Accueil > Actualité > Grève du 23 septembre 2010 pour défendre les retraites : <P>300 000 (...)

Actualité

Grève du 23 septembre 2010 pour défendre les retraites : <P>300 000 manifestants à Paris, 3 millions sur toute la France<P>Il faut continuer ! Rien n’est joué, gagner est à notre portée !

Communiqués de la CGT et de la CGT-Educ’action Créteil

vendredi 24 septembre 2010


Communiqué de la CGT-Educ’action Créteil :


La journée de grève interprofessionnelle a été une nouvelle étape réussie de la mobilisation pour défendre les retraites. Sarkozy et son gouvernement continuent néanmoins leur acharnement et leurs mensonges : pour la CGT-Educ’action Créteil, il est temps de faire monter encore d’un cran la mobilisation.

L’UGFF-CGT a déposé un préavis de grève du 24 septembre au 29 septembre 2010 inclu.

Les salariés et l’ensemble des citoyens refusent massivement la réforme des retraites injuste voulue par Sarkozy et Fillon.

Préavis de grève de l’UGFF-CGT du 24 septembre au 29 septembre inclu

Les mobilisations des 24 juin, 7 septembre et 23 septembre ont été exceptionnellement fortes, avec plusieurs millions de salariés dans la rue, en augmentation constante.
70% des français sont opposés au report de l’âge légal de départ à la retraite [1].

Si le pouvoir a tenté de faire croire aux salariés qu’il faisait des concessions le 8 septembre, c’est qu’il y a été contraint par la mobilisation de la veille.

Mais ces pseudo-concessions ne changent rien de fondamental au projet de réforme.

Par exemple, le passage de 20% à 10% de taux d’incapacité pour un départ à 60 ans, au titre de la pénibilité, ne concernera que 15.000 salariés au maximum, sur 100.000 ayant subi la pénibilité du travail. Médicalisées et individuelles, ces disposition relèvent toujours d’une « invalidité-bis », et chaque départ dépendra de l’avis d’une commission aux contours incertains. Au contraire, tous les syndicats revendiquent une reconnaissance collective de la pénibilité, à l’image du « service actif » de la Fonction publique.

La discussion à l’assemblée a encore introduit par amendement une menace de fragilisation de la médecine du travail, et des mesures pour favoriser la retraite par capitalisation par l’épargne-retraite.

C’est par l’action que les salariés peuvent contraindre le pouvoir à retirer sa réforme.

La CGT-Educ’action Créteil appelle les personnels à se réunir en AG dès le jeudi 23 septembre 2010 au soir et dans la journée du vendredi 24 septembre 2010 : la question de la reconduction de la grève la semaine prochaine est posée. A l’initiative de la CGT-Educ’action, une intersyndicale Education de l’Ile-de-France se tiendra vendredi 24 septembre 2010 au soir [2].

La Courneuve, le 23 septembre 2010 – 17 heures 20


Communiqué de la CGT :


La CGT se félicite de l’ampleur de la participation des salariés à la journée de grèves et de manifestations du 23 septembre 2010.

L’Elysée croit pouvoir s’appuyer sur les taux de grévistes officiels dans le secteur public pour considérer le mouvement de colère provoqué par la réforme des retraites en repli.

La réalité est toute autre.

La CGT recense aujourd’hui près de 3 millions de manifestants dans 232 manifestations, un engagement dans la lutte de nouveaux salariés du privé dont ceux issus de PME, des décisions d’arrêts de travail plus nombreuses que le 7 septembre, une présence plus marquée des jeunes et des femmes. Parallèlement, une forte majorité de français exprime un soutien à la mobilisation et aux initiatives de l’intersyndicale.

Il ne sert à rien de tergiverser. Le Président de la République et les parlementaires doivent prendre l’exacte mesure de l’exaspération provoquée par une loi inspirée exclusivement par les positions du Medef.

Ils doivent accepter d’ouvrir une réelle négociation sur les propositions alternatives susceptibles de garantir le financement des retraites et le maintien du droit au départ à 60 ans.

Toute autre attitude serait désormais susceptible de provoquer une crise sociale de grande ampleur.

En s’appuyant sur une mobilisation largement ancrée dans le pays, la CGT sera à l’initiative de débats conduisant les salariés du public et du privé, les retraités comme les plus jeunes à poursuivre la mobilisation unitaire par des actions dans les entreprises et les localités.

Elle appelle les salariés à s’organiser dans la CGT dans cette période cruciale pour l’avenir des droits sociaux.

La CGT va porter une nouvelle fois ses revendications sur les retraites le 29 septembre à l’euro manifestation à Bruxelles où tous les syndicats vont exprimer ensemble leur refus commun des plans de rigueur qui se multiplient dans plusieurs pays.

Prenons partout des initiatives ce jour là.

La CGT sera active lors de la réunion intersyndicale du 24 septembre pour dégager de nouvelles perspectives de luttes unitaires dès les prochains jours.

Montreuil, le 23 septembre 2010 – 18 heures


[2L’intersyndicale nationale se tenant le vendredi 24 septembre 2010 au matin