Accueil > Actualité > Projet d’affectation : attention tout reste encore à faire !

Actualité

Mutation 2015

Projet d’affectation : attention tout reste encore à faire !

mercredi 3 juin 2015, par cgt

Nous sommes actuellement dans un moment particulièrement anxiogène pour les collègues attendant les résultats du mouvement intra académique. Dans ce contexte, certaines organisations siégeant dans la CAPA (commission administrative paritaire académique) de Créteil ont fait le choix de divulguer le projet d’affectations. Nous ne cautionnons pas ce genre de pratique pour plusieurs raisons.

Tout d’abord, ces informations ne sont pas fiables et ne sont absolument pas garanties. En effet, les élus sont encore en plein travail de vérification et nous savons d’ores et déjà que ce projet sera modifié. Dans ce cas, apporter des informations non confirmées aux collègues constitue une source de confusion importante. Nous préférons, pour notre part, continuer à vérifier les barèmes et les affectations. Nous vous informerons une fois que la CAPA aura validé ce projet de façon définitive. Nous apporterons alors une information fiable sur laquelle les collègues pourront construire leur projet de façon certaine, sans faire de « pari » sur l’avenir.

Nous vous rappelons que vous avez tout intérêt à nous demander conseil dans l’élaboration de vos vœux. En effet, nous avons repéré un nombre important d’erreurs, et ce, de façon généralisée dans les formulations des vœux. Ces erreurs s’expliquent directement par le paramétrage de la plate-forme SIAM permettant aux PLP d’effectuer des vœux labellisés LPO ou SEGPA alors qu’ils ne peuvent candidater que sur des vœux SEP ou CLG : cela empêche les collègues ayant fait l’erreur de voir leur vœu satisfait alors qu’ils comptabilisent assez de points et bloque en répercussion le mouvement de plusieurs participants. Nous demandons d’ailleurs au rectorat de procéder à une modification du logiciel de saisi des vœux. Nous élaborons actuellement de nouveaux projets d’affectations afin de maintenir une égalité de traitement malgré ce type d’erreurs.

Pour finir, il nous apparait problématique et antidémocratique que des élus académiques passent outre le travail paritaire des commissions, cela empêche un réel mouvement de mutation transparent.