Accueil > Actualité > Une précarité inacceptable dans l’académie de Créteil ! C’est l’affaire de (...)

Actualité

Une précarité inacceptable dans l’académie de Créteil ! C’est l’affaire de tous

mercredi 18 décembre 2013

Dans l’académie, la précarité n’est plus, depuis longtemps, un régime dérogatoire au statut de fonctionnaire titulaire, elle touche plus d’un enseignant sur 10. Pour le personnel la précarité est avant tout une injustice : instabilité et angoisse du renouvellement de contrat, situation de fragilité face aux pressions hiérarchiques, non respect des heures de minoration de service... Le traitement fait au personnel non-titulaire n’est pas acceptable, nous participons tous à la même mission d’enseignement et d’éducation, les droits doivent être les mêmes pour tous !

Mais la précarité n’est pas seulement une injustice pour les personnels non titulaires, elle est un danger pour toute la profession. Elle engendre l’instabilité des équipes dans les établissements, un manque de formation et une pression sur les personnels ne permettant pas d’assurer sereinement leur mission.

La précarité est un moyen de casser le service public et les exemples ne manquent pas : à la Poste désormais 50% du personnel est contractuel et non fonctionnaire. Le fonctionnaire de la Poste est en voie de disparition, il n’y a plus de concours externe depuis de nombreuses années. En parallèle les conditions de travail se sont dégradées faisant augmenter dramatiquement la souffrance au travail.

La réforme ECLAIR a été massivement rejetée par les personnels. Pour preuve lors du mouvement intra académique 2013 un seul titulaire a demandé une affectation en établissement ECLAIR. Ces postes sont alors massivement occupés par des enseignants contractuels à qui le chef d’établissement peut promettre une stabilisation sur un poste plein : c’est le règne du clientélisme ! Refusons la dégradation du statut par ce qui est imposé aux contractuels !

Nous, organisations syndicales de l’académie de Créteil (CGT Educ’action, CNT, SNES, SNUEP, SUD Education) dénonçons le recours grandissant à la précarité. Le plan Sauvadet dit de résorbtion de la précarité est nettement insuffisant seulement 273 stagiairess « Sauvadet » à cette rentrée. Malgré les multiples promesses des gouvernements successifs de sortir voire d’en finir avec la précarité, sur le terrain nous constatons l’inverse. Nous appelons l’ensemble de la profession à se mobiliser pour exiger la titularisation de tous les non-titulaires.

7 decembre 2013 : Manifestation unitaire des privés d’emplois et précaires à 14h place Stalingrad à Paris. 18 décembre 2013 : remise des pétitions 14h30 devant le ministère de l’éducation nationale (métro Solférino Place Bainville) .

Signer la pétition :

Pétition la précarité c’est l’affaire de tous !
Tract intersyndical précarité c’est l’affaire de tous !