Accueil > Actualité > Non à la rigueur budgétaire, oui à un budget favorable à l’emploi et à la (...)

Actualité

Non à la rigueur budgétaire, oui à un budget favorable à l’emploi et à la croissance économique

Déclaration de la CGT

mercredi 16 juillet 2008

Le ministre du Budget, Eric Woerth, a présenté hier aux députés les plafonds des dépenses pour les trois prochains exercices.

Sur la période 2009-2011, les dépenses de l’Etat devront progresser au même rythme que l’inflation, soit une stagnation hors inflation, c’est ce que le ministre appelle le « zéro volume ». Compte tenu des dépenses dites contraintes, comme les charges de la dette, cette règle conduira à une baisse des autres dépenses en euros courants. Autrement dit, c’est la rigueur budgétaire qui se profile.

Déjà 30 627 suppressions de postes sont programmées pour 2009, soit le non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite, ce qui aura des conséquences graves sur les missions, la qualité des services et sur les conditions de travail des fonctionnaires.

Une telle politique de rigueur risque d’aggraver la situation économique, déjà difficile. La consommation et la production industrielle se ralentissent, l’inflation s’accélère et réduit le pouvoir d’achat, l’emploi demeure atone et le sous-emploi se développe.

Pour la Cgt le budget de l’Etat doit avant tout favoriser la croissance économique. Cela nécessite d’agir à la fois sur les recettes et les dépenses. Au lieu de réduire les impôts pour les plus riches, la réforme de la fiscalité doit encourager un mode de croissance économique fondé sur le développement de l’emploi qualifié et bien rémunéré. La même logique doit conduire à accroître les dépenses qui réduisent les faiblesses de la France, par exemple dans le domaine de la recherche-développement, et améliorent ses atouts, par exemple en ce qui concerne la qualité de sa force de travail et de ses infrastructures.

La Cgt a mis en débat ses propositions. Elle continue de les faire connaître et de mobiliser les salariés et l’opinion publique autour de ces propositions pour peser sur les choix et le débat budgétaires.

Montreuil, le 16 juillet 2008