Accueil > Actualité > Revalorisation des enseignants/Droit Individuel à la Formation/ « Mobilité » (...)

Actualité

Revalorisation des enseignants/Droit Individuel à la Formation/ « Mobilité » /Santé des personnels : 4 arnaques un dimanche soir ! Luc Chatel fait très fort !

Communiqué de la CGT-Educ’action Créteil

dimanche 28 mars 2010

Avant même de recevoir mardi 30 mars 2010 les organisations syndicales, Luc Chatel a annoncé dimanche 28 mars 2010 qu’une toute petite partie des enseignants bénéficieront d’une revalorisation salariale : 20.000 débutants et 170.000 enseignants des échelons bas déjà en fonction, vont bénéficier de mesures de revalorisation salariale à partir du 1er septembre 2010.

"On va proposer en début de carrière une augmentation de 157 euros nets par mois pour les professeurs des écoles et les professeurs certifiés (...) et pour les professeurs agrégés 259 euros [nets mensuels] d’augmentation", a-t-il précisé à la presse. A ces mesures, qui entreront en vigueur le 1er septembre 2010, s’ajoute une revalorisation salariale de 660 euros nets en moyenne par an pendant sept ans pour les enseignants déjà en fonction, soit 170.000 enseignants supplémentaires. Les enseignants du primaire et du secondaire sont 857.300 en France. Cela signifie que les ¾ des enseignants ne seront pas augmentés.

Le ministre de l’Education a par ailleurs annoncé la mise en place en septembre 2010 d’un DIF (Droit individuel à la formation), suivi par les enseignants "sur la base du volontariat". Cette formation, de 20 heures par an, sera "complémentaire aux formations de l’Education nationale", a expliqué à l’AFP le ministre. Elle sera effectuée pendant les vacances scolaires et sera rémunérée "50% du salaire horaire", a précisé le ministre.

Le ministre a également annoncé la création d’"un entretien systématique" consacré à la mobilité professionnelle pour "tous les professeurs après deux ans et ensuite après 15 ans de carrière" et la mise en place sur internet d’"un portail unique" recensant "les postes à pourvoir hors Education nationale". Un dispositif de "formation-reconversion", destiné en particulier aux enseignants de la voie technologique sera ainsi mis en place.

Sur le plan de la santé sera lancée une campagne de recrutement de "80 médecins de prévention" à partir de juin 2009, a déclaré le ministre. Un bilan de santé sera proposé à "tous les personnels de l’Education l’année de leur 50 ans" à partir de la rentrée 2010, a-t-il ajouté.


C’est sans surprise la confirmation de l’arnaque de la communication ministérielle et présidentielle sur la question de la revalorisation salariale des enseignants. La réalité, est que le ministre supprime l’échelonnement indiciaire de début de carrière (1er et 2e échelon actuel), qui correspond à l’année de stage de l’enseignant recruté jusqu’à présent après la licence.

Si effectivement, les enseignants débutants seront revalorisés, la comparaison avec la situation actuelle montre qu’en réalité les nouveaux enseignants vont y perdre ! En effet, avant le concours, « l’enseignant revalorisé » ne touchera au mieux que les 3000 euros s’il effectue des stages en responsabilité puis, une fois le concours obtenu, il entrera dans la nouvelle grille « revalorisée ».

En supprimant ainsi l’accélération de début de carrière obtenue par les enseignants en 1990 et en reculant l’entrée dans le métier, le ministère fait perdre plus de 13 000 euros aux « enseignants revalorisés » sur les 10 ans suivant leur année de M1 par rapport aux enseignants actuels !

Sans même aborder la question de la retraite et des années ainsi supprimées dans le décompte des annuités alors que le gouvernement a dans l’idée de reculer l’âge de départ à la retraite…. Là aussi le gouvernement va engranger le bénéfice de la masterisation vue par Darcos/ Chatel. A l’évidence, la reconnaissance des qualifications et le rattrapage des pertes de salaire cumulées depuis 20 ans ne pourront se faire sans une lutte englobant l’ensemble des salariés, du public et du privé.

La CGT Educ’action revendique un reclassement immédiat de tous. Elle demande la disparition actuelle de la « hors classe » par son intégration indiciaire dans un déroulement de carrière commun à tous les personnels.

La CGT Educ’action revendique une augmentation du traitement, pour tous les personnels d’éducation, liant qualification et rémunération, commençant à deux fois le SMIC actuel, sur la base des revendications salariales de la CGT
Cette augmentation de l’ensemble de la grille permettrait de compenser les pertes cumulées depuis de nombreuses années et place le début de carrière d’un enseignant à 2600 € bruts.

Par ailleurs, pour répondre aux besoins immédiats des personnels, la CGT Educ’action revendique une augmentation de 70 points d’indice pour les actifs (soit plus de 300 euros), et de 200 € pour les retraités.


Concernant le Droit Individuel à la formation, nous tenons à rappeler au ministre que ce droit doit être appliqué depuis…octobre 2007 ! Pour le reste, le ministre se contente de répéter une loi qui aurait dû être appliquée depuis 3 ans… et encore, il met en avant les formations durant les vacances oubliant l’intégralité de la loi : L’administration ne peut pas imposer à un agent, sans son accord, de réaliser des actions de formation en dehors du temps de travail : http://www.unsen.cgt.fr//index.php?option=com_content&task=view&id=709&Itemid=404


Concernant la « mobilité » : le ministre confirme que la loi de mobilité va être un formidable outil pour reconvertir la moitié des enseignants de STI, sans oublier les enseignants des disciplines tertiaires des lycées professionnels…le gouvernement cherche tous les moyens possibles pour réaliser son dogme de supprimer des emplois de fonctionnaires. 2010 aura été l’année des suppressions de postes grâce à la disparition de la formation initiale des enseignants, 2011 sera celle des suppressions de postes grâce aux « reconversions ».


Enfin, concernant la santé des personnels : annoncer une visite à l’âge de 50 ans signifie que les enseignants n’auront pas de visite médicale pendant plus de 25 ans après le début de leur carrière… le ministre peut-il en toute conscience considérer que cela répond à l’urgence alors que la souffrance des enseignants au travail a largement été exprimé ces derniers mois ?!!!