Accueil > Actualité > Chômage : Une hausse malheureusement prévisible

Actualité

Chômage : Une hausse malheureusement prévisible

Communiqué de la CGT

mardi 30 septembre 2008

40 000 chômeurs en plus au mois d’août 2008 était malheureusement prévisible.

La fin des emplois aidés, et surtout la crise de l’emploi ne peuvent déboucher que sur une augmentation du nombre de demandeurs d’emploi.

La crise financière internationale n’y est pour rien puisqu’elle a éclaté 15 jours plus tard.

Plutôt que de pénaliser les chômeurs par de nouvelles sanctions, allant jusqu’à la radiation, le gouvernement serait mieux inspiré de revoir sa politique économique et sociale.

Il n’y a pas de crise du chômage, mais une crise de l’emploi qui repose sur l’attitude des employeurs qui n’ont de cesse de toujours plus rémunérer les actionnaires. L’explosion de la précarité, le sous emploi et les bas salaires sont de nature à augmenter le nombre de demandeurs d’emploi y compris des non indemnisés.

Alors que le gouvernement préconise une baisse des cotisations avec un manque à gagner dans les caisses de l’UNEDIC de l’ordre de 3 milliards d’euros, faut-il rappeler qu’un demandeur d’emploi sur deux n’est pas indemnisé, un sur trois touche moins de 820 euros et le montant de l’indemnité moyenne est de 1049 euros.

L’heure n’est pas à la baisse des cotisations chômage.

La négociation de la convention d’assurance chômage qui s’ouvre le 15 octobre prochain sera l’occasion de réaffirmer le droit à une indemnisation pour tous les demandeurs d’emploi, qu’ils soient jeunes ou moins jeunes, et d’une taxation de la précarité utilisée abusivement par de nombreux employeurs.


Montreuil, le 29 septembre 2008