Accueil > Actualité > Non Titulaire : Une rentrée 2014 qui s’annonce difficile

Actualité

Rassemblement Mercredi 3 septembre

Non Titulaire : Une rentrée 2014 qui s’annonce difficile

samedi 30 août 2014, par cgt

Pendant tout l’été, les élu-e-s de la CGT-Éduc’action Créteil ont été présent-e-s pour aider et informer les non titulaires sur leur affectation à la rentrée. Nous continuons à réaliser quotidiennement des interventions pour le réemploi de tous les non titulaires dans des conditions descentes.

Sur les 3 500 contractuels cristoliens, seulement 2180 ont une affectation au 27 août, moins d’une semaine avant la rentrée. Il est indigne de la fonction publique de laisser des personnels ainsi dans l’angoisse d’un éventuel réemploi. L’état est bien le plus mauvais employeur de France ! Il est inadmissible que le rectorat ne respecte pas les délais de préavis de non renouvellement prévu par l’article 45 du décret n°86-83 du 17 janvier 1986, soit un mois de préavis pour des contrats de 1 an.
La jurisprudence a bien établi que la méconnaissance des délais de préavis, même si elle ne rend pas illégal le non renouvellement, engage la responsabilité de l’état et rend fondé la réclamation d’une indemnité pour le préjudice subi. Etre non-titulaire ce n’est pas être sans droit ! le rectorat doit respecter la loi !

L’Assemblée Générale du collectif non-titulaire de la CGT Educ’action Créteil du vendredi 29 aout qui a réunis une centaine de collègue a permis de faire ressortir les nombreux problèmes que subissent les personnels précaires : angoisse du réemplois à la veille de la rentrée, affectation sur plusieurs établissement souvent bien éloignés les uns des autres, non maintien dans des établissements dû à l’arbitraire des chefs d’établissement, difficulté et lenteur pour se voir allouer l’allocation chômage, le manque de formation. La discussion a fait ressortir de se mobiliser pour défendre les droits des personnels non titulaires et lutter pour la titularisation de tous les précaires sans condition de concours ni de nationalité.

Malgré la nouvelle circulaire d’affectation, il est bien difficile de déceler dans les faits les critères d’affectation. Aucun document, autre que les résultats d’affectations, n’est fourni aux organisations syndicales pour contrôler le processus. Le rectorat se refuse à nous transmettre la liste des postes vacants ! La CGT Educ’action revendique la mise en place de commissions paritaires d’affectations garantissant aux personnels la clarté dans leur affectation.

Alors que nous en sommes déjà à 2 années sur les 4 du plan Sauvadet dit de titularisation, on ne peut que constater que le nombre de titularisations est loin des promesses. 273 stagiaires des concours réservés l’an dernier 238 cette année dans l’académie de Créteil.

Après avoir fait les frais d’une rentrée particulièrement mal préparée en 2013, la rentrée 2014 s’annonce catastrophique pour les personnels non titulaires de l’académie de Créteil. La création de postes aux concours et l’arrivée de près de 2 000 stagiaires dans le second degré sans réelle création de postes dans les établissements voir des suppressions comme dans les lycées professionnels entraînent une situation de « tension » dans certaines disciplines.

Pour la CGT Educ’action Créteil une augmentation des moyens dans l’Éducation Nationale et une amélioration des conditions d’enseignement passe par la titularisation sans condition de tous les non titulaires et un recrutement massif par voie de concours. Les non titulaires de l’académie de Créteil n’ont pas à être la variable d’ajustement d’une politique d’annonce. Il ne s’agit pas d’opposer les salariés, mais de lutter ensemble pour une école de la réussite de toutes et tous. Il y a Créteil suffisamment de besoin pour assurer un emploi à tous les personnels.

Les non titulaires sont utilisés comme variable d’ajustement qu’on affecte ou désaffecte au gré des besoins. Cette situation est inadmissible ! La défense des situations individuelles ne suffira pas, nous devons collectivement nous mobiliser, être solidaires et résister. Quand un collègue est sur la touche, c’est toute la profession qui est attaquée. Quand la précarité avance, c’est la situation de tous qui est fragilisée.

Rassemblement Mercredi 3 septembre 14h00 au rectorat rue Enesco métro Créteil-Echat


Voir en ligne : Tract de l’intersyndicale CGT-SNES-SNUEP-SUD