Accueil > Actualité > Sans-papiers grévistes « mis de côté » La mobilisation entraîne un premier « bougé  (...)

Actualité

Sans-papiers grévistes « mis de côté » La mobilisation entraîne un premier « bougé » ! Les salariés ne lâcheront pas !

Communiqué de l’UD-CGT 93

jeudi 29 novembre 2012

Cet après-midi à 13h30 dans les locaux de la Bourse Départementale du Travail, une Assemblée Générale des salariés sans-papiers grévistes de 2009 « mis de côté », a réuni une centaine de travailleurs en lutte pour leur régularisation. Cette assemblée générale avait pour objectif de faire un point sur l’évolution de la situation, suite à l’annonce d’une nouvelle circulaire de régularisation, avant de converger vers le Parvis de la Préfecture.

Cependant l’annonce d’un rassemblement sur le parvis de la Préfecture a su créer un « bougé » au niveau préfectoral, puisque le Préfet a contacté l’UD CGT 93 et une réunion de travail lundi 3 décembre 2012 à 15h, a été actée.

Les salariés réunis en AG ont donc décidé d’attendre les rendus de cette rencontre avant d’engager d’autres éventuelles initiatives. Une nouvelle Assemblée Générale est prévue mardi 4 décembre à cette fin.

L’UD CGT 93 ne manquera pas de porter fortement la question de la régularisation des salariés sans-papiers grévistes de 2009 lors de cet entretien. La Seine-Saint-Denis connaît le nombre le plus important de salariés dans ce cas de figure.

Les salariés sans titre de séjour valable sont des salariés à part entière et ils doivent être mis sous la protection du droit social conquis par des décennies de luttes sociales, ceci d’autant plus qu’ils sont de ce point de vue les plus vulnérables.

Les salariés sans-papiers n’ont vocation à être ni des vecteurs ni des victimes de la dérégulation sociale !

Bobigny, le 29 novembre 2012