Accueil > Actualité > Déclaration de la CGT-Educ’Action Créteil CAPA Affectation 13 juin (...)

Actualité

Affectation

Déclaration de la CGT-Educ’Action Créteil CAPA Affectation 13 juin 2014

samedi 14 juin 2014, par cgt

Cette CAPA d’affectation est toujours un moment très attendu par les collègues. Pour beaucoup dans notre académie elle est synonyme de première affectation en tant que néo-titulaire, pour d’autre elle représente l’espoir d’une affectation plus conforme à leur besoin.

Nous l’avons dit lors des groupes de travail barème : au regard du nombre de demandes et celui des postes disponibles à cause des suppressions de section, du vol d’heures de DHG par la non application des horaires réglementaires et des blocages de postes pour les stagiaires, ce mouvement Intra est de nouveau tendu et porteur de beaucoup d’insatisfactions.

En effet seulement 50% des participants déjà titulaires d’un poste peuvent bénéficier d’une mobilité selon les documents préparatoire à cette CAPA. Pour la CGT Educ’action Créteil, cette insuffisante mobilité est encore plus réduite dans certaines disciplines professionnelles comme l’éco-gestion. Nous le voyons bien le droit à mutation des personnels de l’Education nationale est remis en cause du fait d’une politique de baisse des moyens dans les lycées professionnels.

Le nombre de participants TZR est de 54 (61 en 2012/2013 et 66en 2011/2012). Le nombre de TZR ne cesse de diminuer alors que la situation des remplacements est toujours problématique dans notre académie. Ce nombre ne cesse de diminuer alors que la situation des remplacements reste problématique dans notre académie. Pourtant les besoins en remplacement sont patents : la structure par âge et par sexe du corps enseignant, la montée pédagogique consécutive à la croissance démographique des années 1995 à 2000, et les contraintes budgétaires confinent vos services à dégrader, encore plus que pour les autres agents, les conditions de travail des TZR. Le recours aux contractuels et à la précarité paraît alors inévitable, car les besoins sont réels. Comment dans ces conditions pérenniser des équipes, les encourager à s’ancrer dans des établissements et à bâtir des projets ? La stabilisation des TZR, qui demandent à rester et s’investir, doit être un enjeu pour le rectorat. Il faut rappeler qu’être TZR est souvent une situation subie. Ainsi, ces collègues cherchent à se stabiliser mais n’y parviennent pas facilement. Selon l, par exemple, sur 30 demandes de stabilisation sur leur établissement, seuls 10 l’obtiennent grâce à leur bonification. Nous réclamons un véritable contingent de remplaçants formés spécifiquement, volontaires et indemnisés pour rendre attractif cette mission notamment en revalorisant l’ISSR.

Ce mouvement est marqué par la participation de 386 stagiaires PLP future néo titulaire. L’entrée dans le métier reste encore difficile cette année pour beaucoup de collègues. Les moyens ne sont pas au rendez-vous pour permettre une entrée progressive et correctement accompagné dans le métier d’enseignant. La CGT Educ’action Créteil revendique un recrutement au niveau L3, suivi de 2 années payés comme fonctionnaire stagiaire validé par un master 2. C’est une revendication efficace pour lutter contre la crise du recrutement et une nécessite de justice sociale. Si la CGT Educ’action note l’amélioration de la décharge horaire des stagiaires externes même si elle est encore insuffisante, il est aberrant de refuser le droit à la formation aux collègues ex-non-titulaires affectés sur des postes stagiaires à temps plein.

Sur 98 vœux larges bonifiés, 30 stagiaires seraient affectés grâce à la BEM. Cependant, 25% soit 94 future néo-titulaire seraient affectés par extension. Par ailleurs, La cgt educ action Créteil acte positivement la création d’une bonification spécifique de 30 points sur l’établissement de stage des stagiaires Sauvadet. Elle permettrait suivant le projet de maintenir 59 stagiaires sur 106 l’ayant demandé. Ce chiffre reste pour autant insuffisant et certains ex-contractuels seront affectés par extension. Ces collègues qui pensaient enfin trouver une forme de reconnaissance d’années de travail en tant que contractuel ne peuvent que se sentir floués. La CGT Educ’action Créteil revendique la titularisation de tous les non-titulaires sans condition de concours ni de nationalité.

Nous l’avons vu le manque de moyen et d’ambition donné à la politique en faveur de l’enseignement professionnel pèse lourdement sur ce mouvement et plus largement sur les conditions de travail des personnels et d’apprentissage des élèves. La circulaire de préparation de la rentrée 2014 n’est pas de nature à inverser la tendance et nourrit des craintes sur l’avenir de l’enseignement professionnel. Le développement de l’apprentissage et des classes mixtes y est toujours encouragé, le ministre demande une augmentation des effectifs d’apprenti en EPLE de 50% soit 20 000 apprentis supplémentaire. Faire peser les difficultés croissantes d’insertion professionnelle des jeunes sur l’enseignement professionnel est un jeu de dupe. Le chômage est la résultante d’une politique libérale bien loin des intérêts des salariés. La CGT Educ’action est opposée à l’ouverture de sections en apprentissage avant 18 ans. L’apprentissage avant 18 ans est pour nous contraire aux ambitions du lycée et à notre revendication pour une scolarité obligatoire jusqu’à 18 ans.

Si les formations professionnelles sous statut scolaire connaissent des difficultés, celles-ci sont les conséquences entre autre de la généralisation du bac pro 3 ans et de l’ensemble des dégradations des conditions d’apprentissage des jeunes. L’entreprise n’est pas la voie de recours à ces difficultés, d’ailleurs l’augmentation importante des périodes de stage dans le cadre du bac pro 3 ans n’a pas favorisé significativement l’insertion professionnelle des jeunes. Pour le personnel l’apprentissage rime avec dégradation des conditions de travail et la multiplication des heures supplémentaires.

Pour la CGT Educ’action Créteil l’enseignement professionnel permettant la réussite de toutes et tous passe par :
• Une remise à plat de la réforme du bac pro en 3 ans.
• La lutte contre l’orientation par l’échec par la mise en place d’une seconde d’orientation
• La fin du tout CCF
• La réduction des périodes de stage
• L’application des horaires réglementaires en bac pro 3 ans et le retour à des grilles horaires hebdomadaire. Le développement de BTS en lycée professionnel et la mise en place de classe permettant la réussite des élèves issus de LP

La CGT Educ’action Créteil appelle l’ensemble du personnel à se mobiliser pour défendre un service public d’éducation permettant la réussite de toutes et tous.