Accueil > Actualité > Des étudiants devant les élèves dans les écoles du 93 : <P>Quel mépris pour (...)

Actualité

Des étudiants devant les élèves dans les écoles du 93 : <P>Quel mépris pour les élèves, les enseignants et les étudiants !

Communiqué de la CGT-Educ’action 93

samedi 13 février 2010

Depuis septembre 2009, plus de 1700 jours de classe n’ont ainsi pas été assurés dans le seul département de Seine Saint Denis. Plutôt que de recruter des enseignants sur la Liste complémentaire l’IA cherche à combler de manière très insuffisante le manque de personnel en faisant appel à des étudiants sans formation pédagogique pour prendre en charge les élèves.

En effet, depuis la réforme de la mastérisation, des étudiants peuvent prendre en responsabilité des classes en lieu et place des enseignants, fonctionnaires, formés. L’Inspection d’académie de seine saint Denis a ainsi recruté des étudiants pour faire office de remplaçants dans les classes, transférant ainsi les missions des titulaires remplaçants aux étudiants. Plus encore, elle se décharge de son obligation d’assurer la continuité du service public.

Ainsi, au cours des semaines du 15 au 19 février et du 8 mars au 12 mars, plus de 80 étudiants arrivent dans les écoles. Ces étudiants qui préparent le concours de professeur des écoles ont été amenés à accepter de prendre en charge une classe après une formation de 3h.
A qui veut-on faire croire que 3 heures de cours magistral suffisent à prendre en charge une classe ? Les parents et les personnels ne peuvent accepter que l’enseignement soit ainsi dévalorisé.
Ceci ne fait que préfigurer ce qui interviendra dès l’an prochain ; avec la mise en place des masters, des milliers d’étudiants effectueront des stages dans les écoles.

Afin de dénoncer cette situation scandaleuse, des enseignants ont décidé de débrayer et de bloquer leurs écoles. La CGT-Educ’action 93 les soutient dans cette action.

D’aucun nous répondront que nous privons ainsi les étudiants concernés d’une chance de réussir leur concours, qu’ils sont volontaires et payés 750 € pour une semaine de travail.

Les dits étudiants n’ont-ils pas mieux à faire que de servir de force supplétive à l’éducation nationale ? Préparer leur concours qui se déroulera en avril par exemple ! Nous comprenons parfaitement que les étudiants aient besoin d’argent pour les études mais une allocation d’autonomie apparaît plus adéquate à leur situation. De même, on peut s’interroger sur la réalité du volontariat lorsque l’on connaît la précarité matérielle des étudiants.


La CGT Educ’action 93 revendique :

- Le recrutement de 450 postes d’enseignants et l’ouverture immédiate de la Liste complémentaire.

- Le retrait de la réforme de la mastérisation qui n’a d’autre but que de supprimer des postes de fonctionnaire.

- Une allocation d’autonomie pour tous les étudiants.

C’est une des raisons de la grève à laquelle la CGT-Educ’action 93 appelle les mardi 16 et jeudi 18 février.