Accueil > Actualité > Les députés de la majorité démontent le repos dominical au pas de (...)

Actualité

Les députés de la majorité démontent le repos dominical au pas de charge

Communiqué de la CGT

jeudi 16 juillet 2009

est contre l’avis largement majoritaire des salariés, des retraités, des populations que les députés ont votés le 15 juillet le projet de loi sur l’extension du travail du dimanche.
Le projet doit maintenant passer devant le sénat, qui devra se prononcer.

Avec plus de 160 000 signatures de la pétition recensées par les organisations de la CGT, l’ensemble des initiatives organisées par les syndicats, les associations, le sénat ne peut faire autrement que rejeter un tel projet, qui aurait comme conséquences de casser des repères de solidarité, de distendre les liens familiaux, de renforcer l’individualisme.
Une partie des députés de la majorité parlementaire défavorable au projet de loi a changé d’avis sans réelle modification du texte.

Ce revirement ne peut être considéré que comme une mise au pas.
Le travail du dimanche est loin d’être une priorité pour des milliers de salariés confrontés à la détresse sociale qui veulent que leur situation s’améliore.
Avec cette loi, une nouvelle discrimination verrait le jour entre les salariés qui travailleraient le dimanche dans une PUCE, une zone touristique, ou en dehors. Pour le même travail, les compensations liées au travail du dimanche seraient différentes, voire inexistantes dans certains cas.

La CGT l’a dit et le répète, l’extension du travail du dimanche ne créera pas d’emploi, pis, elle en supprimera essentiellement dans les très petites entreprises au profit d’une plus grande productivité dans les plus grands établissements.
Au delà, la généralisation du travail du dimanche constitue une arme pour élargir une fracture sociale déjà béante, en particulier pour les jeunes qui veulent un emploi et pouvoir en vivre.
A ce moment, le sénat doit entendre la majorité des salariés qui s’oppose à cette réforme dans un souci de cohésion sociale, de préservation de l’emploi, d’exigence de temps pour vivre ensemble.
Le 7 juillet dernier, La CGT, avec les autres organisations syndicales, a ré exprimé auprès de la commission des affaires sociales du sénat les griefs sur le projet et l’exigence de son retrait.
La CGT est disponible pour discuter des contours d’une loi encadrant le travail du dimanche pour des raisons sociales, de santé et de sécurité, d’utilité publique… Le travail du dimanche, quand il est nécessaire, doit être compensé, de part son caractère exceptionnel, mais aussi parce qu’il fait perdre à celles et ceux qui travaille ce lien vitale à la bonne marche d’une société que veut s’épanouir.

La CGT invite les salariés, les demandeurs d’emploi, les retraités, l’ensemble de la population à se mobiliser pour refuser l’extension du travail du dimanche et exiger des garanties nouvelles quand celui-ci est nécessaire. Le dimanche, c’est pour nous, continuons de signer massivement la pétition.

Montreuil, le 16 juillet 2009


Après l’adoption par les députés

L’action continue contre la généralisation du travail dominical

Malgré les réticences de la majorité, l’opposition des organisations syndicales et celle d’organisations de commerçants, le texte de Richard Mallié sur l’extension du travail du dimanche a été voté mercredi par 282 voix contre 238. Une courte majorité sur un texte emblématique qui ne manque pas d’incohérences et qui va génerer nombre d’inégalités comme l’a souligné la CGT lors de son audition au Sénat.
Le texte maintient à cinq du nombre de "dimanches des maires" (ouverture sur décision des maires) et légalise les ouvertures dominicales pratiquées dans une quinzaine de zones commerciales autour de Paris, Lille et Marseille. Il élargit les possibilités de dérogations à quelque 6.000 communes et zones "d’intérêt touristique" ou thermales ouvrant ainsi une brèche vers une généralisation du travail dominical car dans ces communes, l’ouverture des magasins sera de droit tous les dimanches, et sans contrepartie obligatoire pour les salariés.

Dans un communiqué du 15 juillet, la fédération CGT du Commerce Distribution et Services qualifie de "purement scandaleux" l’acharnement à remettre en cause le repos dominical sous prétextre de modernité. Elle appelle les salariés à rester mobiliés.
"Le Sénat ne peut faire autrement que rejeter un tel projet, qui aurait comme conséquences de casser des repères de solidarité, de distendre les liens familiaux, de renforcer l’individualisme", affirme la confédération CGT qui poursuit sa campagne « le Dimanche, c’est pour nous ». Plus que jamais, elle appelle à signer sa pétition. C’est une bataille qui continue et qui doit s’amplifier jusqu’au retrait de la loi.
Le travail du dimanche doit être et rester exceptionnel dans l’ensemble des secteurs professionnels, celui doit être reconnu par le salaire et repos compensateurs égal pour tous.
La CGT exige l’ouverture de réelles négociations.

Vous pouvez signer en ligne la pétition de la CGT ou utiliser la version téléchargeable afin de diffuser et faire signer cette pétition autour de vous, parmi vos collègues et vos proches