Accueil > Actualité > Grève du 11 octobre dans les lycées de l’éducation prioritaire : extension et (...)

Actualité

Grève du 11 octobre dans les lycées de l’éducation prioritaire : extension et amplification !

mercredi 12 octobre 2016, par cgt

Mardi 11 octobre, une nouvelle fois, de nombreux lycées de la Région Parisienne se sont mobilisés sur la question de l’éducation prioritaire. 600 personnels en grève (le double du rassemblement du 29 septembre) ont manifesté en direction du ministère. Commencée dans l’académie de Versailles, la mobilisation se renforce et s’étend à l’académie de Créteil. Un lycée de Marseille était aussi en grève tandis que d’autres appellent à une journée de grève après les vacances. La mobilisation loin de faiblir s’amplifie et se renforce.

En effet, les lycées sont restés à l’écart de la « grande réforme de l’Education prioritaire » de novembre 2014. Malgré de nombreuses demandes d’éclaircissement, le ministère avait toujours entretenu le flou sur leur situation. Un courrier de la Ministre, daté du 27 avril 2016, semblait apporter une clarification : « la refonte de l’éducation prioritaire est axée sur la scolarité obligatoire, c’est à dire l’école et le collège. » Ce qui, à l’époque, confirmait la sortie des lycées de l’éducation prioritaire. Ce n’est pas acceptable, les difficultés sociales et scolaire ne s’arrêtent pas à la sortie du collège !

Les lycées ont toute leur place dans l’Education Prioritaire ! Il est donc urgent que des discussions sur la construction d’une nouvelle carte commencent, sur la base d’un périmètre élargi, en partant des besoins du terrain. Nous demandons que ces lycées bénéficient d’une dotation supplémentaire pour réduire les effectifs par classe et mettre en place des projets éducatifs, un renforcement des équipes de vie scolaire, de santé et de service social. Nous exigeons pour tous les personnels une valorisation de leur investissement dans ces établissements difficiles à travers le maintien de la prime et une bonification pour les mutations, afin de stabiliser les personnels.

La CGT Educ’action Versailles et Créteil considèrent ces revendications comme légitimes et appellent à l’amplification du mouvement.

Le communiqué ici :