Accueil > Actualité > Le joyeux Noël de l’hyper-Recteur

Actualité

Le joyeux Noël de l’hyper-Recteur

Communiqué de la CGT-Educ’action Créteil

jeudi 24 décembre 2009

Jean-Michel Blanquer a réussi « son pari de l’égalité », osons même affirmer que nous avons là la preuve de la réussite de tous ses efforts : la promotion sociale, par la volonté individuelle et les gesticulations, ça marche, et nous en avons la preuve avec sa nomination à la direction de l’enseignement scolaire. Les milliers d’élèves sortant du système éducatif sans diplôme et broyés par un système injuste, que Jean-Michel Blanquer lui-même a contribué à développer, savent désormais ce qu’ils auraient dû faire pour réussir.

Dès son arrivé dans l’académie, en mars 2007, il a démontré des qualités exceptionnelles pour appliquer les contre-réformes du gouvernement, pour supprimer des postes et même pour trouver de nouvelles idées pour aller dans ce sens. Il faut dire qu’il avait été à bonne école : il venait d’être directeur adjoint du cabinet du ministre De Robien.

De l’école primaire à l’université, en passant par les lycées professionnels, son dévouement à la casse de l’école sera salué par Luc Chatel le considérant comme « le Recteur des temps modernes ». Et tant qu’à faire, autant le faire devant les caméras, cela peut servir pour l’avenir, personnel bien entendu.

Les récents exemples (pour ne prendre que les récents) de ses gesticulations médiatiques sont assez parlants :

- Création de l’internat de Sourdun, ancienne caserne transformée en centre d’expérimentation, devant caméras bien entendu, C’est bien simple, à Sourdun, tout est possible, le pire comme le meilleur : les statuts des profs n’existent plus, les programmes des élèves non plus et l’argent coule à flot…en pendant ce temps-là le lycée professionnel X de la ville de Y se meure, victime de la généralisation du bac pro en 3 ans que le Recteur a mis tant de dévouement à appliquer.

- Le compagnonnage SOS prof de Sébastien Clerc, consistant à faire du vent pour aider les enseignants en difficulté. Les classes surchargées, les réformes destructrices, les suppressions de postes, les conditions de travail déplorables… tout cela n’existe pas dans la logique du Recteur : il faut « compagnonner ». Preuve que cette nouvelle initiative est dans le vent : elle sera reprise dans le cadre de la réforme de la formation des enseignant, Blanquer présidant même l’un des groupes techniques de la réforme.

- La « cagnotte contre l’absentéisme » (lire les communiqués de la CGT-Educ’action sur cette question : http://www.cgteduccreteil.org/spip.php?article1989) : encore une fois, le Recteur fait du vent pour masquer les vrais problèmes. Et tant qu’à faire, autant faire tout ça devant les médias, même Sarkozy est intervenu dans le débat (certes négativement dans un premier temps, mais Blanquer lui a ensuite tout expliqué car les médias, comme chacun sait, mentent de ne racontent pas toute la vérité).

- « Amélioration des pratiques liées au remplacement » qui se révèle être un programme politique de gestion des personnels, de préférence précaires. Avec ce courrier aux Chefs d’Etablissement, Jean-Michel Blanquer installe un système de remplacement consistant à mettre des personnes devant les élèves, en dehors de toute considération pédagogique et de conditions de travail et d’enseignement.

Jean-Michel Blanquer a fait preuve durant plus de 2 ans et demi d’une capacité inouïe à appliquer les réformes et même à les anticiper. Très présent dans les médias, il a surtout démontré une volonté farouche de réussite individuelle, sa carrière primant sur l’intérêt du Service Public d’Education. Personnels et élèves peuvent avoir le désagréable sentiment de lui avoir servi de marchepied.

Nous n’en avons pour autant pas fini avec lui. Son nouveau poste lui permettra de piloter en réalité tous les autres Recteurs, en particulier en termes « d’expérimentations », de stratégies pédagogiques et même sur les programmes scolaires. Attendons nous à retrouver des casernes et des cagnottes partout, c’est d’ailleurs ce qu’il avait annoncé quelques semaines avant sa nomination : Blanquer pilote déjà « l’utopie éducative » consistant à ouvrir 10 internat d’excellences d’ici 2011, pour un coût de 250 millions d’euros. Et pendant ce temps, l’argent manque dans des centaines d’écoles, collèges et lycées, l’argent manque même pour payer décemment les enseignants ou pour en embaucher de nouveaux… L’ère des gesticulations médiatiques pour masquer la misère de l’ensemble ne fait que commencer.

Saint-Denis, le 24 décembre 2009

La CGT-Educ’action Créteil syndique tous les enseignants, du 1er et du 2d degré.
Elle est la première organisation syndicale des personnels enseignants non-titulaires des écoles, collèges et lycées professionnels, généraux et technologiques, la seconde pour l’ensemble des personnels enseignants du second degré. Elle représente l’ensemble des personnels de l’Education Nationale au Comité Technique Paritaire Académique.

Contact presse : Matthieu Brabant, 06 77 81 34 83, cgteduc.creteil@wanadoo.fr