Accueil > Actualité > Titularisation de tous les précaires de l’Education Nationale !<P> (...)

Actualité

Titularisation de tous les précaires de l’Education Nationale !<P> Rassemblement mercredi 10 mars 2010<P>14h00 métro Solférino

mercredi 10 mars 2010

Cette école qui précarise ses personnels…

Les déclarations de Sarkozy sur une titularisation des contractuels nous donnent une occasion de faire parler de la précarité dans l’Education Nationale, avec des perspectives concrètes mises en avant par Eric Woerth le 2 février 2010 :

Télécharger le « 4 pages » Titularisation de tous les précaires !

« Nous réglerons la question cette année. Il y a des situations normales : des personnes en CDD parce qu’elles répondent à des besoins ponctuels ou des personnes qui ont choisi un CDI, parfois mieux payées que les titulaires. Et il y a des situations clairement abusives : des personnes en CDD à répétition ou en CDI « subi », sur des postes durables, sans raison de ne pas être titularisées. Ce sont ces cas que nous allons revoir. L’enjeu n’est pas tant financier - ces personnes sont déjà payées par l’État - qu’humain. Il faut surtout voir comment leur titularisation peut passer par la reconnaissance de leur expérience. Cela n’aurait pas de sens de leur faire passer les mêmes concours que les candidats externes alors qu’elles travaillent depuis longtemps pour l’État. »

On estime à 20.000 les personnels enseignants non-titulaires dans l’Education Nationale. Il faut à cela ajouter les divers emplois de « vie scolaire » : le chiffre des 100.000 personnels non-titulaires dans l’Education Nationale est largement dépassé !

Pourtant un bilan précis et complet de ces personnels reste très compliqué à faire étant donné la diversité des contrats, des missions...et le peu d’informations fournies par les ministères. Même au niveau des Rectorats, le point est très difficile à faire.

Dans l’académie de Créteil, la CGT-Educ’action a pu faire ce point pour les enseignants en comparant « à la main » les affectations en janvier 2009 et en janvier 2010. Ce travail, discipline par discipline, type d’établissement par type d’établissement est disponible sur notre site internet : http://www.cgteduccreteil.org/spip.php?article2156 .

Nous avons constaté qu’entre janvier 2009 et janvier 2010, le nombre de personnels non-titulaires est passé de 2.300 à 2.900, soit une augmentation de 28 % en une seule année. Le nombre de personnels ayant un Contrat à Durée Indéterminée (CDI) atteint 25 % de l’ensemble (220 anciens maîtres-auxiliaires et 470 contractuels). Les vacataires étaient au nombre de 50. 25 % des enseignants dans la voie professionnelle, plus de 50% des professionnels dans les SEGPA, plus de 10% dans les collèges, 12% parmi les CPE, 18% dans les CIO sont non-titulaires !

Ce constat est d’abord le constat de la dégradation des moyens durables donnés pour le bon fonctionnement du Service Public d’Education. Les 80.000 suppressions d’emplois annoncées par Sarkozy sur sa mandature se constatent très concrètement mais, en parallèle, les élèves sont toujours là, et parfois plus nombreux.

Ce constat est aussi celui d’une réelle explosion de la précarité dans l’académie de Créteil. Il faut en plus ajouter les 5.000 emplois d’assistants d’éducation et les nombreux contrats aidés de droit privé (Contrat Unique d’Insertion) dont les médiateurs "de la réussite scolaire", les Assistants de Vie Scolaire (pour élèves handicapés)…

Télécharger le tract d’appel au rassemblement du 10 mars 2010

Nous pouvons craindre une détérioration brutale dès la rentrée prochaine : ainsi, l’affectation sur des postes à temps complet des 800 stagiaires du 2nd degré va entrainer mécaniquement la suppression sur l’académie de Créteil de 400 emplois au moins. Mais le Rectorat aura toujours besoin de remplacer les stagiaires pendant leur (courte) formation ! Autrement dit, de nombreux non-titulaires, parfois anciens dans l’académie, parfois même formés, et très souvent reconnus et compétents, serviront de remplaçants à courte durée alors qu’ils avaient auparavant des postes à l’année ! C’est un gâchis humain et une catastrophe pour les enseignements aux élèves.

Par ailleurs, l’emploi flexible ce n’est pas que les personnels non-titulaires dont le statut induit une précarité, ce sont aussi par exemple les TZR, des titulaires remplaçants, eux-aussi trimbalés d’un bout à l’autre de l’académie sur un ou plusieurs établissements, dans des conditions de travail parfois dramatiques même si leur garantie d’emploi et de traitement (comme les maîtres-auxiliaires) est assurée.

La précarité n’est pas que dans le 2nd degré : dans le 93, l’inspection académique a commencé dans le 1er degré à embaucher des vacataires pour remplacer les professeurs des écoles...

La précarité est partout dans l’enseignement et c’est inacceptable.

Réunissant 100 non-titulaires le 17 février 2010 à Saint-Denis, la CGT-Educ’action a pris l’initiative d’organiser un rassemblement mercredi 10 mars 2010 devant le ministère de l’Education Nationale pour aller chercher les titularisations promises par Sarkozy.

L’Assemblée Générale des établissements en lutte en Ile-de-France a voté le 18 février 2010 la participation à cette initiative.
Déjà à Lyon le 10 février dernier, un rassemblement s’est déroulé à l’appel de la CGT et de la FSU pour demander la titularisation des précaires.

La CGT-Educ’action prendra d’autres initiatives, y compris intersyndicales, pour faire cesser ce scandale.


Il est clair nous demandons la titularisation sans condition de concours, ni de nationalité, mais avec une vraie formation, des précaires.
Le CDI n’est pas une titularisation. Le nombre important de ces personnels en CDI, sur des postes dont les besoin sont permanents, démontre de toute façon que la revendication de la titularisation n’est pas une revendication théorique : elle correspond à un besoin réel de l’Education Nationale aujourd’hui.

Télécharger le « 4 pages » Titularisation de tous les précaires !

La CGT-Educ’action a pris l’initiative de relancer l’intersyndicale nationale sur la question des non-titulaires. Un courrier unitaire a été envoyé lundi 8 mars 2010 à Luc Chatel :

Monsieur le Ministre,

Le président de la République, lors de son intervention télévisée du 25 janvier 2010, a déclaré en répondant aux questions d’un enseignant que la situation des contractuels dans la Fonction publique est profondément anormale.

Il a ensuite ajouté qu’il est tout à fait prêt à envisager la titularisation progressive des contractuels pour ne pas les laisser en situation de précarité.
Nous partageons pleinement cette analyse et nous souhaitons examiner avec vous la situation des personnels d’enseignement, d’éducation et d’orientation non titulaires employés par le ministère de l’Éducation nationale.

Il nous semble important de vous rappeler que nos organisations s’opposent au recours à la précarité. L’emploi de personnels non titulaires exerçant les mêmes fonctions que les titulaires est, pour nous, inacceptable.
C’est pourquoi nous réaffirmons la nécessité que votre ministère ouvre, le plus rapidement possible, des négociations pour mettre en place un plan de titularisation pour l’ensemble des personnels concernés.

Nous vous demandons de prendre toutes les mesures nécessaires pour que vos services cessent de recourir à des personnels contractuels sur des missions pérennes de service public.
Les enseignants, CPE et COP non titulaires sont confrontés à une gestion de plus en plus opaque, source d’iniquités (comme des affectations qui ne respectent plus l’ancienneté ainsi que l’absence de toute évolution de carrière dans de nombreuses académies).

C’est pourquoi, dans un premier temps, nous sollicitons une audience pour examiner la situation de ces collègues et pour définir avec vous les principes d’un plan de titularisation.

Nous sommes dans l’attente de réponses concrètes, rapides et constructives de votre part.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Ministre, nos respectueuses salutations.

CGT-Educ’action, SNUEP-FSU, SNCL-FAEN, SGEN-CFDT, SNES-FSU, SUD-Education, SNEP-FSU, SNALC-CSEN, SE-UNSA.


Nous demandons au ministère de l’Education nationale de prendre des mesures concrètes pour matérialiser la déclaration du Président de la République, l’État ne peut maintenir ces personnels dans cette situation précaire sans aucune perspective de carrière.


La CGT-Educ’action, qui est la deuxième organisation syndicale des personnels non-titulaires de l’Education nationale, soutiendra toutes les actions susceptibles de permettre la titularisation de tous les précaires, sans condition de concours, ni de nationalité, avec une vraie formation.