Accueil > Actualité > Lycée : Le ministère doit respecter ses engagements

Actualité

Education prioritaire

Lycée : Le ministère doit respecter ses engagements

mercredi 13 janvier 2016, par cgt

En annonçant une réforme de l’Education prioritaire, le ministère avait d’emblée exclu les lycées de tout dispositif, en dehors de ceux relevant de la politique de la ville.
Toutefois, devant la mobilisation des personnels des lycées condamnés à sortir des dispositifs précé-dents ainsi que les demandes des organisations syndicales, dont la CGT Educ’action, le ministère s’était engagé à publier une liste de lycées intégrant le dispositif REP.

Le décret n° 2015-1087 du 28 août 2015 sur le régime indemnitaire lié aux dispositifs d’Education prioritaire fait d’ailleurs bien référence aux personnels exerçant en lycée.
Or, malgré les demandes réitérées de la CGT Educ’action, la liste promise n’est toujours pas parue et les lycées demeurent, de fait, exclus de l’Education prioritaire.
Pour la CGT Educ’action, l’Education prioritaire ne saurait s’arrêter à la scolarité obligatoire, comme si le passage en seconde mettait fin aux inégalités sociales et territoriales.

Bon nombre de lycées, en particulier les LP, ont un taux de catégories socio-professionnelles défavorisées qui n’a rien à « envier » à certains collèges.
Ecarter les lycées de l’Education prioritaire, c’est :
 Dégrader encore un peu plus les conditions d’études des élèves et de travail des personnels en augmentant les effectifs par classe dans des établissements pourtant toujours difficiles.

 Baisser la rémunération des enseignant-e-s avec la fin progressive de l’indemnité de sujétion spé-ciale : 2/3 de l’indemnité pour l’année scolaire 2018-2019, 1/3 pour 2019-2020, puis plus rien !
 Mettre fin aux bonifications de barème dès le mouvement 2017.
Devant le mépris du travail effectué dans ces établissements au ser-vice des élèves les plus fragiles, le risque est grand que, faute d’an-nonces du ministère sur le sujet, les personnels utilisent leurs bonifi-cations tant qu’elles existent lors des prochains mouvements pour quitter des établissements qui ont plus que jamais besoin d’une sta-bilité des équipes.

La CGT Educ’action exige qu’une concertation soit rapidement mise en place par le ministère pour définir des critères clairs et objectifs afin d’établir la liste des lycées devant relever de l’Education prioritaire sans aucune sortie des établissements qui y figuraient auparavant.

Elle appelle l’ensemble des personnels concernés à faire entendre leurs revendications en faisant grève le mardi 26 janvier 2016.