examiné depuis jeudi au Sénat. Il devrait être voté le 24 ou le 25 juillet.

On ne le dira jamais assez, cette adoption du texte qui réforme en profondeur une soixantaine d’articles du Code du travail sans que les « partenaires sociaux » soient consultés est un véritable scandale. Il révèle la vraie nature brutale et pernicieuse de ce gouvernement. Cela étant fait, les parlementaires de la majorité n’ont pour l’instant fait qu’ouvrir une porte aux patrons.

Pour l’Ugict-CGT, il est clair que le dossier ne sera pas refermé après la publication des décrets d’application au Journal officiel. C’est dans chaque entreprise qu’il va falloir gagner le maintien et – pourquoi pas ? – le progrès des règles actuelles déjà si pénalisantes pour les ingénieurs, cadres et techniciens.

Mais, pour l’heure, et parce que le texte est encore devant les parlementaires, il nous faut mobiliser les salariés. L’Ugict-CGT appelle à protester à proximité du Sénat (place de l’Odéon), entre 13 h 00 et 14 h 30, le mercredi 23 juillet.

Les salariés soumis au forfait-jour travaillent déjà trop. Les ingénieurs, cadres et techniciens, les salariés qualifiés et en responsabilité vivent au quotidien l’augmentation de leurs horaires, l’intensification des charges, le développement du stress et emportent du travail à la maison. Encore plus d’heures ou de jours de travail ? C’est en contradiction totale avec leur attachement à une RTT permettant une bonne conjugaison entre vie au travail et vie hors travail ! Nous ne voulons pas travailler plus pour compenser le manque de reconnaissance salariale, mais nous voulons être reconnus et payés à la hauteur de nos qualifications. Nous aspirons – et cela est attesté par bien des enquêtes d’opinion – à la réduction de notre charge de travail afin, non seulement, de réduire la pénibilité et le stress, mais aussi de concilier vie personnelle et vie professionnelle. Allonger le temps de travail serait, de fait, un facteur de discrimination pour l’accès des femmes aux postes à responsabilités, et ce serait aussi moins de débouchés dans l’emploi pour les jeunes diplômés.

L’Ugict-CGT a lancé une pétition en ligne pour exiger :

• le respect des accords de RTT conclus entre les syndicats et les employeurs, en n’obligeant pas à renégocier ces accords s’ils donnent satisfaction ;

• de garder le plafond maximum actuel de 218 jours pour les forfaits-jours, qu’il y ait accord ou non ;

• de ne pas étendre le champ d’application des forfaits-jours ;

• le droit au décompte horaire, quel que soit le type de forfait.


SIGNER LA PETITION EN LIGNE