Accueil > Actualité > Lutte de l’EREA de François Cavanna de NOGENT 94<P>La CGT éduc’action (...)

Actualité

Lutte de l’EREA de François Cavanna de NOGENT 94<P>La CGT éduc’action Créteil partie prenante !

mardi 5 avril 2011

Devant la mise en place du processus de destruction de l’EREA, la partie la plus visible de la lutte est incarnée par la prise de position de François CAVANNA qui demande au recteur de débaptiser l’établissement. Cette personnalité, native de Nogent, qui a vécu à l’époque dans le quartier des « Ritals » estime être trahit.

Pour la CGT éduc’action, contactée le 9 mars, la fermeture brutale des classes de la 6e à la 3e de l’établissement ainsi que de son internat est une nouvelle illustration de la stratégie ministérielle qui cherche à supprimer l’éducation adaptée (trop coûteuse) qui mobilise un nombre de postes significatif.

Depuis le 9 mars, la CGT éduc’action est aux cotés (quasi quotidiennement) des collègues en lutte que nous vous invitons à soutenir en signant leur pétition. http://www.petitionpublique.fr/?pi=P2011N8537

COMPRENDRE les ENJEUX de l’enseignement Adapté : SEGPA et EREA :

Les SEGPA (implantée dans les collèges)

Elles reçoivent les élèves qui ne peuvent suivre la scolarité ordinaire des collèges. « Enseignement Général et Professionnel Adapté » leur objectif est de construire un parcourt de formation s’appuyant sur la complémentarité d’un enseignement général, confié principalement à des professeurs des écoles spécialisés (PES), avec une préformation professionnelle confiée aux professeurs de lycées professionnels (PLP). Les certifiés de collège intervenant dans certaines discipline spécifique.
L’objectif de formation est l’intégration en fin de 3e dans un lycée professionnel

Cet outil adapté à ce public a perdu la moitié de sa capacité d’accueil. Au bilan, des élèves qui devraient leur place sont orientés dans les classes banales du collège. Le collège ne peut pas prendre en charge une telle hétérogénéité des élèves. Ces jeunes ne profitent pas comme il le pourrait de leur scolarité, ils s’éteignent ou se révoltent, les classes sont difficiles à gérer et tout le monde (ensemble des élèves et enseignants) en pâtit.

Les EREA sont des établissements autonomes

Construits sur une même orientation pédagogique et, quasiment, sur un même personnel que ceux des SEGPA, son objectif final diffère car il est d’accompagner l’élève jusqu’au CAP. Pour ce faire, le diplôme est préparé en interne au-delà de l’âge de la 3e.

Pour justifier les fermetures, l’administration veut faire croire que cet établissement est en fait la juxtaposition de deux structures, une SEGPA et un mini LP qui serait « adapté ». Il n’en est rien, ni administrativement, ni pédagogiquement

L’action pédagogique s’appuie sur le temps nécessaire à la progression de l’âge de la 6e jusqu’au CAP. Elle s’inscrit complètement dans la durée, au profit d’élèves qui ont besoin d’être dans un autre environnement que celui de la SEGPA. L’internat complète et permet de répondre de façon pertinente à des situations sociales particulières diverses.

Amputer l’EREA de l’action pédagogique construite depuis l’âge de la 6e, c’est vider l’établissement de sa cohérence et de sa singularité si utile à ces élèves. Fermer l’internat, c’est abandonner les adolescentes.
Faire croire à une promotion de ces établissements par leur transformation en LP adaptés, pompeusement nommés LEA (Lycée d’Enseignement Adapté), est un mirage que crée l’administration en flattant de manière démagogique le besoin de reconnaissance des personnels.


La CGT éduc’action appelle à mettre en échec la politique de destruction de l’enseignement général et professionnel adapté

La lutte des enseignants et des usagers de l’EREA pour leur établissement est notre lutte.