Accueil > Actualité > Licenciement d’un élu CGT chez Perrier : Le Ministre désavoué

Actualité

Licenciement d’un élu CGT chez Perrier : Le Ministre désavoué

vendredi 8 août 2008

La Direction de l’usine Perrier à Vergèze, dans le Gard, a pris prétexte d’une altercation, en dehors de l’entreprise, entre un élu CGT du Comité d’entreprise et un agent de maîtrise, pour licencier le délégué au motif que l’incident avait provoqué « des troubles très importants dans le fonctionnement de l’entreprise ». ((lire : Perrier et le gouvernement s’attaquent à un élu CGT !)

La CGT de la Source Perrier et l’Union Départementale du Gard ont immédiatement réagi, considérant que « la direction profitait de cette affaire pour s’en prendre au syndicat majoritaire » et qu’il s’agissait en outre « d’une ingérence grave de la multinationale Nestlé Waters, dans la vie privée d’un militant syndical ». L’inspection du travail s’est opposé au licenciement en soulignant qu’aucun trouble n’avait pu être constaté au sein de l’entreprise, et qu’aucun lien ne pouvait être établi entre l’incident et l’activité professionnelle des personnes concernées.

La direction de l’usine s’est alors adressé au ministère du travail qui, malgré l’avis de l’inspection du travail, a autorisé le licenciement ! Les personnels de l’usine se sont alors fortement mobilisés, 8 jours de grève et d’actions , dont une opération « péage gratuit ». Hier, mardi, le Juge des référés a désavoué le ministère du travail, en soulignant que le ministère avait « oublié » de vérifier « si le licenciement est en rapport avec l’appartenance syndicale et le mandat » et a émis « un doute sérieux sur la légalité de la décision »…

Une victoire sur l’arbitraire qui doit maintenant se concrétiser : la décision du ministère est suspendue mais le tribunal administratif doit maintenant se prononcer sur la légalité du licenciement et la direction de l’usine ne désespère pas d’obtenir satisfaction.


Communiqué de la Confédération CGT, de l’Union Départementale du Gard et du Comité Régional Languedoc-Roussillon

Même avec la bienveillance du gouvernement le patronat ne peut pas faire ce qu’il veut lorsque les salariés sont organisés, unis et déterminés.

Aujourd’hui, Laurent Falgon, trésorier du CE de Perrier, est à son poste de travail alors que la direction de Nestlé voulait le licencier.

La victoire des salariés de Perrier est un encouragement pour tous les salariés qui subissent la précarité, les temps partiels imposés, les bas salaires, les mauvaises conditions de travail, etc…

Oui, la solidarité entre salariés quelque soit leur statut, le renforcement de la CGT sont les clés pour faire reculer la fatalité et gagner des revendications.

Cette victoire, après de nombreuses obtenues dans différentes entreprises, notamment sur des augmentations de salaires, en appelle d’autres.

Le pouvoir d’achat est au cœur des préoccupations de cette rentrée.

La CGT invite les salariés à se réunir, se syndiquer, établir leurs revendications et déterminer les moyens de les obtenir.

D’ores et déjà, avec l’ensemble des autres organisations syndicales, nous proposons de faire du 7 octobre une grande journée d’action Internationale pour « le travail décent ».

Le 6 août 2008