Accueil > Actualité > Lettre ouverte à Madame Monique Canto-Sperber, Directrice de l’Ecole Normale (...)

Actualité

Lettre ouverte à Madame Monique Canto-Sperber, Directrice de l’Ecole Normale Supérieure

FERC-CGT/FERC-Sup-CGT/UGFF-CGT

mercredi 11 mai 2011

Madame la directrice,

Le mouvement de grève des personnels de la cuisine et du ménage de l’ENS commencé le 10 janvier 2011 et soutenu par des élèves de l’établissement arrive au terme du quatrième mois.

Il aura fallu attendre cette échéance pour que, le jeudi 5 mai vous acceptiez enfin d’engager des négociations directes avec les personnels en grève et leur organisation syndicale dans l’établissement. En envoyant le soir même les trois derniers contrats aux personnels pour lesquels un accord n’avait pas encore été possible jusque-là, vous avez accédé à la revendication centrale de ce mouvement : un contrat à durée indéterminée immédiat pour tous les personnels en grève.

Dès lors, il n’y a plus d’obstacle pour qu’un protocole de fin de mouvement soit signé au plus vite.

Ce protocole ne peut que s’appuyer sur la trame du protocole mis au point le 13 avril et que vous avez fait parvenir aux personnels en grève par notre intermédiaire. Tout recul de votre part sur les acquis de ce protocole, tant pour les personnels que pour les élèves serait inévitablement interprété comme une provocation de dernière minute préjudiciable au règlement du conflit.

En l’occurrence, en déclarant lors de la réunion du jeudi 5 mai votre intention de traduire les élèves impliqués dans le mouvement social devant le conseil de discipline de l’ENS, vous avez notamment pris la responsabilité d’introduire délibérément une revendication nouvelle et légitime des grévistes qui rend très difficile, voire impossible, tout arrêt rapide du mouvement.

Quelles que soient les motivations de cette annonce, nos organisations CGT n’accepteront pas qu’à l’issue de cette grève des mesures répressives soient engagées à l’encontre de personnels ou élèves grévistes ou ayant soutenu ce mouvement.

Nous nous y opposerons avec force et détermination et nous demanderons à cet effet au syndicat CGT de l’établissement d’être vigilant et de nous informer sans délais de toute disposition qui pourrait s’apparenter à de la répression syndicale.

Vous devez renoncer publiquement, Madame la directrice, à toute forme de sanction syndicale et nous vous demandons expressément de tout mettre en œuvre pour parvenir à une conclusion immédiate et acceptable d’un conflit dont personne ne souhaite aujourd’hui la poursuite.

Soyez assurée, Madame la directrice, de tout notre attachement aux valeurs du Service public et aux principes fondateurs de la Fonction publique.

Jean-Luc ANTONUCCI

Co-secrétaire général de la FERC Sup CGT

Richard BÉRAUD

Secrétaire général de la FERC CGT

Jean-Marc CANON

Secrétaire général de l’UGFF CGT