Accueil > Actualité > Demande d’audience du collège Diderot à Aubervilliers

Actualité

Demande d’audience du collège Diderot à Aubervilliers

mercredi 15 février 2012

Monsieur le Maire,

 Les personnels enseignants du collège Diderot réunis en assemblée générale à midi ce jour, mardi 14 février 2012, ont voté la grève jeudi à 80% des présents, et ont décidé à l’unanimité de
s’adresser à vous, afin d’obtenir votre soutien pour la délégation, elle aussi décidée à l’unanimité, qui sera reçue à l’inspection académique jeudi 16 février vers 14h30. D’autres municipalités ont
soutenu les collèges dans des situations similaires.

 Nous constatons en effet que la dotation en heure ne cesse de baisser depuis plusieurs années. Si ces diminutions étaient justifiées par des pertes d’effectifs, elles ne le sont plus depuis deux ans :

 - rentrée 2010 : 604 élèves pour 28 classes

 - rentrée 2011 : 598 élèves pour 27 classes : 36,5 heures de moins liées à la suppression d’une classe (pour 6 élèves de moins)

 - rentrée 2012 : 600 élèves pour 27 classes : 24 heures de moins sans suppression de classe, et sans baisse d’effectifs.

 Nous sommes dès lors contraints de mettre tous les horaires au plancher, et de faire des choix entre des dispositifs qui ont fait la preuve de leur efficacité. Bien plus, les effectifs sont clairement
minorés par l’Inspection académique : nous n’accueillons pas 598 élèves en ce moment, mais 622, soit une division de plus, qui allourdit les effectifs par classe, au point que le seuil de 24 pour le
niveau 6è est dépassé.

 Mais nous avons appris ce matin, à la suite des membres du conseil d’administration hier soir, que le collège allait fusionner sur le plan administratif avec le lycée professionnel d’Alembert, avec une
direction unique pour les deux établissements, soit un proviseur, et deux adjoints.

 L’exemple du lycée Henri Wallon et des difficultés qu’il a connues ces dernières années (baisses d’effectifs au lycée, sauvetage des postes in extremis après une lutte farouche des personnels et des
parents), autant que son absence de rénovation liée au conflit de compétences entre les autorités départementale et régionale, laisse envisager un avenir assez peu radieux pour nos établissements.

 Bien plus, associer un lycée général, que les élèves les plus difficiles ne fréquentent pas, et un petit collège (400 élèves) peut paraître défendable. Mais que dire de l’association d’un lycée
professionnel de 500 élèves avec un collège de 600 appelé à monter en effectifs à 700, sinon qu’elle exige une disponibilité et une activité accrue du chef d’établissement ?

 L’argument de la complexité de la gestion et des problèmes graves de responsabilité que la partition des deux établissements pose est parfaitement recevable. Et nous nous réjouirions de la création de
cette « cité polytechnique des Lumières », si les personnels permettant de tenir les deux établissements étaient nommés en conséquence : penser que Diderot peut se passer d’un personnel de direction nous semble d’une inconséquence coupable. Nous aurions besoin à tout le moins d’un CPE supplémentaire, et d’assistants pédagogiques.

Telles sont les raisons qui expliquent notre souhait que vous receviez une délégation d’enseignants du collège jeudi 16 février, à 11h, afin que nous puissions vous exposer dans le détail nos revendications.

Comptant sur votre soutien et sur la solidarité de la municipalité, nous vous prions, Monsieur le Maire, de recevoir nos plus respectueuses salutations.

Les personnels du collège Diderot
réunis ce matin en assemblée générale