Accueil > Actualité > Expressions de la CGT sur les élections

Actualité

Expressions de la CGT sur les élections

mardi 17 avril 2012

Dans la suite de la déclaration du 13 mars 2012 portant le changement de politique et la conquête de la justice sociale, la CGT fait le bilan du quinquennat.

A cette occasion elle édite un "quatre pages" pour faire connaître son analyse sur les mesures anti-sociales prises tout au long du quinquennat.

Pour la CGT, il est de la responsabilité du syndicat de s’exprimer sur l’effet des choix politiques sur les salariés en affirmant que la citoyenneté, c’est aller voter, mais aussi se syndiquer.

Les salariés ont besoin d’une présence plus importante du syndicalisme, en y prenant leur place, pour créer le rapport de force nécessaire et organiser les luttes, en toutes circonstances, pour la prise en compte de leurs revendications.

L’UD-CGT 93 prend une initiative similaire en éditant massivement un tract sur les élections.

« 4 pages » de la CGT
---
Tract de l’UD-CGT 93

Communiqué de B. Thibault :

Invité ce matin sur la chaîne de radio RTL, Nicolas Sarkozy n’a pas hésité à utiliser le mensonge pour tenter de décrédibiliser la CGT.
En attribuant l’opinion de la CGT sur les élections présidentielles à mon « appartenance au Bureau politique du Parti Communiste », le président de la République-candidat travestit la réalité des faits. Je rappelle que cela fait plus de 10 ans que je ne siège plus dans une instance de direction d’un parti politique.

Il voudrait croire qu’il y a un fossé entre la grande majorité des adhérents de la CGT et ses dirigeants sur l’appréciation de son bilan. Mais la seule citation de son nom provoque des réactions hostiles dans diverses manifestations publiques et pas seulement dans les meetings de la CGT !
Plombé par un bilan calamiteux et en difficulté pour faire adhérer à son projet d’austérité et de régression sociale et à la droitisation de son discours, Nicolas Sarkozy tente à travers le mensonge de ressusciter la peur du rouge.

Cette attitude à l’égard du premier syndicat du pays n’est pas digne du président de la République d’un pays démocratique.

Montreuil, le 6 avril 2012